Suite de l’interview avec Le MEX, Mathieu, Momo et Alexis75. Après la découverte du PSG, les problèmes de supporters et le Plan Leproux, nos quatre supporters abordent dans cette seconde partie, la situation du Parc des Princes.

Le Parc des Princes aujourd’hui

Dans quelle mesure, l’arrivée des Qataris ont-t-elle changé le Parc des Princes?

Alexis75 : Auteuil et Boulogne sont dorénavant fréquentées par des familles et des enfants avec au milieu quelques anciens et des jeunes, souvent issus des cités manifestement mais très minoritaires. On n’a plus affaire à un Parc à moitié vide et avec une affluence de 29000 personnes comme sous l’ère Leproux. Il y a eu aussi le retour de nombreux anciens et en « individuel », plus par curiosité qu’autre chose. A Auteuil et Boulogne aujourd’hui, il ne peut rien vous arriver que vous soyez petit, jeune, gamin, noir, blanc ou arabe. Contre Bordeaux, j’étais en Auteuil bas, j’avais à côté de mois un couple de touriste japonais assis, derrière moi deux personnes de 35 ans qui allaient depuis longtemps au Parc et qui connaissaient les chants, insultaient à tour de bras. Devant moi étaient assis un père et sa fille de 5 ans. C’était inimaginable il y a 10 ans. Aujourd’hui le seul risque que vous prenez en emmenant votre gamin en tribune Auteuil ou Boulogne, c’est d’entendre des insultes par ci, par là.

Staff du PSG réuni - source [1]
Staff du PSG réuni – source [1]

Momo : Le rachat a lancé le PSG dans une nouvelle dimension avec le début des transferts prestiges, le parc s’est de nouveau rempli avec des anciens cartés et des « neo-supp ». La billeterie faisant de nouveau guichet fermé, cela n’a pas motivé les qataris à relancer des discussions, avec des « fauteurs de trouble » difficilement gérables et pouvant se retourner en cas de désaccords. Ajoutons à cela qu’à part Leproux, l’organigramme n’avait pas beaucoup changé et donc la logique a continué. La politique de transfert qatari a fait venir des personnes qui n’avaient pas beaucoup d’intérêt pour le PSG. Ils consomment un spectacle et à ce titre, ils souhaitent être satisfaits, d’où les sifflets parfois. Certains n’ont pas connu les périodes de purges, et considèrent comme une contre performance un match où le PSG ne met que deux buts. Et que dire quand il y a nul ou défaite ? Aujourd’hui, on voit beaucoup plus de maillots et survêts du PSG à Paris. C’est une sorte de bouleversement. Pendant longtemps c’était le seul contre tous et ça nous plaisait que l’on ne nous aime pas.

Les boycotteurs fréquentent-ils à nouveau le stade ? Avec du recul, le boycot était-il une bonne idée ?

Alexis75 : Oui ! Aujourd’hui, beaucoup sont revenus. Ils ne sont plus en groupes. A travers le placement aléatoire, ils n’ont plus aucune influence. Dire « je suis d’Auteuil » ou de « Boulogne » n’a plus  aucun sens.

Momo : Le boycot a souvent fait l’objet de débat, et effectivement ce n’était peut être pas l’action la plus efficace. Le coup porté avait été tellement violent que l’on a été en quelque sorte vexé et que l’on a réagi dans cet état d’esprit sans le recul et la réflexion nécessaire. Après d’un point de vue purement idéologique, nous ne pouvions pas accepter les abonnements aléatoires, et la charte 12 du plan, puisque c’était faire allégeance à la direction ce qui est par essence, contraire à l’esprit ultra qui veut une totale indépendance vis avis de la direction. Les choix n’ont certainement pas été tous bons mais je ne suis pas sur que le résultat aurait été différent. Aujourd’hui de nombreux « anciens » fréquentent le parc, les actions ne sont pas éteintes (même s’il n’y a plus de manif ou d’action massive en tribunes latérales) puisque des anciens d’Auteuil et Boulogne ont reformé des petits noyaux en virages (autour de 200, 300 de chaque côté) qui chantent et contestent. D’ailleurs dans les coursives, on peut croiser des ex-leaders qui viennent en supporter lambda aujourd’hui.

Le PSG est devenu un grand club européen, avec de grosses ambitions. Qu’en est-il de l’atmosphère, de l’animation et des chants ?

LE MEX : Il y a comme un défaut dans l’énoncé. Le PSG sera un grand club Européen quand il sera considéré comme tel par ses pairs. Sans remuer le couteau dans la plaie, le PSG sera un grand club Européen quand par exemple un des meilleurs entraineurs du monde repartira d’un match aller au Parc en ligue des champions en se disant qu’il a perdu toute chance de qualification. Il y a par ailleurs un renouvellement du public, forcément les choses changent. Je ne serai pas un bon client pour le reste car a titre d’exemple le « oh paris Ville Lumière »,  si je concède qu’il puisse être « rassembleur », ne me fait pas vibrer moi. Ce n’est pas mon histoire.

Mathieu : L’atmosphère est plutôt tranquille et familiale en majorité, l’animation est assurée par le club. C’est souvent sympa mais un peu trop tourné version US. Les chants n’arrivent pas trop à se lancer faute de synchronisation entre les tribunes (hormis le « Paris est magique »)

Alexis75 : Cette odeur de « souffre » autour des tribunes n’existe plus. Autrefois, les abonnés de Boulogne ou Auteuil allaient au stade pour beaucoup complètement bourrés et de préférence, avec de l’herbe sur soi. Et puis, la cerise sur le gâteau était de se taper dessus avec les supporters adverses et vers la fin, entre supporters du PSG. Il est agréable de voir les alentours du Parc aujourd’hui. Il n’y a plus de risque d’avoir 200 mecs qui débarquent d’un coup pour en découdre comme ça m’est arrivé en 2004 pour PSG/Milan où je me suis retrouvé au milieu d’échauffourées à l’arrivée des tifosi du Milan. Avant, tu faisais gaffe à la façon dont tu te sapais en allant à Boulogne ou Auteuil. Il y avait des codes. Aujourd’hui, on va en Auteuil ou à Boulogne en veste comme en jogging, avec sa copine ou non. Tout le monde s’en fout. Par ailleurs, le stade est non fumeur. Mais il n’y a quasiment pas de rappel a l’ordre. Si le mec est sympa, il te le dit gentiment. Sinon, 8 personnes débarquent et dégagent la personne. J’ai vu une personne se faire sortir pour un joint. Le peu de personnes qui en ont se cachent et ont peur. Le public est censé être assis aussi….mais heureusement, à Auteuil ou Boulogne, on peut être debout en toute tranquillité. Pour l’animation, certaines personnes essayent de chanter. Le problème est qu’il n’y a pas de leader. Ainsi, plusieurs chants peuvent démarrer dans la même tribune. A l’exception de 2/3 chants (dont le « Paris est magique »), l’ambiance est assez désordonnée. Beaucoup de gens vont au Parc, un peu comme en Espagne, pour voir du spectacle. Et il suffit d’une passe ratée et les critiques fusent. Cavani a été acclamé à sa sortie mais j’ai entendu quelques fois « ah il n’est plus du tout dedans ». Il règne une forme d’impatience, d’attente, une volonté de spectacle et les supporters veulent tout, tout de suite. Gagner est devenu normal. Mais j’ai été agréablement surpris par l’attitude du public face à Montpellier. J’ai senti que les supporters voulaient vibrer, et ont continué d’encourager.

Avant quand le PSG gagnait, c’était la folie, dans le métro les wagons tremblaient. Aujourd’hui, à la sortie du Parc, c’est le calme absolu. Tout cela a disparu et laisse forcement une pointe de nostalgie quand on voit cette équipe, même si je pense encore aujourd’hui que le plan Leproux bien que rigide était nécessaire. Est-ce que je regrette l’ancienne ambiance des grandes occasions du Parc ? Oui, surtout pour les petits matchs, là où Auteuil ou Boulogne mettaient le feu. Pour les gros matchs, le Parc reste toujours une arène. Je regrette surtout le fait que beaucoup de gens viennent au Parc pour être au Parc et se montrer. D’ailleurs, les seules places de libres sont les places d’abonnés, qui revendent leur billet sur des sites internet. C’est comme cela que je les récupère.

Momo : Le plan a eu un fort impact sur la physionomie du stade, l’impact sonore n’est plus le même, l’animation est superficielle et le public a évolué. Je ne peux pas dire que c’était mieux avant. C’est différent et ca plait certainement. L’ambiance est moins lourde c’est une certitude mais je reste convaincu que nous aurions pu préserver l’ambiance et les associations en faisant un nettoyage ciblé, en assumant chacun nos responsabilités, en prenant des engagements et en ne pointant pas simplement les associations et les supporters ultras. Les regrets sont évidents, j’ai eu du mal pendant les deux premières années. Aujourd’hui, j’ai pris beaucoup de recul. Je ne vis plus le PSG comme avant, je ne vibre plus de la même façon.

La présence de familles et le concept d’animation en tribune sont-elles incompatibles ? Peut-on aujourd’hui parlé de nouveau public au Parc des Princes ?

LE MEX : Non je ne pense pas que cela soit incompatible du tout, même si entre ce que j’ai pu connaitre et ce que connaitront les gamins de maintenant, il y aura forcément toujours un fossé.

Mathieu : Il y a une partie de public en effet, plus de femmes, plus de gosses et ça c’est très bien. Les animations dans certains secteurs du Parc pour les enfants ne me dérangent pas du tout du moment que ça leur fait plaisir. Je trouve ça bien

Alexis75 : Je ne sais pas si on peut parler de public nouveau. Oui, il y a des familles et beaucoup de touristes qu’on ne voyait pas avant. Mais il y a aussi beaucoup de personnes comme moi qui n’étaient pas abonnées ni Ultras mais allaient au Parc. L’acclamation de Hoarau lors du match PSG/Bordeaux en est la preuve. Dans le « noyau dur », il y a beaucoup de connaisseurs, beaucoup de personnes qui vont au stade depuis des années et qui continuent à y aller.

Momo : Ca dépend ce qu’on l’on entend par animation : S’il s’agit de ce que fait le PSG par exemple, en attribuant des drapeaux ou des feuilles de couleur pour essayer de faire des tifos, la présence de famille n’est pas incompatible. Après, pour ce qui est des chants, chorégraphies, tifos organisés par les associations, je pense que la présence de famille (en grande quantité ce que je ne pense pas être le cas) peut bloquer. Aujourd’hui on ne peut pas reprocher à ce public de ne pas réussir à mettre de l’ambiance. D’une part, il y a beaucoup de nouveaux qui n’ont pas de culture supporters et d’autre part ils n’ont aucun moyen d’organisation (assocs, sono, tambour etc…).

Le 18 Mars 1993 contre le Real Madrid, le Parc des Princes a vécu une des une des plus belles ambiances alors que de nombreux supporters n’étaient pas dans leurs tribunes favorites. Peut-on imaginer la même chose aujourd’hui ?

LE MEX : Oui j’y étais et je vais vous décevoir mais je ne suis pas certain de pouvoir décrire ce moment. Ce dont je me souviens très bien, c’est d’avoir senti qu’il y avait « quelque chose dans l’air » …une atmosphère très spéciale.

Mathieu : Je n’étais pas au stade en 1993 pour PSG/Real. J’avais été à celui contre le Napoli par contre, avec une très grosse ambiance et beaucoup de tifos.

Momo : Le PSG/Real, j’y étais mais beaucoup trop jeune. Je n’ai j’ai pas d’avis précis. Le Parc d’aujourd’hui, je le fréquente pas assez (moins de 10 match en un peu plus de 3 ans) et en termes d’ambiance, cela me semble assez inégal. Selon moi, c’est possible d’avoir une « grosse ambiance » de manière ponctuelle, à certaines occasions. Mais pour qu’elle devienne réguliere, il faut des moyens et une organisation.

La tarif des abonnements au Parc des Princes a augmenté de 20% pour la saison 2014/2015. Cela vous choque-t-il ?

LE MEX : Oui….à quoi bon s’abonner si le seul avantage est celui de se dire qu’on est un privilégié ?

Mathieu : Le prix ne me choque pas et si on le ramène au prix du match, c’est trois fois moins cher qu’un spectacle à Bercy. J’ai toujours payé cher les places au Parc, surtout en latérales que ce soit pour voir Coridon, Kalou ou Zlatan.

Momo : La politique des prix a toujours été le fer de lance des ultras, donc évidemment les 20% d’augmentation m’interpellent comme j’avais été interpellé par l’augmentation insidieuse des prix après le plan dit Leproux. Celle-ci avait moins fait parler. On me dira qu’évidemment les prix sont moins chers que dans pas mal de grands clubs européens, qu’il y a des questions financières notamment avec la mise en place du Fair Play Financier. Il n’en demeure pas moins que demain, si votre facture de téléphone augmente de 20% sans prévenir, ça va vous emmerder. Pour autant, le PSG va vendre autant d’abonnements si ce n’est plus la saison prochaine donc dans leur logique, ils n’ont aucune raison de se priver.

De nombreux groupes de supporters ne se déplacent pas au Parc des Princes à cause du prix des places, de l’impossibilité d’animer les tribunes (tambours, micros et sono). Un gros doute réside dans ce que pourraient devenir les tribunes en France, avec en ligne de mire l’Euro 2016. Partagez-vous cette crainte ?

LE MEX : Aucunement concernant l’euro 2016 car il ne faut pas perdre de vue qu’en dehors de 98 (et encore il y aurait à redire), ce sont presque toujours les supporters étrangers qui font l’ambiance contre l’Equipe de France, enfin jusqu’à ce que l’Ukraine ne vienne se faire annexer ses désirs de samba en tous cas. Après on peut légitimement penser que les tribunes en France vont suivre le modèle Anglais. Le problème, c’est que culturellement on chante moins bien.

Mathieu : Je ne sais pas si c’est une crainte, je n’irai peut être pas jusque là. Mais oui, le modèle de la ligue est la Premier League où l’atmosphère dans les tribunes s’est considérablement calmée. On peut imaginer que ça devienne le cas en France mais quand je vois les évènements en Italie, je me demande si ce n’est pas finalement la meilleure solution. Enfin, concernant les adversaires qui ne veulent pas se déplacer, il y a aussi beaucoup de démagogie derrière tout ça et en étant honnête, je m’en fous un peu

Momo : Cela me semble logique, mais je crois qu’ils se réveillent un peu tard. Je me rappelle que les Pailladins en 2011 je crois avaient déployé une banderole de soutien en parcage que les crs avaient tenté d’arracher. Cela aurait du alerter. Les associations en France n’ont pas saisi que le plan dit « Leproux » était un projet pilote et politique qui atteindrait un jour leurs intérêts. Pour la plupart, ils ont préféré se rassurer en disant qu’à Paris, les choses avaient été plus loin qu’ailleurs. La prise de conscience tardive va couter cher. On voit que certaines associations sont en difficultés et dans le collimateur des pouvoirs public. On aurait pu imaginer une sorte de front uni qui aurait été l’occasion pour les assocs d’avoir un combat commun et de montrer que sur ces sujets tout du moins on pouvait mettre de côté les rivalités. Malheureusement, je crois que la culture ultra est appelée à disparaitre en France et en Europe d’ailleurs.

« 5 minutes de soutien malgré nos différences - Soutien aux parisiens »
« 5 minutes de soutien malgré nos différences – Soutien aux parisiens »

L’ensemble de l’équipe tient à remercier Le MEX, Mathieu, Alexis75 et Momo pour leur participation et leur disponibilité.

Référence

[1] – Site l’express

The Woflman

Publicités