Nous vous disions après le match contre Monaco que cet OM recevait bien mieux qu’il ne se déplacait. Ca s’est confirmé lors de la dernière journée de la phase aller contre Lille. En effet, l’OM dans un stade Vélodrome plus que plein (62400 spectateurs et record d’affluence) a enchaîné une 9ème victoire d’affilée à domicile. Et de quelle manière ! Dans cet avant match, la composition de Bielsa a attiré l’attention. En effet, le chef d’orchestre de cette équipe marseillaise, Dimitri Payet, a été écarté du groupe par l’entraîneur argentin en raison d’un rendement jugé insuffisant à l’entraînement. El Loco, visiblement mécontent après le match contre Monaco, a envoyé l’ancien Lillois en vacances plus tôt que prévu. Un message fort qui fait comprendre à ses joueurs qu’il n’accepterait aucun relâchement et que tout le monde dans ce groupe avait sa chance. Et cette position impose le respect, d’autant plus qu’en début de saison, cette autorité connue de Bielsa laissait présager quelques doutes, étant donné le passif des joueurs français avec l’autorité. Michy Bastsuayi, repositionné 10, est donc aligné à la place de Payet. Brillant, l’international belge a régalé et Payet n’a qu’à bien se tenir.

L’OM développe comme très souvent un jeu plaisant, porté vers l’avant. En 7 minutes, les lillois avaient déjà concédé 4 corners. L’OM a la possession de balle et arrive à se procurer facilement des occasions. Mais celles-ci, trop souvent mal négociées, ne permettent pas à l’OM de se mettre à l’abri à la pause. L’OM, par son jeu en avant, met l’équipe adverse dans la difficulté et s’affranchit surtout des fautes d’arbitrages et autres faits de jeu qui pourraient se tourner contre elle. Au contraire, cette approche pousse les Marseillais à la réussite , et sur un corner mal tiré, c’est Nolan Roux, qui offre l’ouverture du score au phocéen.  Avec un peu plus de réussite et d’adresse, l’OM aurait du et pu doubler la marque, mais Payet et Gignac en ont décidé autrement.

Au retour des vestiaires, les lillois décident de déplacer le bus garé dans la surface marseillaise et jouent un peu plus haut.  Au plus grand plaisir de tous, puisque le match devient ouvert et encore plus plaisant. Et sur un ballon perdu par Gignac au milieu de terrain, le bon travail de Balmont permet le décalage sur la droite. Le centre du latéral droit lillois trouve Gueye, dont la frappe détournée, trompe Mandanda. Tout est à refaire pour l’OM. Mais finalement, rien ne change réellement dans l’intention de jeu. Cet OM ne sait pas vraiment conserver un résultat, et l’égalisation ne modifie pas la physionomie du match. Et c’est le meilleur joueur du match, Michy, qui vient donner l’avantage aux marseillais, d’une frappe du droit qui trouve la lucarne droite de Enyeama. 2-1, ce sera le score final. A noter que Romao, auteur d’un tacle absurde et dangereux, aurait du quitter ses partenaires juste après son entrée en jeu.
http://www.dailymotion.com/video/x2d1yp5_bielsa-s-explique-pour-payet_sport#from=embediframe

Côté lillois, il est difficile de parler du jeu tellement les intentions sont timides. Et que dire de la conférence de Réné Girard ? Je vous invite à lire la conférence de presse du coach du LOSC… Tout nous rappelle les années Elie Baup… Mais que celles-ci semblent loin, à des années lumière du jeu actuel.

En effet, l’OM est aujourd’hui leader, champion d’automne, en pratiquant un jeu offensif, généreux et ambitieux. Tout n’est pas parfait mais cette place apparaît méritée au vu de cette première partie de saison. Alors il parait que le père Noël n’existe pas, mais pour les Marseillais, El Loco aura procuré pendant 6 mois énormément de plaisir et d’émotion à tous les suppporters marseillais, mais pas que ! Beaucoup d’amateurs de foot, loin de là supporters de l’OM,  se prennent au jeu de l’argentin et apprécient beaucoup le travail effectué du côté de la Canebière. Alors que dire de plus de ce grand entraîneur ? Un grand merci tout simplement.

Références

[1] – Photo issue du site de l’OM

Najet & The Woflman