Ce mercredi 1er octobre, l’AS Monaco se déplace du côté de Saint Pétersbourg pour le deuxième match de poule de cette Ligue des Champions 2014-2015. Victorieux sur la pelouse de Benfica, le Zenit pourrait faire une très belle opération en cas de succès face aux monégasques dans un groupe qui s’annonce très ouvert. Vous me direz, il en va de même pour Monaco qui s’il repart du Petrovski avec les 3 points s’emparerait seul de la tête du groupe.

Outre l’aspect qualification pour les 8ème de finale, ce Zenit – ASM est aussi l’occasion de faire la différence à l’indice UEFA. Ce fameux indice qui place désormais la RPL devant la L1. Les deux confrontations directes entre ces clubs pourraient donc être cruciales dans bien des aspects.

A quoi Monaco doit-il donc s’attendre ?

Depuis son arrivée à la tête du club, André Villas Boas a redonné vie à un Zenit quelque peu moribond. Il a également rajeunit l’équipe et l’apport des recrues Garay et Javi Garcia offre bien plus de sérénité défensive à cette équipe du Zenit. Invaincu en championnat, le Zenit restait même sur un parfait 8 sur 8 avant de concéder le nul 0-0 à domicile face au Spartak ce weekend.

Compo du Zenit
Compo du Zenit

Mercredi, Villas Boas devrait pouvoir compter sur tout son effectif, excepté peut-être Tymoschuk qui, de toute façon, ne débuterait certainement pas ce match. Devant, Rondon est en grande forme et abat un travail non négligeable, bien aidé qu’il est par les percées de Hulk, Danny ou même Shatov. Witsel, dans un rôle plus offensif qu’avec Spalletti, donne enfin la mesure de son talent alors que Javi Garcia est chargé de stabiliser le milieu. Derrière, si Criscito et Smolnikov peuvent être de bons atouts offensifs, ils peuvent également avoir des absences coupables par moment. Toutefois, difficile de trouver mieux que ces deux là dans l’effectif du Zenit (très peu de chance de voir Anyukov débuter, hors blessure de Smolnikov par exemple).

Devant Lodygin, actuel meilleur gardien de RPL, la charnière centrale est composée du Belge Lombaerts et de l’Argentin Garay, une charnière complémentaire qui allie grinta et qualité technique. Les forces du Zenit sont donc nombreuses, mais avant tout offensives. Le trio derrière Rondon peut s’avérer redoutable sur attaque rapide. De plus, avec Witsel et Javi Garcia derrière, les ballons devraient arriver où il faut.

Si les latéraux font office de faiblesse sur le plan défensif, l’équilibre de l’équipe peut également jouer de mauvais tours au Zenit. En effet, en cas de non repli défensif d’Hulk ou de Danny par exemple, c’est tout le milieu qui peut prendre l’eau. Ainsi, face à Benfica, Javi Garcia s’était retrouvé bien seul, obligé de commettre une faute, et parfois le milieu se faisait transpercer par un seul adversaire beaucoup trop facilement. Si dans un bon jour, Hulk peut faire très mal, dans un mauvais jour il peut également s’avérer être un poids pour son équipe. Tirer à vue, oublier ses coéquipiers, dribbler et perdre le ballon : le Brésilien est capable de tout. Enfin, bien que décisif lors du premier match de LDC, Shatov m’était apparu encore un peu frêle et trop facile à bouger pour une rencontre de cette importance. Mais le jeune Russe est en constante progression et pourrait en surprendre plus d’un mercredi soir.

En résumé, Monaco s’attaque à un gros morceau. Ce Zenit se doit de se qualifier et a pour ambition d’attendre les ¼ de finales de cette LDC. Impériaux en championnat, les hommes de Villas Boas doivent désormais s’affirmer sur la scène européenne.​

PS : En cas de forfait de Witsel, Fayzulin devrait prendre sa place au milieu

Rusko & The Wolfman

Publicités