Deux derbys bien différents

Lokomotiv 0 – 0 Spartak

Ce derby moscovite nous faisait saliver. Quelle allait être l’attitude de la défense du Spartak, ridicule une semaine plus tôt face à Krasnodar ? Comment le Lokomotiv allait-il gérer sa position de leader face à un concurrent direct ? Bref, c’est le match le plus attendu du weekend, le Lokomotiv Stadium est plein, le spectacle va avoir lieu.

90 minutes plus tard, force est de constater qu’on attend encore. Peu d’envolée lyrique, peu d’occasions, peu de rythme, mais une vraie intensité, élément bien insuffisant aux yeux de spectateurs que nous sommes. En résumé, on s’est ennuyé et le score nul et vierge reflète bien la physionomie du match. Dans les buts du Spartak, Dikan a su se montrer plus rassurant que Rebrov et n’a de toute façon pas eu d’exploit à réaliser.

Ce résultat arrange plutôt le Lokomotiv qui conserve sa place de leader avant de recevoir Volga, Anzhi et Terek pour un enchaînement qui doit permettre aux hommes de Kuchuk de prendre 9 points.

Pour le Spartak, en revanche, il ne s’agit là que du second point pris sur les 4 matchs joués en 2014, bien en deçà des espérances. La 2nde place s’éloigne un peu plus et c’est maintenant la place en Europa League qui est en danger, même si le calendrier à venir semble clément pour les rouges et blancs.

Kuban 1 – 3 Krasnodar

Melgarejo (14′) / Shirokov (41′, 79′), Ari (51′)

Pour voir un beau derby en Russie ce weekend, il fallait se rendre plutôt du côté de Krasnodar. Seule ville en dehors de Moscou, à abriter un derby dans l’élite russe, cette ville du sud de la Russie, située non loin de la Crimée, nous a offert un bien joli derby entre l’équipe surprise de la saison passée, le Kuban, et l’équipe surprise de cette saison, le FK Krasnodar.

Si au classement, les visiteurs sont les mieux classés et jouent une place en Europa League, c’est bien le Kuban qui entame le math de la meilleure des manières. Le gros pressing des hommes de Goncharenko gêne considérablement les partenaires de Shirokov qui se contentent de subir, et fort logiquement Melgarejo vient concrétiser cette domination. Un temps KO, Krasnodar va petit à petit entrer dans son match. Les vert et noir se montrent plus précis et parviennent enfin à se créer des situations dangereuses par l’intermédiaire de ses brésiliens Wanderson ou Ari. C’est d’ailleurs ce dernier qui crée la différence en transperçant l’axe central adverse pour aller offrir à Shirokov son premier but sous ses nouvelles couleurs peu avant la mi-temps.

Le début de seconde période confirme la tendance de la fin du premier acte, à savoir une domination de Krasnodar. Joãozinho sert Ari à l’entrée de la surface, le brésilien croise sa frappe et trouve le petit filer de Belenov. L’ascendant pris dans le jeu se confirme au tableau d’affichage. Le match ne perd pas en intérêt pour autant. Le Kuban n’abdique pas et la rencontre est très plaisante à suivre. Mais, à 10 minutes de la fin du match, Shirokov lance Wanderson dans la surface, ce dernier but sur Belenov, à l’affût, Shirokov reprend le ballon et s’offre un doublé, entérinant au passage la victoire des siens.

Outre la satisfaction du devoir accompli, les hommes de Kononov profite du match nul du Spartak pour revenir à un point de la 5ème place. Espérons pour eux, qu’ils ne regretteront pas les points perdus face aux mal-classés lors de la reprise du championnat début mars.

Pour le Kuban, un fin de saison en roue libre s’annonce. Excellents par séquences de jeu, les coéquipiers de Kaboré n’ont plus rien à jouer, si ce n’est un maintien à assurer.

Zenit brise la forteresse de Perm

Amkar 1 – 2 Zenit

Kanunnikov (18′) / Criscito (49′), Kerzhakov (54′)

Invaincu à domicile depuis le début de la saison avant cette rencontre, l’Amkar est tombé sur sa pelouse et a rendu les armes face à un Zenit peu inspiré en première période et vaillant en seconde.

Le splendide but de Kanunnikov permet à l’Amkar de mener au score face à son ancien club à la mi-temps. Ni les statistiques, ni le jeu proposé par les visiteurs n’incitent à l’optimisme côté Zenit.

Difficile de quantifier une réelle importance du discours de Villas Boas à la mi-temps, mais toujours est-il que ses hommes reviennent sur le terrain avec de bien meilleures intentions. La défense de l’Amkar semble surprise et se fait prendre de vitesse à plusieurs reprises. Très vite, Criscito égalise. Le Zenit ne s’arrête pas en si bon chemin. Hulk fait la différence et sert Kerzhakov pour le 2-1. En moins de 10 minutes, le Zenit a renversé la rencontre. 10 minutes fatales aux hommes de Cherchesov qui ne seront jamais en mesure d’aller chercher l’égalisation.

Le magnifique but de Maksim Kanunnikov en vidéo :

Le Zenit est donc la première équipe à venir s’imposer sur le terrain de l’Amkar cette saison, une vraie grosse performance. Un bonheur n’arrivant jamais seul, c’est avec plaisir que les partenaires Hulk ont du accueillir le match nul entre Lokomotiv et Spartak, un résultat qui permet à leur équipe de revenir à 1 point des leaders.

Pour l’Amkar, il s’agit là d’un nouveau coup d’arrêt. Déjà déçus de ne repartir qu’avec un match de nul de Rostov la semaine dernière, les coéquipiers de Thomas Phibel ont peut-être dit adieu à l’Europa League. Aujourd’hui, l’Amkar est à 5 points de Krasnodar et à 6 points de la 5ème place.

CSKA et Dinamo en chasse

CSKA 3 – 0 Volga

Tosic (5′), Dzagoev (7′), Wernbloom (69′)

Lundi, en clôture supposée (le match Krylia Sovetov-Terek a été reporté), le CSKA s’est offert une petite promenade face à un Volga chez qui tous les voyants sont au rouge. Après 7 minutes de jeu, le CSKA menait déjà 2-0 et les déferlantes continuaient de s’abattre sur les buts de Komarov.

Finalement, c’est Dzagoev qui remettra un peu d’enjeu à ce match. Le jeune russe laisse trainer la semelle sur le genou adverse et voit rouge, une fois de plus serais-je tenté de dire. A 10 contre 11, les joueurs du CSKA vont concéder quelques occasions, histoire de mettre en valeur Akinfeev, mais garderont la totale maîtrise du match. A 20 minutes du coup de sifflet final, Wernbloom de la tête vient mettre fin à tout suspense.

Une victoire 3-0 nette et sans appel, un 200ème match sans encaissé de but pour Akinfeev et une 3ème place au classement, à 5 points du Lokomotiv, la soirée est presque parfaite pour le club de l’Armée.

Pour Volga, en revanche, cette défaite bien qu’attendue, n’en est pas moins douloureuse. Kalitvintsev évincé avant le match, Talalaev a la lourde de tâche de redonner confiance à un groupe qui plonge un peu plus à chaque journée. Avant dernier après cette 23ème journée, Volga jouera le Lokomotiv, le Dinamo et le Zenit en avril.

Tom 1 – 3 Dinamo

Rykov (48′) / Kokorin (51′), Kuranyi (64′), Ionov (87′)

Attendre d’être en difficulté pour se réveiller, réagir plutôt qu’agir. Voilà comment on pourrait résumer le match du Dinamo face à Tom. Une réaction immédiate suite à l’ouverture du score de Rykov, un nouveau but de Kuranyi, puis un but en fin de match et le Dinamo repart avec une victoire peu convaincante mais 3 points dans la besace. A égalité de points avec le CSKA, l’équipe de Petrescu reste dans la course à la Ligue des Champions.

Un Anzhi résigné

Ural 2 – 1 Anzhi

Gogniev (10′), Erokhin (40′) / Epureanu (85′)

Plus que cette défaite face à un concurrent pour le maintien, c’est l’impression laissée par l’Anzhi qui inquiète. Les joueurs semblent ne plus y croire, le fatalisme de la relégation paraît avoir gagné les rangs des hommes de Gadzhiev et on voit mal comment l’Anzhi pourrait s’en sortir.

Tout le contraire de l’Ural qui enchaîne les belles performances. Avec 9 points pris sur 12 possibles en 2014, l’Ural est la meilleure équipe depuis de la reprise (avec le CSKA) et du côté d’Ekaterinbourg, on commence même à croire à un maintien direct.

Rubin 1 – 2 Rostov

Azmoun (3′) / Kalachev (32′), Ananidze (44′)

Un match du ventre mou, parfaitement entamé par le Rubin avant de se faire rejoindre puis dépassé au score en fin de première période.

Rostov est invaincu en 2014 (2 victoires, 2 nuls) et conforte sa très honorable 8ème place au classement.

Krylia Sovetov – Terek : reporté

Rusko & The Woflman