BrethesPascal BRETHES a fondé et dirigé le Paris Foot Gay pendant 12 ans. Le PFG était une association sportive de lutte contre l’homophobie dans le football et s’est arrêté en 2015. Pascal Brethes a lui repris récemment une activité de militant contre l’homophobie avec « Rouge Direct ».

Cet entretien est réalisé par Anthony METTE, docteur en psychologie, spécialisé en psychologie du sport et de la santé. Il a notamment conduit plusieurs travaux sur l’homophobie et les discriminations dans le sport.

Pour commencer, je vous propose de revenir sur les débuts du PFG. Comment vous est venue l’idée de créer cette association ? Quels étaient vos objectifs et vos soutiens ?

En fait, il n’y a pas eu à proprement parler une « idée » mais plutôt une continuité ou une évidence. Je m’explique : en 1997, j’ai lu dans le magazine Têtu qu’un club de foot gay qui avait pour nom Paris Arc En Ciel, venait de se créer. Ils recherchaient des joueurs. A cette époque, je jouais dans le club du 15ème arrondissement de Paris (L’ESC XV) et je commençais à être fatigué de m’entraîner avec des gens qui insultaient tout le monde de PD.

De plus, j’avais presque la trentaine et les questions sur ma vie privée devenaient de plus en plus oppressantes. Je n’avais pas eu le courage de dire la vérité sur ma vie réelle. Je me suis donc inscrit dans ce nouveau club gay et y ai passé de très belles années. Pour la première fois de ma vie mon petit copain pouvait venir me voir jouer et je n’avais plus besoin de me cacher. Cela parait « simple » mais à l’époque c’était une véritable révolution pour moi.

Puis j’ai senti le besoin d’aller plus loin. Jouer au foot dans un club communautariste était « cool », cela satisfaisait mon plaisir personnel. Je précise qu’Arc en Ciel n’était qu’un simple club de foot, ouvert aux homosexuels et non militants. Avec Bruno Laurent et Florian (mon ami de l’époque qui l’est toujours aujourd’hui ), nous avons donc eu l’idée de créer une association non communautariste qui lutte clairement contre l’homophobie dans le sport. C’était la suite logique, une évidence et en quelque sorte une prise de conscience de notre part.

Effectivement, se retrouver entre joueurs de foot homos était très confortable mais pour faire bouger les choses, nous nous devions d’aller plus loin.

Effectivement, se retrouver entre joueurs de foot homos était très confortable mais pour faire bouger les choses, nous nous devions d’aller plus loin. Nous avons donc créé notre association et avons parié sur un nom provocateur et équivoque : le Paris Foot Gay. Au tout début, l’équipe était ainsi composée de quelques joueurs d’Arc en Ciel et une majorité d’amis de Bruno, des hétérosexuels pour la plupart militants de la lutte contre l’homophobie.

Je dois avouer que nos objectifs n’étaient pas très précis, nous nous lancions dans l’inconnu. Et nous avons été surpris par la rapidité avec laquelle l’association a pris de l’ampleur. Au bout de deux mois, nous avions un partenariat avec le PSG. Puis Agnès b. nous a soutenus, Baliston est devenu notre équipementier. Et les choses se sont mises en route.

Quelles sont les principales actions que vous avez menées et vos « réussites » ?

Je peux vous lister exactement toutes les actions menées par notre association, mais les principales sont :

Création de la Charte contre l’homophobie (reprise par le ministère des sports) et signature de cette Charte par des clubs de football professionnels, des clubs de rugby professionnels et des collectivités locales.

  • Action en justice pour faire condamner les propos homophobes dans les stades et suivi de l’affaire FC Chooz avec soutien à Yoann Lemaire avec saisine du conseil national de l’éthique
  • Première enquête nationale sur l’analyse de l’homophobie dans le football professionnel avec 13 clubs participants
  • Création du Tournoi b. YOURSELF avec sensibilisation aux discriminations au Parc des Princes ou au Camp des Loges pour et avec des adolescents-tes, création de deux clips vidéos et mise en place de formations auprès d’éducateurs y compris pour des clubs de foot pro
Signature Charte – Source [3]

Nous avons également reçu quelques distinctions. En 2006 notre projet « Carton Rouge à l’homophobie » a reçu le label du Conseil de l’Europe. Et nous avons eu l’honneur de recevoir trois prix : La LICRA d’Or à Paris en 2007, le prix Tolerancia à Berlin en 2009 et le prix Pierre Guénin à Paris en 2012.

Est-ce que ces actions se sont accompagnées d’un changement des mentalités et des comportements dans le football ? En clair, est-ce que vous avez l’impression que les discriminations envers les footballeurs homosexuels ont reculées ou bien cela reste-t-il la première discrimination, en référence à l’enquête que vous avez publiée en 2012 ?

Honnêtement, je me sens bien incapable de répondre précisément à cette question. Il faudrait pour cela avoir à disposition des statistiques et des résultats d’enquêtes répétées pour voir l’évolution.

Il est tout de même évident qu’il y a eu une prise de conscience dans le monde du football : tant chez les dirigeants, footballeurs professionnels, amateurs, que chez les supporters. Pendant 12 ans, notre principale réussite aura été de poser le problème de l’homophobie dans le football et le sport en général. Car en 2003, personne ne voulait en entendre parler. Nous avons brisé l’omerta.

En complément, je peux vous dire que si le monde du football professionnel avait voulu réellement travailler sur cette thématique, il aurait fallu que les institutions influentes comme la LFP1 imposent à tous les clubs de Ligue 1 et Ligue 2 de signer notre charte. Mais pour être très franc, je pense qu’il n’y a jamais eu de réelle volonté « politique » des instances dirigeantes. Nous nous sommes ainsi épuisés à croire que notre association était assez forte pour y arriver.

Quant à l’enquête édifiante sur l’homophobie dans le football professionnel, paradoxalement, c’est peut-être le plus grand succès du PFG et notre plus grand constat d’échec. Au départ, nous avons eu l’agréable surprise de constater que suffisamment de clubs acceptaient de participer pour avoir des données à traiter et simplement permettre à l’enquête de se réaliser ! Sur l’ensemble des clubs de Ligue 1 et Ligue 2, treize clubs ont accepté de répondre. Indirectement, c’est un travail mené pendant plusieurs années, avec tout un temps de relationnel avec les clubs, de collaboration et à la fin avec l’intervention de scientifiques et universitaires. Les résultats édifiants que nous avons soulevés ont alerté les médias et, je pense dans une certaine mesure, la société.

Mais lorsqu’il s’est agi de la mise en place d’actions… nous n’avons pu que constater notre impuissance. Nous avons été invités au Ministère des Sports devant un parterre de rond de cuir (LFP, FFF, Ministère des Sports) ; comme il est d’usage en politique lorsque qu’un sujet est fortement médiatisé. Et très vite, nous avons compris que les représentants des institutions n’avaient pas l’intention d’engager la moindre action. A partir de là, il y a eu une vrai cassure. Cela a été notre première prise de conscience : le combat était perdu, du moins auprès des instances dirigeantes.

De nouveaux témoignages de sportifs homosexuels, notamment des hommes, mais tous étrangers, sont apparus ces dernières années. Je pense notamment au nageur Ian Thorpe, au rugbyman Keegan Hirst, aux deux footballeurs Thomas Hitzlsperger et Robbie Rogers, au basketteur Jason Collins ou au poloïste Víctor Gutiérrez. On note beaucoup de similarités dans leurs parcours avec une réelle difficulté à vivre leur homosexualité dans leur sport. Pourquoi les instances dirigeantes, les sportifs, les entraîneurs, ne semblent pas plus alertés que cela ?

La langue de bois n’étant pas dans mes habitudes, je peux vous dire que la lutte contre l’homophobie dans le sport est loin d’être une priorité. Pire, la plupart des dirigeants et des entraîneurs s’en moquent totalement. Et après tout, comment les blâmer puisque presque tous les sportifs gays se cachent. Je comprends et donne raison aux sportifs « dans le placard », il s’agit de leur carrière. Ils font ce qui leur paraît préférable pour jouer longtemps et sans « créer de vagues ». Puis ce sont d’abord des sportifs, pas des militants. Néanmoins, la question de la visibilité est importante. Il est ainsi plus difficile de lutter contre l’homophobie dans le foot car, actuellement, il n’y a aucun joueur officiellement gay dans les grands clubs européens. Cela valide presque l’argument de l’ancien président de la FFF Jean-Pierre Escalettes2 qui expliquait : « On n’a pratiquement jamais de cas qui se présentent pour aller signer une charte pour attirer l’attention sur quelque chose qui n’est pas, heureusement, répandu». Donc le serpent se mord la queue. D’un côté on ne souhaite pas « outer3 » les sportifs gays contre leur volonté (comme cela a pu se faire récemment en politique) et d’un autre côté, sans « porte drapeau » officiel, pas grand monde ne veut s’emparer de la question.

Inversement, comparez la situation avec ce qui est arrivé avec le racisme dans le football. A une époque, il y a eu une prise de conscience des footballeurs que le racisme était prégnant. Cette prise de conscience est notamment survenue suite aux cris de singe de certains supporters à l’égard de joueurs noirs. Plusieurs actions ont été financées dans le football national et européen (voir notamment la campagne « not to racism » de l’UEFA). Aujourd’hui, il est devenu normal, de bon ton, de lutter contre le racisme. Et à part quelques imbéciles, vous n’entendrez plus grand monde proférer des insultes racistes sur un terrain de football.

C’est pourquoi, avec du recul, il m’apparait que lutter contre certaines discriminations est « à la mode » à un moment donné. Puis la mode change, et les « lutte contre » changent également. C’est ce que l’on voit à l’échelle sociétale où l’antiracisme a été fortement porté dans les années 80-90. La défense des droits des homosexuels est ensuite devenue un sujet majeur dans les années 2000. Malheureusement, dans le monde du foot et du sport en général, la lutte contre l’homophobie n’a jamais été vraiment à la mode…

Il est vrai que certains dirigeants et entraîneurs ont l’impression d’assister à une « course contre les discriminations ». Un jour on leur demande de lutter contre le racisme, un autre contre le sexisme, de prendre parti pour la laïcité, et maintenant de lutter contre l’homophobie…

Quand on ne veut pas faire quelque chose on trouve toujours une excuse ! J’ai entendu toutes sortes d’explications de la part de certains présidents ou responsables communication de clubs, les plus courantes étant : « chez nous il n’y aucun problème d’homophobie » et « on lutte déjà contre le cancer » (sic)! Ce n’est pas « une course », comme vous dites, mais une responsabilité des clubs de mettre les joueurs et joueuses dans les meilleures conditions.

« Chez nous il n’y aucun problème d’homophobie » et « on lutte déjà contre le cancer »

Il faut voir les choses différemment, sortir de la contrainte. C’est ce que certains présidents de clubs ont compris. Ils étaient en pleine adéquation avec le point numéro 4 de notre Charte contre l’homophobie, à savoir « Apporter aide et soutien aux joueurs, entraîneurs ou autres personnes évoluant dans le milieu du football qui pourraient être harcelés, insultés ou mis à l’écart en raison de leur orientation sexuelle ». Le but d’un club de foot est d’avoir la meilleure équipe possible donc de mettre en place une politique limpide et explicite par rapports aux discriminations en général. Et puis il y a tout un cadre législatif derrière ces questions, la loi est notre socle commun (Cf les 22 critères de la loi contre les discriminations). Pourquoi tolère-t-on dans le sport ce que l’on ne tolère pas au travail, à l’école ou dans les lieux publics ?

A ce titre, vous avez relaté dans plusieurs médias des différences et des conflits entre les associations de lutte contre l’homophobie dans le sport. A l’échelle sportive, n’assiste-t-on pas à ce que certains constatent sur le plan national, à savoir que la défense des minorités induit inévitablement un questionnement sur le communautarisme ?

Le conflit associatif vient du fait qu’il y a une horrible « concurrence » entre les différentes associations. Elles veulent toutes être dans la lumière de façon à obtenir des subventions. Dans notre cas, il y a eu une sérieuse divergence avec la majorité des acteurs du milieu gay et politique qui ont milité pour les Gay Games 2018 à Paris. Notre association a toujours pris soin de ne pas s’enfermer dans le communautarisme. De fait, notre refus de ne pas soutenir les Gay Games 2018 nous a été préjudiciable auprès de la Mairie de Paris.

Pour avoir étroitement travaillé avec le réseau FARE (Football Against Racism in Europ), il est primordial de noter des différences fondamentales sur ces questions entre les pays européens. Les pays nordiques trouvent « normal » et très bien (c’est même encouragé) qu’il existe des clubs Gays ou Lesbiens ou autres. Il y a par exemple des groupes de supporters gays en Allemagne. Autre exemple, l’équivalent du président de la FFF au Pays Bas avait un char au couleur de la Fédération Hollandaise à la Gay Pride d’Amsterdam ! Vous imaginez bien que tout cela est impossible en France, où le communautariste est plutôt vécu comme négatif.

De mon côté, la principale critique que je formule envers les clubs sportifs français LGBT et la FSGL4 est qu’ils sont supposés lutter contre les préjugés, mais si on regarde réellement les actions entreprises et qu’on s’intéresse aux discours des adhérents, on voit bien que ce n’est pas leur préoccupation première. De plus, ils peuvent apparaitre aux yeux des sportifs traditionnels et des citoyens, comme porteur d’un communautarisme gay valorisant une identité ségrégative. Ce qui aboutirait finalement à renforcer les préjugés plutôt qu’à les apaiser. Le Rapport de Patrick Karam pour le ministère des Sports paru en décembre 2013 explique très bien cette situation et dans des termes aussi directs.

Justement, en tant que chercheur j’ai eu l’opportunité de coordonner plusieurs enquêtes sur les discriminations dans le sport. J’ai donc assisté à des réunions au sein du ministère des sports ou d’autres institutions politiques, et s’il existe bien un mot honni lors de ces réunions, c’est celui de « communauté ». Qu’en pensez-vous ? Si je devais le formuler autrement, je vous demanderais : pensez-vous que l’on puisse défendre une communauté sans faire de communautarisme ?

Le communautarisme devient un problème quand il exclut ou quand il rejette ceux qui sont hors communauté. Comme certains bars gays refusent l’entrée aux femmes ou aux hétérosexuels par exemple. Il me semble que le communautarisme est également mal perçu pour la plupart des Français. Ce serait incompatible avec les principes de la république. Historiquement et culturellement, nous nous sommes ainsi construits en tant que société, autour des notions d’égalité, de liberté, d’universalisme et d’intégration, voire d’assimilation.

Naviguer dans ce petit monde militant LGBT n’est pas chose facile. On pourrait même dire que nous avons été victimes de notre non-communautarisme auprès des autres acteurs LGBT

Mais pour répondre à votre question précisément, oui, il est possible de ne pas s’enfermer dans le communautarisme. Le PFG était la preuve que l’on pouvait travailler avec tout le monde, sans s’enfermer dans un groupe, comme nous n’avons pas besoin d’être noir pour lutter contre le racisme.

Pour autant, je ne suis pas naïf. Naviguer dans ce petit monde militant LGBT n’est pas chose facile. On pourrait même dire que nous avons été victimes de notre non-communautarisme auprès des autres acteurs LGBT. Ce qui est presque risible. Une association de lutte contre l’homophobie victime du communautarisme des homosexuels.

Si on s’intéresse à l’histoire des idées et des mouvements sociaux, il apparaît que ce sont souvent des organisations radicales qui font bouger les lignes. Est-ce que vous n’avez pas eu l’impression d’avoir été un moment radical, ou casseur de ligne, puis d’avoir été dépassé par plus radical que vous ?

Quand nous nous sommes créés, nous avons été les premiers à lutter contre l’homophobie dans le sport. Du fait de nos partenariats, de nos sponsors et des actions entreprises, comme je vous l’ai signalé précédemment, nous avons très vite été dans la lumière médiatique. Certains nous ont même surnommés « les Act up du football ».

Là où nous avons commencé à irriter certain, c’est lorsque nous avons refusé d’adhérer à la FSGL. Encore une fois, comme je vous l’ai expliqué, nous refusions toute démarche communautariste et n’étions pas convaincu par le travail de lutte contre l’homophobie que pouvait faire cette organisation. Pour être encore plus explicite, je peux vous relater l’échange que j’ai eu avec l’ancienne présidente de la FSGL, au sortir d’une émission radio sur France Inter. Elle revient donc une énième fois sur notre non-adhésion à la FSGL. Je lui explique pourquoi nous ne souhaitons pas adhérer à une fédération qui aux yeux du grand public est communautariste, et qui n’a pas vocation à lutter contre l’homophobie mais à rassembler le plus grand nombre de sports et de sportifs LGBT afin qu’ils pratiquent leur sport favori dans les meilleures conditions et dans la convivialité. Je lui propose néanmoins la chose suivant : « faites un référendum ou un sondage auprès de vos adhérents pour savoir s’ils sont favorables à ce que le FSGL soit une institution militante », ce qui sous entent que leurs membres le seraient de facto. Sa réponse fut sans appel et sans surprise : « non, on ne va pas le faire car on sait que la réponse sera négative ». Ceci a donc clos le débat et marqué notre désaccord.

A mes yeux, les Gay Games sont le comble de l’inefficacité : prétendre lutter contre l’homophobie en se focalisant sur la population homosexuelle.

Alors avons-nous été dépassés par plus radical que nous ? Je ne pense pas. Sinon cela revient à considérer la démarche communautariste comme une nouvelle forme de radicalité et une tendance à venir. D’ailleurs on peut s’interroger sur la raison même de l’existence de cette « fédération ». A ma connaissance et selon les critères du Ministère, cette fédération est de type multi-sports et affinitaires. Si l’on se base sur des facteurs de discriminations, je comprends la logique qu’il y ait une fédération pour le sport handicap par exemple. Les règles de jeu sont adaptées en fonction des handicaps et des capacités des participants. Mais une fédération pour les gays et les lesbiennes ? Sommes-nous à ce point différents que l’on ne puisse jouer avec les valides ?

Dans ce cas, comprenez-vous le soutien que les pouvoirs politiques ont apporté aux associations sportives LGBT ?

Objectivement, je considère que la démarche communautariste, en tous les cas pour la question du sport LGBT, a été privilégiée par le système politique. L’exemple type est celui des Gay Games, sortes de jeux olympiques LGBT qui auront donc lieu à Paris en 2018 et avec le soutien de nombreux politiques. A mes yeux, c’est le comble de l’inefficacité : prétendre lutter contre l’homophobie en se focalisant sur la population homosexuelle. Comme si c’était ses membres qu’on devait convaincre que l’homophobie est un problème grave qui doit être combattu ! C’est absurde et c’est coûteux (le budget prévisionnel est de 7 millions d’euros).

Paris Gay Games 2018 – Source [11]

Nous, notre choix était de vouloir porter le combat auprès de ceux qui n’ont pas conscience que l’homophobie est un problème. Auprès de ceux qui remettent en cause les valeurs fondamentales de respect de l’autre, sur les terrains, dans les stades, auprès des jeunes et de tous les intervenants sportifs. Clairement, nous nous battions pour la reconnaissance, l’acceptation et la banalisation de l’orientation sexuelle dans le sport, et à commencer par le football avec ses 2 millions de licenciés, ses dizaines de millions de spectateurs, ses téléspectateurs, ses supporters… Ce combat s’est avéré extrêmement compliqué.

Aujourd’hui encore, même si le temps de l’action est fini pour moi, je ressens une certaine colère et de la frustration en évoquant cette situation. Je pensais que nous étions dans la droite ligne des valeurs de la République. Force est de constater que le pouvoir politique a choisi une autre voie, plus simple : le soutien aux mouvements et associations sportives communautaires. Juste avant je vous parlais de la légitimité de l’existence d’une fédération LGBT. Mais alors dans ce cas, n’est-ce pas ouvrir la porte aux fédérations raciales/ethniques et de toutes confessions religieuses ? Ou bien, peut-être que les politiques actuels considèrent qu’il y a un « bon » communautarisme et un « mauvais » communautarisme.

Lorsque vous étiez au cœur de l’action, est-ce que vous mesuriez l’enjeu politique de ces questions. En d’autres termes, est-ce que vous aviez le sentiment de travailler sur une thématique éducative, voire « morale » ou idéologique ?

Je n’aime pas ces deux termes « Morale et idéologique ». Je vais me permettre de citer une phrase que j’aime beaucoup : « N’oubliez jamais que ce qu’il y a d’encombrant dans la Morale, c’est que c’est toujours la Morale des Autres » Léo FERRE. Nous n’avons jamais été prisonniers d’une idéologie qui enferme sur des principes, dans un système d’idées prédéfinies. Au contraire, nous avons toujours ajusté notre discours et nos actions en fonction de nos rencontres avec les sportifs et les partenaires (que ce soit en France ou à l’étranger). La seule divergence « idéologique » si je puis dire, et sur laquelle nous avons été intransigeants est, vous l’avez compris, celle relative au communautarisme.

D’ailleurs, cela me fait penser à autre chose, et me permet de rebondir sur vos questions précédentes. Concernant l’enquête sur l’homophobie dans le football professionnel que nous avons réalisé en 2012, nous avons eu une surprise et une déconvenue importante. Un des objectifs de ce travail était d’évaluer les opinions des joueurs envers différentes thématiques, pour estimer la ou quelles discriminations étaient les plus prégnantes. Dans le questionnaire proposé par les chercheurs, il y avait des items qui portaient sur la religion ; la religion pouvant être l’objet de discriminations (je précise que les questions portaient sur l’ensemble des religions monothéistes et des croyances les plus répandues dans le monde).

Cette situation est un peu à l’image de certains politiques qui préfèrent ne pas parler des sujets qui fâchent. J’avoue que celui-ci, la religion, et peut-être plus encore l’Islam, est délicat.

Quand on a travaillé comme moi pendant des années dans ce milieu, on sait que ce n’est pas une question anecdotique. La religion est même récurrente et « problématique » lorsque nous intervenons dans les formations auprès de jeunes sportifs. Cependant, le financeur de l’enquête (l’Institut Randstad) n’a pas voulu que nous interrogions les footballeurs sur ce sujet. Je pense qu’ils avaient anticipé les résultats et avaient peur des conséquences. En clair, ils pensaient que les musulmans déclareraient des opinions plus négatives que les autres envers l’homosexualité. Ils nous ont donc rétorqué : « et après on fait quoi avec ça ? ». Cette situation est un peu à l’image de certains politiques qui préfèrent ne pas parler des sujets qui fâchent. J’avoue que celui-ci, la religion, et peut-être plus encore l’Islam, est délicat. Mais faire l’autruche ne fait pas avancer le débat. Ne pas « discriminer » certaines personnes qui discriminent, ne pas stigmatiser ceux qui stigmatisent, n’est pas une solution efficace à long terme. Même si je comprends ces craintes.

De fait, cela illustre le danger qu’il y a à investir ces questions sous un angle moral, comme le font souvent ces organisations ou ces « penseurs ». Or, nous, notre travail était basé sur une dynamique éducative, notamment au regard de la loi et des idées reçues sur l’homosexualité. Vous seriez très surpris de constater que certains stéréotypes ou idées préconçues sur les homosexuels sont toujours en vigueur dans le cadre sportif, du simple joueur au sommet de la hiérarchie sportive.

Paris Gay Games 2018 – Source [12]

Avec votre expérience et en ce qui concerne le champ sportif exclusivement, quelle institution a le plus grand pouvoir d’action dans la lutte contre les discriminations selon vous : le ministère, les fédérations, les régions, les municipalités ?

Je vais avoir beaucoup de difficultés à répondre à cette question car, malgré mes 12 années à la direction du PFG, je n’ai jamais réellement compris quelle institution avait le plus de pouvoir dans la lutte contre les discriminations! Je m’explique avec des exemples très concrets :

  • La LFP : quand nous avons signé la Charte contre l’homophobie avec eux, j’ai cru que c’était le début de quelque chose de grand et d’important. En fait, ils se sont contentés d’envoyer un mail aux clubs professionnels pour leurs proposer de signer la Charte. Ils ne pouvaient pas, m’ont-ils expliqué alors, imposer quoi que ce soit aux clubs (résultat, seuls deux clubs ont signé)
  • Le Ministère des sports : un comité s’est mis en place en 2010 après la signature de notre Charte contre l’homophobie par les fédérations, à l’initiative de la ministre des Sports de l’époque, Rama Yade. Ce comité était présidé par Laura Flessel et a fini par être intégré dans le Conseil National du Sport créé en 2013. Quel club a déjà entendu parler du comité de lutte contre les discriminations et qui sait ce que fait réellement le Conseil National du Sport contre l’homophobie ?
  • La FFF : il se trouve que normalement la FFF est sous la tutelle du Ministère. Dans les faits, la FFF semble faire ce qu’elle veut puisqu’elle est totalement indépendante financièrement. Et que fait la FFF sur la question de l’homophobie dans le sport ? Pas grand-chose, pour ne pas dire rien.
  • Les régions et les municipalités : nous avons travaillé au coup par coup avec eux au fil des demandes et des rencontres avec notamment notre Pole b.Yourself. Ils ont un certain pouvoir d’influence en ce qui concerne la formation des éducateurs mais c’est à un niveau local.
  • Quant aux clubs de L1 et L2, ils ont une totale indépendance financière, donc un peu comme la FFF, ils font ce qu’ils ont envie de faire. Cela dépend surtout de la sensibilité des présidents en fonction.

En conséquence et pour conclure, quelle serait l’action prioritaire à mettre en place pour « bousculer » l’homophobie dans le sport ?

Au terme de toutes ces années, nous avons réfléchi et élaboré une Proposition de résolution parlementaire (proposition N°1789 enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 12 février 20145). Il y a dans ce document tout ce qu’il faut faire pour lutter réellement contre l’homophobie dans le sport. C’est un ensemble de choses et pas une action en particulier, qui regroupe beaucoup d’éléments éducatifs. En ce sens, pour moi la priorité des priorités serait la déconstruction des stéréotypes dans la formation des éducateurs, entraîneurs, arbitres, sportifs de haut niveau… Ce qui signifie qu’il faut intégrer/imposer des modules spécifiques aux discriminations dans la formation de ces intervenants.

Sources et références

Références

1 – La Ligue de Football professionnel (LFP) est une association loi de 1901 qui assure, sous l’autorité de la Fédération française de football, la gestion des activités du football professionnel en France

2 – Propos issus du documentaire « Sports et homosexualité c’est quoi le problème ? » de Michel Royer et diffusé en 2010

3 – L’outing est le fait de révéler l’homosexualité d’une personne sans son consentement, voire contre sa volonté.

4 – La FSGL, Fédération Sportive Gaie et Lesbienne regroupe une cinquantaine d’associations sportives LGBT sur le territoire français mais qui n’est pas agréée par le Ministère des Sports.

5 – La proposition de résolution parlementaire est intégralement disponible en ligne

Sources

[1] -Site Sofoot

[2] – Site FCParisArcEnCiel

[3] – Site Wikipedia

[4] – Site La voix du Nord

[5] – Site Sofoot

[6] – Site The Guardian

[7] – Site The Guardian

[8] – Site The Mirror

[9] – Site Metroweekly

[10] – Site Lemonde

[11] – Site France3

[12] – Site Le Parisien