37 ans ! C’est le nombre d’années d’invincibilité des Bordelais contre l’OM à Chaban-Delmas. Les Girondins quittant leur enceinte en fin de d’exercice, c’était donc la dernière chance pour l’OM de briser les statistiques et autres malédictions. Mais certains matchs résument parfois la période que peut traverser l’OM et les hommes de Bielsa n’ont été capables de rompre la série en cours dimanche soir. Pourtant ce n’est pas faute d’avoir essayé et dominé Bordeaux. Mais l’arbitre de la rencontre, M Varela a perdu les pédales. Habituellement, je ne me cache jamais derrière les erreurs d’arbitrage, surtout quand il faut visionner les ralentis à 4 reprises pour être sûr de la décision. Mais sur cette rencontre, comment qualifier la performance et les prises de décision de l’homme en noir tant elles semblent absurdes, stupides et surréalistes ? Comment ne pas siffler la faute de Pallois sur Alessandrini juste avant la mi-temps ?

Que dire de la main du défenseur bordelais qui s’essaye au Volley-Ball dans la surface de réparation ? Et si M. Varela avait été bon, Mendy aurait pu voir rouge avant la mi-temps. Quand l’avdersaire est largement supérieur, comme le PSG, il n’y a pas à s’insurger contre l’arbitrage. En revanche, lorsque l’OM, sans être exceptionnel, domine les débats pendant plus d’une heure, le sentiment d’injustice resurgit. N’est pas Bielsa qui veut. Mais ne parlons pas de complot, s’il vous plait !

L’équipe girondine se résume hier a deux actions : Une frappe de Mariano sur le dégagement manqué de Mandanda qui heurte le poteau, et l’occasion du but. En ligue 1, ce plan de jeu aussi rudimentaire est suffisant pour jouer les trouble-fêtes et il suffit de regarder le classement pour comprendre qu’en France, le jeu offensif n’est pas forcément récompensé. Cette théorie se vérifiera davantage si les olympiens ne terminent pas sur le podium en fin de saison. Pourtant dans le trio de tête depuis la 4ème journée, Marseille voit cet objectif de plus en plus difficile à atteindre, en raison d’un début d’année 2015 trop insuffisant. Les poursuivants sont plus que jamais dans la course et avec le calendrier qui attend l’OM, il y a lieu de s’inquiéter…ou pas finalement. En effet, il est important pour l’OM de finir sur le podium. Mais parlerait-on de saison gâchée si le club n’y figure pas en fin de saison ? On pourrait évoquer une saison décevante, au regard des bons résultats en 2014, de la première place fin 2014, avec rappelons le, respectivement deux et trois points d’avance sur l’OL et le PSG. Mais de là à parler d’échec, il y a un pas que je me refuse de faire.

Notons qu’une place sur le podium ne garantit pas de jouer la ligue des champions mais permet un barrage que les clubs français franchissent de moins en moins (cf. Lille). Avec l’équipe actuelle, sommes-nous capables en l’état de passer cette double confrontation ? Quand bien même le club parviendrait à sortir de barrages et empocher le chèque de la qualification en Ligue des champions, que feraient les dirigeants marseillais ? La gouvernance du club ces dernières saisons ne laisse place à l’optimisme et il suffit de regarder les recrutements pour s’en convaincre. Le grand Vincent Labrune nous parlait du « Projet Dortmund », avec cette volonté de promouvoir le talent français, faire des plus values. Je serais curieuse de savoir qui serait prêt à mettre autant d’argent que M. Labrune pour recruter Imbula, Lemina, Mendy ou Thauvin…ce denier, auteur de combien de bons matchs depuis le début de saison ?

Quelle que soit l’issue de la fin du championnat, les supporters ont rarement vécu autant de plaisir et d’émotion. Que les marseillais profitent de ses septs derniers matchs sous l’ère Bielsa avec pourquoi pas, un parcours sans faute et une place sur le podium tant méritée.

Najet & The Wolfman