Mercredi 22 Novembre – 20h30 : Porte K, Tribune Borelli, Le PSG reçoit le Celtic Glasgow pour l’avant dernière journée des phases de poules de la ligue des champions 2017-2018. Si les parisiens sont leaders de leur groupe et déjà qualifiés pour la suite de la compétition, l’enjeu de la rencontre est double : Il s’agit de conforter la première place du groupe et poursuivre la série de « clean sheet ». En effet, les parisiens restent sur une série impressionnante de victoires avec 17 buts marqués, et 0 but encaissé. Emery va-t-il pour autant faire tourner et donner un peu de temps de jeu aux remplaçants ?

L’équipe alignée par le coach espagnol ne laisse de place aux doutes, avec un onze classique : Charnière centrale Marquinhos – Silva accompagnée de Kurzawa et Alves sur les côtés. Motta blessé est remplacé par Draxler dans un milieu à droit avec Verratti et Rabiot. Enfin, Cavani en pointe compose la ligne offensive avec Neymar et Mbappé. Le Parc des Princes se remplit à la dernière minute mais affiche complet ou presque, dans une belle ambiance menée par le CUP de Boulogne.

A peine le temps de contempler le spectacle dans les tribunes, le PSG concède bêtement un corner repris victorieusement par Moussa Dembélé. La frappe détournée de l’ancien parisien trompe Aréola. Les parisiens, menés pour la première fois de la saison en ligue des champions, tardent à réagir collectivement et misent sur leurs individualités. Mbappé, à chaque ballon, essaie de faire la différence en vitesse et en dribbles, Cavani ne voit pas le ballon et le milieu Verratti, Rabiot, Draxler ne met pas assez de rythme. L’idée générale semble être de transmettre le ballon à Neymar et d’attendre la lumière du prodige brésilien… Lumière qui va venir à la 9ème minute d’une action de grande classe côté gauche pour tromper le portier du Celtic et ramener les siens à la marque.

Le Parc explose et le show Neymar se poursuit. Sur une action identique à la première, l’attaquant parisien double la mise sur un numéro de soliste. 2/1… Le milieu de terrain monte en puissance, notamment Rabiot et Verratti, le Celtic peine à garder le ballon et parait susceptible de prendre un but à chaque accélération adverse. Sur un corner joué à deux, le ballon revient sur Alves, dont le centre trouve Cavani pour le 3ème but parisien de la soirée. Un mot sur le numéro 9 parisien. Des tribunes, Cavani est impressionnant à voir évoluer et on pourrait passer tout un match à observer le travail du Matador : Appel, contre appel, courses et pressing permanent, constamment entre les deux centraux, à la limite du hors-jeu. Son réalisme, son professionnalisme et sa générosité dans l’effort sautent aux yeux et le Parc ne s’y trompe pas en saluant l’attaquant qui vient de fêter son 150ème but en 5ème saison sous les couleurs du club…. Je vous laisse faire les calculs.

Au rayon des satisfactions de cette première période, j’aimerais souligner le duo Verratti et Rabiot., dont les rôles sont assez bien répartis : Verratti harcèle le milieu, dicte le tempo et Rabiot, malgré une allure nonchalante, casse très souvent les lignes par des passes verticales de qualité. Quant à Draxler, il ne semble pas à l’aise dans ce milieu à trois, avec une tendance à dézoner sur le côté gauche, déjà bien occupé par Neymar et les montées de Kurzawa. L’international allemand peut être certainement plus performant dans ce rôle mais je ne suis pas certain qu’il exploite au maximum ses qualités dans ce registre.

Dans les déceptions de la soirée, je pointerais la performance d’Mbappé, que je découvrais pour la première fois des tribunes. C’est assurément l’incompréhension de son jeu qui m’a le plus surpris, déconnecté collectivement du reste de l’équipe, à la recherche de l’exploit individuel permanent, évoluant tête baissée et incapable de jouer simplement en une touche. Son but à la 36ème minute viendra sauver sa première mi-temps entachée de mauvais choix et de déchets techniques. Après 6 mois exceptionnels à Monaco. les choses sont allées très vite pour lui, avec une convocation en équipe de France, un transfert à 180 m€ dans un gros club européen ambitieux et médiatiquement beaucoup plus exposé qu’à l’AS Monaco. Rappelons qu’il n’a que 18 ans… et restons attentif à son évolution.

La seconde mi-temps ne sera qu’une formalité et la question est de savoir si le Celtic n’est pas parti pour prendre une énorme valise, compte tenu du réalisme parisien. et de la sensation que chaque occasion peut faire mouche. Mon frangin parie sur un 6/1, j’opte pour un 7/1. Les parisiens décident dans cette seconde mi-temps de réviser les gammes proposant différentes option d’attaques placées.

PSG tactiques

Verratti aspire les joueurs adverses, Alves rentre dans l’axe à côté de Draxler, Kurzawa est positionné très haut, Cavani positionné entre les deux centraux engage une course en diagonale vers le côté droit, Mbappé qui mord la ligne à droite et Neymar à gauche qui rentre sa course.

Je vous conseille l’excellente vidéo de Canal Supporters avec Romain Molina sur le travail effectué par Unai Emery lors de séances vidéos afin d’exploiter au mieux les qualités de ses joueurs.

Tout sourit au PSG, et même Verratti, peu coutumier du fait, y va de son but à l’approche du dernier quart d’heure. Les entrées des trois argentins Lo Cielso, Di Maria et Pastore amènent du rythme, au grand dam du Celtic qui vont encaisser deux buts supplémentaires par l’intermédiaire de Cavani d’une sublime reprise de volée et Alves. Le Celtic est loin d’avoir été ridicule collectivement, avec des quelques phases de jeu intéressantes mais la différence de qualité individuelle trompe toute tentative d’analyse collective.

PSG / CELTIC

Le CUP de Boulogne donne de la voix et emporte avec lui l’ensemble du Parc, dans une deuxième mi-temps ou le PSG sans forcer, s’offre la plus large victoire du club de son histoire en coupe d’Europe, et détrône Dortmund en battant le nombre de buts en phase de poule de LDC.

The Wolfman

Publicités