Pas toujours spectaculaire au niveau du jeu, cette saison de RPL nous aura tenu en haleine jusqu’à la dernière journée. Un verdict final surprenant, surtout quand on regarde le bilan de première partie de saison fin 2013.

Champion au bout du suspense

1er – CSKA – 64 pts

5ème à la trêve et à 6 points des leaders, le CSKA revient de loin. En effet, qui aurait pu miser sur une victoire finale du club de l’Armée lorsque, pour le match de reprise, les rouges et bleus s’inclinaient face au Dinamo après avoir pourtant mené 2-0 ? Pas grand monde assurément. Pourtant, ils l’ont fait. 10 victoires consécutives pour faire son retard, profiter des faux pas adverses et au final coiffer tout le monde au sprint.

La défaite face au Dinamo vite digérée, le CSKA avait su rebondir très vite en battant le Zenit le weekend suivant. Une victoire qui lançait alors le CSKA dans une course poursuite impressionnante.

Peu perturbés par le départ de Honda au mercato d’hiver, les hommes de Slutsky sont montés en puissance en 2014 et ont su démontrer une force de caractère impressionnante pour aller chercher ce titre.

Parmi les grands artisans de la victoire finale, Seydou Doumbia a encore montré qu’il était un excellent buteur, alors que Tosic est à créditer d’une excellente saison. Au milieu, Elm s’est imposé en patron pendant qu’Ignashevich retrouvait toute sa jeunesse derrière, avec pour dernier rempart l’inévitable Akinfeev.

2 ème – Zenit – 63 pts

Spalletti évincé après seulement un match de championnat en 2014, le titre s’est peut-être joué entre ce licenciement et l’arrivée d’André Villas Boas, lorsque le Zenit est allé perdre à Moscou face au CSKA. L’arrivée du portugais sur le banc a très vite redonné un nouveau souffle à Hulk et ses partenaires. Favoris à l’aube sur sprint final, le Zenit a craqué par deux fois. Tout d’abord sur la pelouse du Lokomotiv, concédant un match nul qui leur permettait quand même de garder leur destin en main.

Mais là où le Zenit a oublié ses chances de titre, c’est lors de cette avant-dernière journée, à domicile face au Dinamo. Une défaite 4-2 sur le terrain, transformée en défaite 3-0 sur tapis vert suite à l’envahissement de terrain par des supporters en colère en toute fin de match. La dernière victoire face au Kuban n’y changera rien, le Zenit laisse filer un titre qui lui tendait les bras et se console en validant son ticket pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions. Quelques heures plus tard, on apprenait que le club serait sanctionné dans la cadre du Fair Play Financier.

Une fin de saison en eau de boudin, qui laisse cependant quelques espoirs, notamment avec l’arrivée de Villas Boas qui a semblé trouver la formule adéquate. Au rayon individuel, Hulk a fait un relative bonne saison, mais le joueur à mettre en avant reste, pour moi, Danny. Buteur et passeur, le portugais a eu quelques difficultés en 2014 mais a longtemps permis à son équipe de jouer les premiers rôles.

3 ème – Lokomotiv – 59 pts

La grosse surprise de cette saison nous vient donc de Moscou. En effet, qui aurait pu penser que le Lokomotiv aurait joué le titre jusqu’à la dernière journée ? Débarqué cet été depuis le Kuban, Leonid Kuchuk a, une nouvelle fois, prouvé toutes ses qualités de coach en parvenant à redonner vie à une équipe pâle et sans saveur sous Bilic.

Les cheminots regretteront, toutefois, la blessure de Tarasov et les nombreuses absences de Diarra (blessure et suspension) dans un milieu qui faisait la force de cette équipe en première partie de saison. Sans ces deux éléments clés du milieu, le Lokomotiv a néanmoins réussi à tirer son épingle du jeu, ne cédant que lors des deux dernières journées alors que l’équipe avait son destin en main.

Cette toute fin de saison cruelle prive le Loko d’une place en Ligue des Champions. Le club se consolera donc avec l’Europa League et cherchera à faire mieux qu’il y a deux ans, quand le Loko avait fait trembler l’Atheltic Bilbao, futur finaliste de la compétition.

La belle surprise Krasnodar

4 ème – Dinamo – 52 pts

La patience n’étant pas le maitre mot des dirigeants russes, le Dinamo a également terminé la saison avec un nouvel entraineur. Exit Dan Petrescu, bienvenue Stanislav Cherchesov.

Difficile de comprendre la saison du Dinamo. Il semblerait, en tout cas, que les dirigeants n’aient pas encore compris que la stabilité avait du bon. Des arrivées massives, peu de temps laissé à l’entraineur pour faire grandir l’équipe. Au final, le Dinamo est à sa place et devra miser sur un vrai projet, réduire son effectif, arrêter d’acheter à tout va et construire une vraie cohésion d’équipe pour pouvoir espérer faire mieux la saison prochaine.

A notez, la saison plus que correcte de Kévin Kuranyi, associé à Aleksandr Kokorin sur le front de l’attaque.

5 ème – Krasnodar – 50 pts

Annoncée comme surprise potentielle en avant saison, l’équipe de Krasnodar n’a pas déçu. Parfois difficile à suivre au niveau des résultats (défaite face à Rostov par exemple), l’équipe du milliardaire Galitsky a su se remettre d’un début de saison très compliqué pour revenir dans la course à l’Europe et ensuite profiter d’un Spartak frôlant le ridicule pour s’adjuger une place en Europa League, 6 ans à peine après la création du club.

Seule ombre au tableau, la défaite en finale de Coupe de Russie, empêchant le club de conquérir le premier titre de son histoire. Krasnodar progresse, grandit vite, mais surtout grandit bien. Espérons pour eux qu’ils n’auront pas la folie des grandeurs. Voyons déjà, comment Krasnodar parviendra à gérer championnat et Coupe d’Europe la saison prochaine. En tout cas, l’optimisme est de mise pour ce jeune club.

Spartak :La déception permanente

6 ème – Spartak – 50 pts

Devancé à la différence particulière, le Spartak n’en finit plus de décevoir. L’éviction de Karpin n’aura rien changé, pas plus que cette dernière victoire dans le derby face au Dinamo. Le Spartak qui avait pourtant montré de très belles choses en première partie de saison s’est effondré en 2014.

Sur le papier, l’équipe pourrait, pourtant, être séduisante. Mais sur le terrain,  rien n’y fait. Pas de cohésion, de liant, bref pas de vraie équipe. Jurado, Tino Costa, Mosvisyan, et d’autres encore se sont pourtant distingués à plusieurs reprises cette saison, mais jamais vraiment ensemble. Pendant ce temps là, prêté à Rostov, Dzyuba menait son équipe en Europa League, alors qu’Unai Emery remportait cette même coupe avec Séville.

Une coupe que ne retrouveront pas Kombarov et ses partenaires la saison prochaine. De quoi se focaliser uniquement sur le championnat et repartir sur de nouvelles bases ? La question est posée.

Rostov, la stabilité récompensée

7 ème – Rostov – 39 pts 

Barragiste la saison dernière, Rostov n’a connu aucun mal à se sauver cette saison. Ephémère leader en début d’exercice, Rostov aura connu un passage à vide avant de se reprendre pour parfaitement finir sa saison. Emmenée par un bon Dzyuba devant, protégée par un très bon Pletikosa, c’est cette même équipe de Rostov qui a mis fin au rêve de titre du Lokomotiv.

Mais, s’il ne fallait retenir qu’une seule chose de la saison des hommes de Bozovic, ce serait évidemment cette Coupe de Russie remportée aux dépens de Krasnodar. Un titre qui envoie le club des rives du Don, directement en Europa League.

8 ème – Kuban – 38 pts

Irrégulier, le Kuban n’aura pas connu la réussite de la saison passée. Pas de vrai coup d’éclair en championnat, la saison du Kuban aura été égayée par un parcours plus qu’honorable en Europa League.

Individuellement, il est impératif de souligner l’excellente saison du bulgare Ivelin Popov. Un joueur qui devrait susciter quelques convoitises cet été.

9 ème – Rubin – 38 pts

Acté avec l’éviction de Berdyev, la fin de cycle du Rubin se confirme. Une saison morose pour le club de Kazan, qui n’a toujours pas inauguré son nouveau stade et qui, en plus, sera sanctionné par le Fair Play Financier …

10 ème – Amkar – 38 pts

A la lutte pour une place européenne à la trêve, l’Amkar s’est complètement effondré en 2014. La faute, notamment aux rumeurs, puis au départ de son excellent entraineur Stanislav Cherchesov sur côté du Dinamo. C’est simple, le club de Perm n’a gagné qu’un seul match en 2014, c’était le tout premier lors de la reprise du championnat face à Volga. Depuis, les partenaires de Thomas Phibel ont enchainé 10 matchs sans victoire pour conclure une saison qui aurait pu, aurait du mieux tourner.

Un lutte acharnée pour le maintien

11 ème – Ural – 34 pts

La belle surprise de 2014. Longtemps englué en bas de tableau, le club d’Ekaterinbourg a montré de belles qualités collectives et individuelles (je pense notamment à Spartak Gogniev ou encore à Edgar Manucharian) pour enchainer les bons résultats et se sauver directement.

12 ème – Terek – 33 pts

Longtemps à l’agonie le Terek a repris des couleurs après départ de Krasnozhan et l’arrivée de Rakhimov à la tête de l’équipe. Si ce Terek vaut bien mieux que cette 12ème place, le fait de se sauver directement est un moindre mal compte tenu du début de saison catastrophique du club tchétchène.

13 ème – Tom – 31 pts

Difficile de ne pas féliciter le club de Tomsk pour cette 13ème place, synonyme de barrage pour le maintien. Accéder à ce barrage est déjà un petit exploit en soi, tant Tom aura longtemps semblé destiné à faire l’ascenseur. Pourtant, à force de courage et d’un peu de talent (Panchenko par exemple), Tom a refait surface et a su profiter de la dégringolade de Krylia Sovetov et Volga pour se donner une chance de maintien.

En barrage, Tom affrontera le club d’Ufa, 4 ème de FNL.

14 ème – Krylia Sovetov – 29 pts

Une seule victoire en 2014, lors de la dernière journée face à un Anzhi déjà relégué. Seulement 5 points pris depuis la trêve. Des statistiques terribles qui ne plaident pas en la faveur du club de Samara. Parmi les moments marquants de cette saison, on pourra citer les 2 penaltys manqués par Caballero, ou plutôt arrêtés par Lodygin, lors de la défaite de Krylia Sovetov 2-1 face au Zenit.

En barrage, Krylia Sovetov se frottera aux moscovites du Torpedo.

Volga et Anzhi en enfer

15 ème – Volga – 21 pts

Une victoire et 3 petits points en 2014. Depuis novembre, Volga n’a pris que 4 points. De quoi expliquer une relégation somme toute logique pour un club sympathique mais trop limité.

On sauvera néanmoins un joueur comme Putilo du naufrage du club de Nizhny Novgorod.

16 ème – Anzhi – 20 pts

Favoris pour le titre, l’Anzhi finit bon dernier avec trois petites victoires au compteur. Les nombreux remaniements au niveau de l’effectif suite à la réduction du budget, n’ont pas aidé le club qui n’a véritablement commencé sa saison qu’en 2014.

Reste maintenant à savoir de quoi l’avenir sera fait pour le club de Kerimov, sachant que l’Anzhi sera également sanctionné par le Fair Play Financier …

Récompenses objectives

Meilleure défense : Lokomotiv (23 buts encaissés)

Meilleure attaque : Zenit (63 buts marqués)

Meilleur buteur : Seydou Doumbia (CSKA) 18 buts

Meilleur passeur : Ivelin Popov (Kuban) 12 passes décisives

Récompenses subjectives

Meilleur entraineur : Leonid Kuchuk, qui a réalisé un énorme travail avec son Lokomotiv

Meilleur gardien : Igor Akinfeev (CSKA) Longtemps en balance avec Lodygin, la fin de saison plaide pour le portier du CSKA

Meilleur défenseur : Vedran Corluka (Lokomotiv)

Meilleur milieu défensif : Rasmus Elm (CSKA)

Meilleur milieu offensif : Ivelin Popov (Kuban)

Meilleur attaquant : Seydou Doumbia (CSKA)

Meilleur match: Zenit – Spartak(voir article)

Plus beau but : Anton Putilo(Volga) se prend pour Messi

Équipe type de la saison

Equipe type RPL 2013/2014
Equipe type RPL 2013/2014

N.B. Même s’il n’a pas joué en 2014, je considère que Tarasov mérite d’être dans cette équipe type (sachant que seuls 11 matchs sur 30 ont été joués en 2014)

First National League

Le Mordovia Saransk remporte la FNL et fait l’ascenseur, accompagné par Arsenal Tula. Le club entrainé par Dmitry Alenichev aura notamment pu profiter de la faillite de l’Alania Vladikavkaz, pour accéder à l’élite russe.

Derrière, si le Torpedo a craqué dans la course à la seconde place, l’autre club moscovite aura l’opportunité de retrouver la RPL en disputant un barrage d’accession. Idem pour Ufa.

Résumé

Champion : CSKA

Relégués : Volga et Anzhi

Promus : Mordovia et Arsenal Tula

Ligue des Champions : CSKA

Tour préliminaire de LDC : Zenit

Europa League : Lokomotiv, Dinamo, Krasnodar, Rostov

Barragistes : Tom et Krylia Sovetov

Affiches des barrages de maintien/accession :

Torpedo vs Krylia Sovetov & Ufa vs Tom

Rusko & The Wolfman