Tous les yeux étaient donc braqués sur le choc OM / PSG ! Hormis la rivalité entre les deux clubs depuis les années 90, cette rencontre était l’objet d’un réel enjeu sportif. L’OM avait en effet la possibilité de passer devant son adversaire du soir au classement à l’issue de ce match. Rappelons quand même que le P.S.G passe rarement à coté de ses grands rendez-vous cette saison. Notons également que Marseille n’est parvenu à s’imposer face aux équipes qui aspirent à une place sur le podium (P.S.G, L’OL , Monaco). Autant dire que la tâche marseillaise était compliquée.

La semaine précédant la rencontre, les joueurs ont rappelé dans les médias l’importance de cette rencontre et leur volonté de remporter la rencontre. Réalité ou sur-jeu ? Toujours est-il que les joueurs de l’OM se sont mis la pression, dans un contexte qui n’en demandait pas tant.

Dans une ambiance exceptionnelle et un stade vélodrome digne des grands rendez-vous européens, les hommes de Bielsa démarrent la rencontre timidement. Je m’attendais à un pressing haut et organisé. C’est tout l’inverse qui s’est passé dans ces premières minutes. Les joueurs semblent perdus par le marquage individuel demandé par El Loco. Paris gère à l’expérience ce début de rencontre en confisquant le ballon grâce à sa maitrise technique. Oui, rappelons-le : La technique dans le football est un élément important.

Mais ce qui transpire le plus dans cette équipe Marseillaise, c’est la combativité et l’engagement. Quelques rares joueurs comme Payet sont figures d’exception, mais dans l’ensemble, l’OM est limité dans ce domaine. Dja Djé Djé, encensé à juste titre depuis le début de saison tant il se donne sur le terrain est le symbole de cette équipe. L’envie et l’engagement physique peuvent faire la différence contre Lille, Rennes ou Evian mais dès que le niveau s’élève, Marseille touche du doigt ses limites : contrôles, centres, et CPA

Dans cette rencontre, l’OM a tout de même ravi les supporters notamment au niveau de l’efficacité offensive, secteur dans lequel les hommes de Bielsa pêchaient ces dernières semaines. L’OM vire en tête à la pause, face à un P.S.G en tourisme dans cette première mi-temps. Il n’aura fallu que 10 minutes aux parisiens pour reprendre l’avantage en seconde mi-temps, grâce à Marquinhos et un csc de Morel. La seconde mi-temps sera parisienne et le score aurait pu être plus sévère, sans la maladresse du PSG et un Grand Mandanda.

Dans l’analyse post-match, la main de Marquinhos non sifflée fait évidemment polémique. Mais ne retenir que ce fait de jeu est une erreur. J’invite tous nos lecteurs à lire les règles d’arbitrages (page 16) pour une meilleure compréhension des décisions de l’homme en noir et éviter des débats stériles. Les supporters de l’OM ne peuvent s’attacher à ce fait de jeu, si ce n’est se chercher des excuses et nier la réalité résumée par Bielsa : La meilleure équipe sur le terrain a gagné, avouant au passage ses erreurs

La saison dernière, les supporters ont pu sortir frustrés des rencontres contre le P.S.G, avec l’impression que les joueurs n’avaient pas donné le maximum. Là, c’est tout l’inverse. Les joueurs ont été exemplaires. Seulement, ce critère d’engagement ne suffit plus quand l’adversaire est du niveau Champion’s League. Il n’y a aucun regret à avoir à l’issue de cette rencontre tant la supériorité des parisiens apparaît évidente. La saison s’achève et la course au titre est finie. Il est temps d’aller chercher une place sur le podium. Aux joueurs de faire le reste…

Najet & The Wolfman