Que ce soir sur le plan du jeu, l’organisation ou des aléas en coulisses, cette saison 2014-2015 de RPL n’aura pas ravi tous ses fans. Entre des programmations de matchs incompréhensibles, des terrains difficiles, des délocalisations forcées ou pas, difficile de tirer un bilan positif de cette saison russe, sans compter que la sélection a du mal et que les performances en Europe auront été, une nouvelle fois, décevantes. Toutefois, tâchons de revenir sur cette saison de RPL avec un bilan club par club.

Je vous invite à relire notre bilan de la saison à la trêve

Champion incontestable

1er – Zenit – 67 pts

Leader à la trêve, le Zenit n’a jamais réellement été inquiété cette saison. L’arrivée de Javi Garcia cet été a rééquilibré l’équipe et Villas Boas a pu compter sur des valeurs sûres telles que Hulk, Witsel mais aussi Garay auteur d’une excellente saison en défense centrale. Au final, le Zenit n’aura perdu que 3 matchs, dont un alors que le titre était déjà acquis.

Zenit Class - Source [1]
Zenit Class – Source [1]

Si le succès du Zenit ne souffre aucune contestation, il est à noter que la qualité du jeu proposée par Villas Boas ne nous a pas vraiment convaincue. De plus, l’échec en Ligue des Champions dans un groupe abordable, puis en Europa League face au futur vainqueur vient quelque peu ternir le bilan global des coéquipiers d’Hulk.

Ce succès national est aussi la fin d’une ère pour le club. Emblématique joueur du club, Danny va quitter le club cet été et il pourrait en être de même pour Arshavin et Tymoschuk.

Devant, Rondon pourrait attirer les convoitises alors que Dzyuba a d’ores et déjà signé.

Au dernier moment

2ème – CSKA – 60 pts

Portés par les ex-joueurs du Rubin, Natkho et Eremenko, le CSKA revient de loin pour accrocher et même arracher sa place en tour préliminaire de la Ligue des Champions.

Après avoir enchaîné les contre-performances en avril, le CSKA n’avait d’autres choix que de faire un mois de mai parfait pour espérer revenir sur Krasnodar. Pire encore, le CSKA ne dépend plus de lui même. Heureusement pour le club de l’Armée, Krasnodar s’est manqué face à l’Amkar et au Torpedo, rendant au CSKA son destin. Une dernière journée épique au cours de laquelle le CSKA devait prendre autant de points que Krasnodar pour conserver la 2ème place.

En déplacement à Khimki face au Dinamo, Krasnodar n’a pu faire mieux que 1-1. Dans le même temps, le CSKA était mené 1-0 sur la pelouse de Rostov. Mais, à l’approche des arrêts de jeu, Pontus Wernbloom apparut. Habité par sa rage caractéristique, le milieu suédois égalise et envoie le CSKA en tour préliminaire de LDC.

Roman Eremenko - Source [2]
Roman Eremenko, meilleur joueur de la saison – Source [2]

Parmi les satisfactions côté rouge et bleu, impossible de ne pas mentionner Natkho et Eremenko, le finlandais étant certainement le meilleur joueur de la saison. Musa est également à créditer d’une bonne saison. En fin de saison, on a également pu retrouver quelques bribes du meilleur Dzagoev.

En revanche, défensivement, le CSKA va devoir envisager de nouvelles solutions. Si Ignashevich et Berezutskyi suffisent en championnat, le CSKA ne peut se contenter de ce duo en Europe et ne pourra pas réitérer l’exploit d’il y a 10 ans avec une telle charnière.

3ème – Krasnodar – 60 pts

Adversaire du LOSC en Europa League, Krasnodar était attendu au tournant. Comment ce jeune club allait-il pouvoir gérer une première participation en coupe d’Europe tout en restant compétitif en championnat.

Finalement, Krasnodar a balayé tous les doutes qui pouvaient encore entourer cette équipe. Un jeu léché et plaisant, un Shirokov retrouvé, un Mauricio Pereyra excellent et des brésiliens devant capables de faire la différence à tout moment (je pense notamment à Ari et à ce match fou sur le terrain du Spartak), une charnière Gradqvist-Sigurdson solide, et Krasnodar aura éclairé cette saison 2014-2015. Avec seulement 4 défaites au compteur, Krasnodar aura été l’équipe la plus agréable à voir évoluer et tous les espoirs sont permis pour la suite. Notons que les taureaux ont du terminer la saison sans Joãozinho, blessé, et qui aurait pu offrir d’autres options à Kononov lors des dernières rencontres.

Oleg Kononov - Source [3]
Oleg Kononov, l’homme fort de Krasnodar – Source [3]

Krasnodar manque donc de très peu une place en tour préliminaire de LDC. Mais n’était-il pas trop tôt pour ce club de croire à une possible participation en LDC ? Difficile à dire. Cet été, il faudra conserver les bons éléments, à commencer par Pereyra, essayer de garder Shirokov qui devrait retourner du côté du Spartak (retour de prêt)

Krasnodar doit encore progresser dans la régularité face aux équipes qui lui sont inférieures. Kononov le sait, cette régularité face aux petits pourrait placer Krasnodar encore plus haut sur l’échelle nationale.

Les déceptions moscovites

4ème – Dinamo – 50 pts

Après un début de saison très convainquant, une campagne européenne parfaite lors des matchs de poules, le Dinamo n’a pas su confirmer en 2015.

Eliminés fort logiquement par Naples en EL, les partenaires de Valbuena ont fait une deuxième partie de saison presque quelconque, en terminant même par 4 matchs sans victoire. Certes, le Dinamo accroche l’Europe League, mais l’ambition était toute autre. La lutte pour le titre était envisagée et surtout une place dans les deux premiers pour espérer jouer la Ligue des Champions.

Kevin Kuranyi - Source [4]
Kevin Kuranyi et l’hommage des supporters – Source [4]

Trop fiables défensivement, les hommes de Cherchesov ont pu compter sur un très bon Valbuena, bien que le français se soit quelque peu essouflé en fin de saison. Pour sa dernière saison au club, Kuranyi a parfaitement rempli son rôle et a montré à Kokorin qu’il était encore loin d’être un top joueur.

En effet, la jeune vedette russe n’aura pas su porter dans équipe vers les sommets. Kokorin a énormément déçu cette saison et va devoir se remettre au travail et montrer autre chose la saison prochaine pour justifier son salaire mirobolant. Enfin, soulignons qu’une nouvelle fois Denisov a réussi à se mettre son entraineur à dos. Critiquant le choix de faire jouer Rotenber, le fils du président, Denisov s’est mis en porte à faux, insultant même Cherchesov de clown. Evidemment, ce n’es pas passé du côté de l’entraineur à la moustache et il ne serait pas étonnant de voir Denisov quitter le club cet été.

Côté satisfaction, j’aimerais souligner la bonne saison de William Vainqueur au milieu de terrain.

5ème – Rubin – 48 pts

7ème à la trêve, le Rubin a profité des déboires du Spartak pour venir s’imiscer dans la course à l’Europe. Porté par Portnyagin en attaque ainsi que des joueurs comme Georgiev ou Ozdoev, auteur d’une vraie saison complète et très intéressante, le Rubin refait surface en RPL.

Si le club manque la qualif en EL pour 2 points, le travail de Bilyaletdinov à la tête de l’équipe n’en reste pas moins excellent. Il a su insuffler quelque chose de nouveau au club tatar et c’était loin d’être partie gagnée lorsqu’il a pris les rênes de l’équipe la saison dernière. Le club de Kazan semble donc reparti sur de bons rails. Toutefois, il me semble compliqué d’en attendre beaucoup plus de la part du Rubin.

6ème – Spartak – 44 pts

La déception permanente. Tel était mon titre pour le bilan du Spartak la saison passée. Je pourrais reprendre exactement le même titre pour cette saison. Après avoir réussi à faire échouer Unai Emery, le Spartak vient de faire échouer Murat Yakin. A ce niveau, difficile de croire que seuls les entraineurs sont les problèmes du club. Comment un tel club peut-il être aussi mal géré ?

Murat Yakin - Source []
Murat Yakin et l’échec du Spartak – Source [5]

Yakin a bien tenté de reprendre de l’ordre dans le club mais s’est heurté à certains joueurs réfractaires (Shirokov, Dzyuba) ou à d’autres conflits plus inatendus (Movsisyan et Ozbiliz sont persuadés que le fait d’être arméniens ne plaidait pas en leurs faveur). Yakin a donc tenté la carte jeune avec Davydov voire Krotov en attaque, sans véritable succès. Même l’installation dans la magnifique Otkryie Arena n’aura rien changé. La saison du Spartak est illisible tant elle sort de toute considération rationnelle. Parfois pathétique, parfois magnifique, surtout en première partie de saison, le Spartak est même capable d’alterner l’excellent et le médiocre au cours d’un même match.

Niveau médiocre, la performance défensive face au CSKA, à domicile, devrait longtemps hanter les supporters du club. Seul Quincy Promes aura été à la hauteur de ce club cette saison. Le jeune néerlandais a porté à lui tout seul son équipe et peut être fier de sa saison.

Quincy Promes  - Source [5]
Quincy Promes, l’éclaircie du Spartak – Source [6]

En tout cas, Yakin a été limogé et un nouveau chantier est à prévoir côté Spartak. Notons également que Kim Källström a annoncé son départ du club.

7ème – Lokomotiv – 43 pts

Après le Spartak, place au Lokomotiv. Niveau déception, les clubs de la capitale en connaissent un rayon. Troisième la saison passée, le Lokomotiv aura vécu une bien piètre saison. 14ème sur les matchs de 2015, les cheminots sauvent leur saison avec la Coupe de Russie qui leurs offre une place directe en Europa League. Un moindre mal tant le niveau affiché cette saison aura été décevant.

Aleksey Miranchuk, grand espoir - Source []
Aleksey Miranchuk, grand espoir – Source [7]

Kuchuk puis Bozovic n’auront jamais pu redresser la barre et jamais le Lokomotiv n’aura semblé en mesure d’intégrer la course aux premières places. Les deux entraineurs n’auront d’ailleurs pas terminé la saison sur le banc du Loko.

En guise d’espoir, relevons que le jeune Aleksey Miranchuk est talentueux et on espère qu’il pourra confirmer et s’imposer définitivement dès la saison prochaine.

Un Mordovia inattendu

8ème – Mordovia – 38 pts

9 buts marqués en 2015 pour 18 points pris. Autant dire que le Mordovia ne marque pas pour rien. La deuxième plus mauvaise attaque du championnat termine donc au milieu de tableau. Un bien bel exploit pour le promu et pour Yuri Semin qui dirigeait son dernier match pour le club de Saransk ce weekend.

Yuri Semin - Source [8]
Yuri Semin, sur le départ – Source [8]

La recette du succès ? Battre les équipes de bas de classement et réaliser deux exploits face au Zenit et à Krasnodar. Peu importe les raclées reçues de temps en temps face aux gros, les points sont pris face aux adversaires qu’il faut et le maintien aura été assuré dans problème. Si le Mordovia semblait être le promu le mieux armé pour se maintenir, personne n’osait les imaginer aussi haut en fin de saison. Assurément, il sera difficile de faire aussi bien la saison prochaine.

9ème – Terek – 37 pts

La saison 2014/2015 du Terek aura été beaucoup moins stressante que la précédente. Pas de lutte acharnée pour le maintien cette fois mais un relatif anonymat avec quelques coups d’éclats comme la victoire 4-2 face au Spartak ou une victoire sur la pelouse du Zenit par exemple.

Le Terek avait assuré l’essentiel avant la trêve et ça s’est cruellement ressenti en 2015. En effet, depuis la trêve, le club de Groznyi est la deuxième moins bonne équipe de RPL.

L’art de se saborder

10ème – Kuban – 36 pts

Si le Terek n’est pas dernier sur 2015, c’est parce que le Kuban a fait pire. Deux petites victoires en 2015 ! Quand on pense que les dirigeants ont osé limoger Goncharenko alors que le Kuban était dans les premières places du classement. Depuis cet événement, plus rien ne va. Kuchuk, revenu sur le banc, n’a rien apporté et le Kuban a manqué l’occasion de sauver sa saison en perdant en finale de la coupe de Russie.

Au final, plus qu’un bon coach, le Kuban a peut-être perdu beaucoup plus en se séparant de Goncharenko. En effet, il se murmure que de nombreux joueurs pourraient quitter le club cet été, étant donné que le Kuban ne jouera pas de coupe d’Europe. Parmi les joueurs sur le départ, certains ne devraient pas avoir de mal à trouver des prétendants, Popov notamment.

Une lutte acharnée et des équipes qui reviennent de loin

11ème – Amkar – 32 pts

Mal en point à la trêve, l’Amkar a sorti un deuxième partie de saison incroyable en terminant sur 7 matchs sans défaite ! Pourtant jusqu’à mi-avril, personne ne donnait cher de la peau du club de Perm. Mais, Gadzhiev a su trouver la recette. Ce qui avait fait le succès du club sur la première partie de la saison dernière ne pouvait pas être perdu à jamais.

Emmené par l’éternel Peev, l’Amkar a entammé sa remontée en battant le CSKA, s’en suit une défaite face à Arsenal puis cette série de matchs sans défaite, avec notamment des victoires face au Dinamo et au Zenit.

12ème – Ufa – 31 pts

Autre promu qui se sauve, Ufa a bien failli nous faire le coup de Volga la saison passée, à savoir une première partie de saison bien menée puis un effondrement en deuxième partie de saison. Fort heureusement pour les partenaires de Marcinho, l’hémoragie a été stoppée assez rapidement et Ufa a su profiter des piètres performances du Lokomotiv et du Kuban pour lancer son année 2015 fin avril. Invaincu sur les 4 derniers matchs, le promu a même tenu tête au Zenit et au Rubin et battu le Spartak chez lui.

En tout cas, il faut tirer un grand coup de chapeau à cette équipe d’Ufa qui aura joué presque toute sa saison à l’extérieur, recevant la plupart du temps à Perm ou à Saransk.

13ème – Ural – 30 pts

13ème à la trêve, le club d’Ekaterinbourg n’échappera pas au match de barrage. Malgré un excellent parcours en 2015, l’Ural n’a pas pu résister au retour de l’Amkar et doit donc se contenter de cette place de barragiste. L’Ural jouera son maintien et sa place en RPL face à Tom mardi et samedi prochains.

8ème sur la période de 2015, l’Ural a su prendre des points face à des adversaires plus huppés (victoire face au Lokomotiv et au Dinamo). Des performances salvatrices puisque dans le même temps, l’Ural a connu quelques difficultés face aux équipes de son standing.

Niveau performances individuelles, soulignons les bonnes saisons de Smolov, Acevedo ou encore Fontanello en défense.

14ème – Rostov – 29 pts

Dernier à la trêve, Rostov revient de très loin et peut remercier le sorcier turkmène Kurban Berdyev pour cette place de barragiste. Avec un calendrier particulièrement difficile en fin de saison, Rostov n’avait pas le droit de se manquer après la trêve. Berdyev en était bien conscient et son équipe a su prendre les points et enchaîner 5 victoires en 6 matchs entre le 16 mars et le 20 avril.

Kurban Berdyev - Source []
Kurban Berdyev – Source [9]

Depuis, Rostov n’a plus gagné mais a tenu face au Dinamo dans un premier temps et surtout a failli obtenir le maintien direct face au CSKA. Sans ce but de Wernbloom en toute de fin de match, Rostov serait aujourd’hui assuré de jouer en RPL la saison prochaine.

Finalement, Rostov devra se défaire de Tosno pour avoir le droit de rester dans l’élite russe. Arrivé à la trêve, Dzyuba n’aura pas pesé bien lourd dans la bonne fin de saison du club, contrairement à Azmun. Mais, vous l’aurez compris, celui qui a tout changé se nomme Kurban Berdyev.

Une saison et puis s’en va

15ème – Torpedo – 29 pts

Celui qui fait les frais des ces bonnes fins de saison de clubs comme Rostov ou Amkar n’est autre que le Torpedo.

Défait seulement à 4 reprises en 2015, il aura manqué un petit point au Torpedo pour arracher le barrage. Pourtant l’équipe se sera battue jusqu’au bout., au sens propre comme au figuré (Hugo Vieira et Putilo en sont venus au main au cours d’un match).

Certes, les promus ont rarement la tâche facile, mais avec des joueurs comme Kirill Kombarov, Diniyar Bilyaletdinov, Anton Putilo, Hugo Vieira, Vladimir Rykov voire Ivan Franjic, le Torpedo semblait bien mieux armé que certains autres clubs dans cette lutte pour le maintien.

16ème – Arsenal – 25 pts

Armé lui, Arsenal ne l’était pas vraiment et ça s’est cruellement ressenti sur le plan offensif. Avec 20 petits buts marqués, difficile de gagner des matchs. Pourtant, Arsenal y aura cru à un moment, suite à un enchapinement de victoire face au Spartak, à Ufa et face à l’Amkar. Mais rien n’y a fait. Clairement, Arsenal ne perd pas son maintien en 2015, mais bien en 2014. En effet, Filimonov a couté beaucoup de buts au club de Tula lors de la première partie de saison. L’arrivée de Mucha dans les cages a changé la donne, redonné confiance aussi à la défense, mais il était trop tard.

Dimitry Alenichev - Source []
Dimitry Alenichev aura cru au maintien – Source [10]

On peut aussi repenser à ce match face au CSKA et à la décision d’Alenichev d’envoyer son équipe U23 pour protester contre le fait de ne pas pouvoir jouer à Tula à cause de l’état du terrain. Mais là encore, je ne suis pas persuadé que cela aurait changé le cours de l’histoire. Alenichev nous aura, en tout cas, montré de belles choses avec son Arsenal, certes limité mais courageux et animé d’une volonté de jouer au foot. Nul doute qu’on pourrait retrouver Dmitry Alenichev sur un banc de RPL la saison prochaine.

CLASSEMENT FINAL

Classement final de la saison 2014/2015 - Source []
Classement final de la saison 2014/2015 – Source [11]

First National League

A l’instar du Torpedo et d’Arsenal, d’autres équipes font l’ascenseur, mais cette fois c’est pour le bonheur de leurs supporters.

Ainsi, Krylya Sovetov remporte la FNL devant l’Anzhi de Yannick Boli qui finit meilleur buteur du championnat. Comme la saison passée, Tom jouera le barrage et sera accompagné par Tosno.

Finalement, le seul club relégué la saison passée qui ne s’en est pas sorti est donc le club de Volga qui termine à un peu reluisante 13ème place.

En bas de classement, Sakhalin quitte la FNL après une petite saison et accompagne Khimik Dzerzhinsk et le Dinamo Saint Petersburg (qui pourrait disparaître) en 2ème division.

La saison en un coup d’oeil

Champion : Zenit

Relégués ; Torpedo et Arsenal

Promus : Krylya Sovetov et Anzhi

Ligue des champions : Zenit

Tour préliminaire de LDC : CSKA

Europa League : Lokomotiv (coupe), Krasnodar et Dinamo

Barragistes : Ural et Rostov

Affiches de barrages de maintien/accession :

Tom vs Ural & Tosno vs Rostov

Récompenses objectives

Meilleure défense : Zenit (17 buts encaissés)

Meilleure attaque : CSKA (67 buts marqués)

Meilleur buteur : Hulk (Zenit) 15 buts

Meilleur passeur : Mathieu Valbuena (Dinamo) 11 passes décisives

Récompenses subjectives

Meilleur entraineur : Oleg Kononov (Krasnodar). Mention spéciale à Yuri Semin pour son travail avec le Mordovia.

Meilleur gardien : Yury Lodygin (Zenit)

Meilleur défenseur : Ezequiel Garay (Zenit)

Meilleur milieu défensif : Bibras Natkho (CSKA)

Meilleur milieu offensif : Roman Eremenko (CSKA) Pour moi, le meilleur joueur de cette saison

Meilleur attaquant : Hulk (Zenit)

Equipe type de la saison

Equipe type de RPL
Equipe type de RPL

Références

[1] – Image issue du site du Zenit

[2] – Image de Roman Eremenko issue du site du CSKA

[3] – Image d’Oleg Kononov issue du site du Krasnodar

[4] – Image de Kevin Kuranyi issue du site championat

[5] et [6] – Images de Murat Yakin et Quincy Promes issue du site Spartak

[7] – Image d’Aleksey Miranchuk issue du site du Lokomotiv

[8] – Image de Yuri Semin issue du site du Mordovia

[9] – Image de Kurban Berdyev issue du site de Rostov

[10] – Image de Dmitry Alenichev issue du site de l’Arsenal

[11] – Image du classement de RPL issue du site soccerway

Rusko & The Woflman