Après avoir vécu le derby depuis Estádio da Luz, c’est à Estádio José Alvalade XXI, l’antre du Sporting, que je me rends cette fois, pour espérer vivre un grand moment dans ce Derby Eterno. Malheureusement, je vais vite déchanter Si vous ne voyez ni photo ni vidéo de l’entrée des joueurs et du spectacle en tribune, ce n’est pas par manque de volonté de ma part, bien au contraire. Non, c’est tout simplement qu’on a volé à des centaines de spectateurs, les 15 premières minutes du match. J’avais pourtant pris mes précautions et était arrivé au stade près d’une heure avant le coup d’envoi. Ca n’a pas suffi. Barré par la police, je ne m’inquiétais pas plus que ça alors qu’il n’était que 19h20.

Mais plus le temps avance, plus la pression se fait sentir. La police nous empêche de passer afin d’assurer la sécurité des supporters de Benfica. Loin de moi l’idée de critiquer ce fait, mais comment se fait-il que des supporters locaux, placés en tribune latérale n’aient pas la possibilité d’entrer dans le stade avant le coup d’envoi ? Comment ne pas comprendre la frustration du supporter qui voit à intervalles réguliers des petits groupes de supporters adverses être escortés pendant que lui doit patienter et manquer le début du match ? Pour expliquer ce désordre ambiant, l’entrée des supporters adverses se faisait par la même porte que celle des supporters de la tribune latérale « Moche » … Fort heureusement, les choses se sont déroulées dans le calme.

Bref, je me presse pour prendre place en tribune. L’ambiance n’est pas exceptionnelle (j’ai du rater une belle entrée des joueurs). Le Sporting fait le jeu, Benfica défend et à vrai dire, il ne se passe pas grand chose. William Carvalho fait la loi au milieu et je reste persuadé que ce joueur peut et doit faire encore plus que ce qu’il réalise ce soir. La mi-temps pointe son nez et j’ai le sentiment que le match n’a pas réellement commencé. La mi-temps est l’occasion de procéder au tirage au sort du final 4 de l’UEFA Futsal Cup qui aura lieu à Lisbonne. Barcelone vs Sporting et Kairat (Almaty) vs Dinamo (Moscou) seront les affiches des demi-finales.

La seconde période débute sans véritable engouement. Le public attend un but, de la folie pour s’enflammer réellement. Globalement, le Sporting domine cette rencontre. Benfica ne propose pas grand chose et semble se contenter d’un match nul. Côté locaux, les dernières passes sont trop imprécises et la frustration qui m’habitait à l’entrée dans le stade perdure.Le speaker annonce un peu plus de 49 000 spectateurs et le record du stade par la même occasion. La rencontre va s’emballer dans les dernières minutes de la rencontre. On joue la 87ème minute lorsque Jefferson ouvre le score et vient récompenser logiquement la domination du Sporting. Le stade José Alvalade XXI est enfin en ébulition, tout le stade est debout, chante et saute.

La fin du match est proche. Les « visiteurs » comme les dénomme le speaker du stade, jettent leurs dernières forces dans la bataille. On joue la dernière minute, la défense du Sporting tergiverse et ne parvient pas à se dégager. Jardel prend le ballon, frappe et arrache l’égalisation. Le parcage exculte comme une partie des spectateurs présents dans la tribune où je me situe.

Les supporters du Benfica fêtent ce match nul comme une victoire. Le SLB garde ses distances avec les lions et sur Porto. Les 7 dernières minutes du match m’auront donc quelque peu fait oublier ce début de soirée. Je vais me contenter de ça.

Rusko & The Woflman