Soirée de gala à l’Estádio da Luz pour le derby entre Benfica et Sporting, la rencontre qui voit Jorge Jesus revenir sur le terrain des doubles champions en titre avec l’étiquette de traitre pour les uns et de nouveau héros pour les autres. Ce retour de Jesus vers la lumière rend ce match encore plus attirant que de coutume. N’étant pas socio, il a fallu être rusé et attentif pour obtenir mon billet. Mais, à une heure du coup d’envoi, mes amis et moi sommes déjà bien présents au stade, à attendre patiemment la composition des équipes et l’accueil réservé au nouveau coach du Sporting.

Le match approche et c’est plus de 63 000 personnes qui accueillent les deux équipes sur la pelouse. Le tifo géant organisé par le club fait son effet alors que l’hymne du Benfica retentit. Le message est clair et rappelle à tout le monde qui règne sur le football portugais depuis deux saisons. Une pluie de papier s’abat sur Jorge Jesus, sans que cela ne semble le perturber. Le match peut commencer, l’ambiance et l’ambiance au rendez-vous.

Très vite, Benfica prend le jeu à son compte et cherche à s’installer dans le camp adverse, sans pour autant parvenir à inquiéter Rui Patrício. La tactique mise en place par Jesus semble poser quelques soucis à l’animation offensive benfiquiste. Avec William devant la défense, João Mário, Adrien Silva et Bryan Ruiz devant lui, puis Teófilo Gutiérrez prêter main forte dans le pressing, le Sporting parvient à maîtriser les offensives des locaux. De plus, avec ces vrais bons joueurs de ballon au milieu, le Sporting sait ressortir le cuir correctement et a donc les munitions pour faire mal à une défense benfiquiste trop attentiste. C’est ainsi que Teo Gutierrez jette un premier grand froid dans tout le stade, venant tromper Júlio César, peu en réussite.

Cette ouverture du score ne change pas la physionomie du match. Benfica continue d’essayer de maitriser le jeu sans parvenir à se montrer dangereux. On joue alors la 21ème minute lorsque Slimani place une magnifique tête décroisée dans le petit filet de Julio César, battu. Notons également l’excellent centre de Jefferson qui permet à l’attaquant algérien de doubler la mise. Les lions font très forts en ce début de match et le stade est abasourdi. Seul le parcage sportinguista est ravi et ne cesse de chanter.

Le match va alors encore prendre une autre ampleur lorsqu’à la 36ème minute, après un premier arrêt de César sur un tir de Slimani, Bryan Ruiz prend tout son temps pour ajuster le portier brésilien et offrir un 3ème but au Sporting. Non, nous ne rêvons pas, le Sporting mène bel et bien 3-0 sur la pelouse du Benfica après 36 minutes de jeu.

A la mi-temps, le match est déjà plié. Ce Sporting est létal et ne pardonne rien à son adversaire du soir qui a toutes les peines du monde à se créer une occasion franche. La faute notamment à Naldo impeccable en défense centrale.

La deuxième période sera sans grand éclat. Quelques coups seront échangés alors que le réveil des protégés de Rui Vitória se fera attendre. Un réveil tout aussi attendu que celui des supporters du Benfica qui, eux aussi, ont pris une belle leçon par leurs adversaires. En effet, le parcage du Sporting se sera fait entendre du début à la fin. En face, mise à part en début de match, il n’y a pas grand chose à signaler jusqu’à la 70ème minute, moment choisi par les supporters benfiquistes pour relancer l’ambiance et attiser tout le stade à soutenir son équipe. Pourquoi attendre aussi longtemps ? Je ne me l’explique pas.

La rencontre se termine donc sur ce score de 3-0 déjà acquis à la mi-temps. Naldo a été impressionnant, Adrien Silva toujours aussi actif et intéressant techniquement et le milieu de terrain mis à place par Jesus a parfaitement répondu présent, faisait complètement déjouer le milieu adverse.

Un résultat retentissant qui offre la place de leader au Sporting puisque, plus tard de la soirée, Porto ne pourra faire mieux que 0-0 face à Braga. La soirée est donc parfaite pour Jorge Jesus et les siens. Les supporters sont heureux et attendent déjà avec impatience la réception, fin novembre, du Benfica en coupe du Portugal.

Côté Benfica, la déception est immense. De l’entraîneur, aux joueurs, en passant par les supporters, tous ont raté leur match. Je suis peut-être sévère avec les supporters, mais après l’entrée des joueurs, je n’arrive pas à comprendre que l’ambiance soit aussi vite retombée. De plus, je m’attendais à un accueil plus rude envers Jorge Jesus. Enfin, je ne m’étendrai pas sur les milliers de supporters ayant quitté le stade bien avant la fin du match

Rusko & The Wolfman