Le retour de la Coupe d’Europe coïncide avec mon retour au stade et c’est avec un club russe, en l’occurrence le Lokomotiv, que commence ma saison en tribune. Sans être une top affiche, ce Sporting / Lokomotiv n’est pas inintéressant et devrait répondre à quelques questions. Que vaut dont le Sporting de Jesus ? Comment le Lokomotiv va-t-il gérer cette campagne européenne ? Vais-je voir Aleksey Miranchuk évoluer sous mes yeux ? Malheureusement, cette dernière question n’aura pas eu de réponse positive.

Pour ce qui est du match, le ressenti est très mitigé. Tout d’abord, le stade est loin d’être plein, ce qui ne participe évidemment pas à l’émotion d’une rencontre. Les sifflets accompagnant l’entrée des joueurs m’ont toutefois surpris. Ceux-ci étaient visiblement destinés à l’UEFA. Une soixantaine de supporters russes étaient présents et ont parfois réussi à se faire attendre, indépendamment du score. Les supporters du Sporting n’étaient évidemment pas silencieux, mais l’Estádio José Alvalade était trop peu garni pour enflammer les tribunes.

Sur le terrain, ce n’était pas la joie non plus. Le Lokomotiv est venu pour contrer avec Niasse. Fernandes, Maicon et Samedov sont chargés de l’épauler lorsque l’occasion se présente. Devant la défense, Tarasov et N’Dinga doivent protéger la charnière Corluka-Pejcinovic alors que dans les buts, Guilherme cherche à gagner du temps dès les premières minutes. En face, c’est très brouillon. Le Sporting a le ballon, mais n’arrive pas à créer de véritables mouvements déstabilisateurs. Pourtant, la défense russe est loin de donner toutes les garanties, tant les espaces semblent nombreux. Techniquement le match est assez pauvre et l’intensité n’étant pas vraiment présente, on s’ennuie. Même le but de Samedov, sur un contre à la base loin d’être bien joué, ne lance pas le match. Le Sporting pousse, évidemment, mais le jeu est brouillon et surtout beaucoup trop lent dans les enchainements. Sans rien montrer, le Lokomotiv mène à la pause.

Aux retour des vestiaires, les portugais semblent revenir avec de meilleures intentions. Ca joue un peu plus vite et, tout de suite, le danger se fait sentir dans la défense russe. Résultat, Montera place une mine qui finit dans les cages de Guilherme. Le Sporting égalise et a largement le temps pour remporter le match. Tout du moins, c’est ce que l’on pensait. Mais 5 minutes après l’égalisation, le Loko reprend l’avantage par l’intermédiaire de Samedov d’un plat du pied, bien servi par Niasse.

Et le pire est à venir pour les locaux. On joue la 65ème minute, Niasse récupère le ballon, dribble toute la défense du Sporting et s’en va tromper Rui Patricio. Entre exploit de Niasse et terrible apathie de la défense des Lions, difficile de choisir. Qu’importe, le score est bel et bien de 3-1 pour les visiteurs. Le Sporting aura bien quelques situations mais peu seront dangereuses pour Guilherme. Le Lokomotiv, s’impose donc en terre portugaise, ce qui relève d’un mini exploit et lance parfaitement cette saison en coupe d’Europe. Le Sporting devra quant à lui se rattraper en Turquie, face au Besiktas.

Rusko & The Wolfman