Retour sur le match de la semaine au Parc des Princes et la réception de l’Ajax. Cette rencontre avait comme « enjeu sportif » en cas de victoire des Rouge et Bleu de maintenir la fameuse finale du groupe contre le Barça lors de la dernière journée. C’est en ce sens que cette rencontre a a été vendue et il est vrai qu’éviter le Bayern, le Real ou Chelsea en 8ème de finale n’est pas négligeable. Mais j’aimerais tout d’abord revenir sur l’atmosphère qui sévit autour du Parc depuis un moment, avant de revenir sur le match de ligue des champions

Le PSG avait pris soin de prévenir les abonnés du dispositif renforcé pour cette rencontre considérée à « très haut risque », et conseillait d’arriver en avance. En arrivant au stade, 2000 CRS étaient présents aux alentours du Parc et il m’aura fallu 5 barrages de Police/Stewart, enchaîner les contrôles de mon abonnement et les fouilles pour atteindre ma place dans la tribune Auteuil. En effet, 800 hollandais méritaient bien un dispositif jamais vu autour du Parc depuis le fameux PSG/OM de février 2010. A ce sujet j’étais au Calderón le mois dernier. Il m’a fallu passer un contrôle de billet et une fouille pour rentrer dans le stade. Ca laisse rêveur ! Aujourd’hui, aller au Parc avec le billet de quelqu’un d’autre relève du miracle. De même, en tribune il règne une impression de tout interdit. Les supporter peuvent toujours se lever et hurler à Auteuil, on n’efface pas les mauvaises habitudes, mais jusqu’à quand ? Il paraît qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Mais pour quelle utilité ? J’étais absolument favorable au plan Leproux. Depuis, les choses ont quand même évolué. Depuis 4 ans, aucun incident n’est pas à déplorer à ma connaissance. Le public, en dehors de quelques irréductibles ex-ultras très minoritaires et des anciens supporters, a totalement changé. On l’a assez entendu comme cela du reste. A quoi bon continuer à durcir les conditions d’accès au stade ? Pourquoi autant de psychose ? Mais il est difficile d’aborder ce sujet sans que l’on nous rétorque « Ah oui, c’était mieux quand il y avait des bastons, des blessés ». Une sorte de nouveau « point Godwin » qui coupe court à tout débat sur le ressenti des supporters et assimile ces derniers à des hooligans, avides de violence. La nuance n’a visiblement pas sa place dans ce sujet, où rapidement, les avis des uns et des autres passent pour des plaidoyers ou réquisitoires concernant les évènements de 2010. Ce qui n’est pas réellement le sujet…

Que dire de l’ambiance de ce PSG/Ajax ? Le stade m’a paru triste, avec toujours les mêmes soucis de chants désordonnés, les spectateurs prêts a critiquer la moindre erreur. J’exagère à peine. Le Parc a gardé une âme « populaire », fidèle en dépit d’une ambiance assez froide en dehors des grosses rencontres. Mais il est devenu (ou redevenu) exigeant. Gagner est devenu normal et est le minimum attendu. Les spectateurs souhaitent voir du spectacle, des gestes techniques à chaque action ou presque : Un petit Bernabeu bis en quelque sorte.

Concernant le match, le PSG a affronté une équipe de l’Ajax, scolaire, appliquée collectivement, et qui a fait le jeu tout le match sans être véritablement dangereuse et trop naïve défensivement. Les hommes de Laurent Blanc ont confirmé être en souffrance collectivement, en raison d’un milieu en méforme, touché par les blessures (Motta, Verratti, Cabaye). Paris subit alors le jeu au milieu et c’est une nouveauté cette saison. Il a été suffisamment reproché au PSG de Blanc de ne pas avoir de plan B pour ne pas le souligner. En effet, contre l’OM et l’Ajax, l’équipe a montré qu’elle savait laisser le ballon à l’adversaire, contrer et être surtout efficace. Combien de fois a-t-on entendu Blanc répéter « Le plus dur dans le foot, c’est de marquer des buts. Il faut 15 occasions à cette équipe pour marquer ». Cela semble de l’histoire ancienne. A l’instar du match contre Marseille, le PSG a fait mouche à pratiquement chaque tentative en cette soirée européenne. Touché par un nombre important de blessures, le PSG est devenu froid, réaliste et fait le dos rond. La recette fonctionne : Le PSG est toujours invaincu en 19 matchs cette saison (seule équipe avec Chelsea et Porto), sur une série de 8 victoires de suite.

PSG - AJAX (3)
PSG – AJAX (3)

Le PSG qui semble sur le fil du rasoir depuis ce début de saison, est en réalité en pleine confiance. Un peu à l’image de son buteur uruguayen Cavani. Il paraît qu’il n’est pas bon. Il vient de marquer 7 buts sur les 8 derniers matchs et de s’offrir un double de renard contre l’Ajax. J’ai toujours considéré que sans un grand Cavani, Paris aurait du mal à accomplir ses objectifs européens (minimum 1/2 finale de C1 et le rêve la gagner). Or Cavani est à l’image de son club, loin de son meilleur niveau, mais plus que jamais au rendez-vous en cette première partie de saison. De quoi laisser entrevoir de belles choses non ?

Je terminerai par dire un mot sur Marquinhos, encore très bon mardi soir, et probablement le meilleur parisien cette saison après Pastore. Et si Pastore était la grande recrue de l’été au PSG? Il semble tout simplement indispensable à ce milieu, comme Verratti. L’argentin a moins brillé contre l’Ajax que lors de ses derniers matchs mais a encore été bon à tel point qu’il sera aussi bien difficile pour Blanc de le sortir de son 11 que pour Martino, le sélectionneur argentin qui l’adore.

Enfin un dernier mot sur les revenants. Rabiot après son interminable feuilleton autour de sa prolongation, fait presque figure de nouvelle recrue. Toujours aussi fin techniquement, il a été en grosse difficulté tactiquement en première mi-temps, ce que Blanc n’a pas manqué de souligner après le match du reste. Et puis que dire du retour de l’idole du Parc, de la star, du buteur, Zlatan ? Des tribunes, le suédois est agaçant. Il marche, hurle, ne fait pas d’effort, perd des ballons faciles. Et puis, en deux actions, il fait gagner un match. Tout d’abord sur sa louche en première mi-temps pour lavezzi qui permet à Cavani de marquer le but le plus facile de sa carrière. Puis surtout sur sa superbe reprise de volée suite à une belle passe de Pastore, permettant de marquer le but du 2-1 a la 79ème et de délivrer un Parc en souffrance contre une bonne équipe de l’Ajax. Et quand Zlatan va, tout va au PSG.

KarimJ & The Wolfman

Publicités