Un match nul qui arrange tout le monde

Amkar 0 – 0 Lokomotiv

L’Amkar n’a pas encore perdu à Perm cette saison et ce n’est pas la venue du leader qui aura changé l’histoire. Impériaux en défenses, les partenaires de Belorukov ont annihilé les maigres offensives moscovites. Un résultat nul et vierge logique et conforme aux statistiques : lorsque l’Amkar ne gagne pas à domicile, le match se termine par un 0-0 (3ème fois de la saison). Étant donné les résultats des leurs adversaires, ce match nul est finalement un bon résultat pour les deux équipes. Le Lokomotiv garde son fauteuil de leader et reprend un point de plus au Zenit, avant de recevoir lors des 5 prochaines journées !

De son côté, l’Amkar reste au contact de Krasnodar, à 3 points du CSKA et à 5 points du Dinamo.

Au CSKA la bonne affaire

CSKA 1 – 0 Zenit

Milanov (32′)

Fallait-il attendre plus d’un match entre deux équipes en plein doute ? Difficile à dire. Si, sur le papier, ce CSKA-Zenit avait tout d’un choc, d’un vrai gros match de RPL, il n’en fut rien. Pourtant, les compos des deux équipes laissaient envisager le meilleur, et l’absence de vrai milieu défensif de chaque côté nous faisait miroiter une orgie offensive. Finalement, seul le coup d’éclair de Milanov est venu illuminer une partie assez pauvre, notamment sur un plan technique.

Qu’il est loin le temps où le Zenit nous proposait un jeu léché et agréable. Aujourd’hui, tout se fait à l’arrache. La défense est dépassée, le milieu absent et les offensives incohérentes. Rondon a du mal à se faire une place pour l’instant alors que Hulk n’utilise la passe qu’en dernier recours. Bientôt intronisé en tant que nouvel entraîneur du club, André Villas Boas est face à un immense chantier. Pour se faire, le portugais devrait percevoir un salaire d’environ 8,5M€ l’an. Cependant, malgré tous ces points négatifs, le Zenit occupe toujours la seconde place du classement et peut encore envisager le titre.

Après la seconde mi-temps catastrophique face au Dinamo la semaine dernière, le CSKA s’est donc bien repris. Une victoire méritée qui aurait pu être plus large sans une certaine maladresse dans les dernières passes. En fin de match, Akinfeev aura quand même du s’employer de fort belle manière, histoire de faire oublier sa prestation précédente et de préserver une victoire importante. Si le titre semble bien compliqué à aller chercher, la seconde place est envisageable, le club de l’Armée n’ayant que 4 points de retard sur son adversaire du jour.

Spartak 2 – 2 Anzhi

Costa (20′), Jurado (23′) / Epureanu (52′), Serderov (95′)

Le Zenit défait, l’occasion était belle pour le Spartak de se hisser à la 2ème place. Un début de match convaincant et une première période presque parfaite conclue sur le score de 2-0. Difficile d’imaginer l’Anzhi, dernier du championnat, combler un tel retard en 45 minutes. Et pourtant, les hommes de Gadzhiev ont bien fait d’y croire. Seul club russe encore en compétition en Europa League (défaite 1-0 à l’aller sur la pelouse de l’AZ), l’Anzhi va semer le doute dans les têtes moscovites. Une sortie manquée de Mitryushkin et Epureanu réduit le score. Dès lors, la fébrilité refait son apparition au sein de la défense du Spartak. Malgré plusieurs chaudes alertes sur les buts des locaux, le Spartak tenait bon. C’était sans compter sur une nouvelle erreur défensive. Bocchetti et Tasci se trouent, Serderov en profite et arrache l’égalisation. Stupeur dans les tribunes du Lokomotiv Stadium, après l’élimination honteuse en milieu de semaine face à Tosno (pensionnaire de 2ème Division Ouest, 3ème échelon national), le Spartak se manque une fois de plus. C’est d’ailleurs l’échec de trop. Mardi, après une réunion avec les dirigeants, Valeri Karpin a été démis de ses fonctions.

Au classement, le Spartak conserve sa 3ème place, à 1 point du Zenit et à 4 points du Lokomotiv. Pour l’Anzhi, ce match nul est plus important psychologiquement que mathématiquement. Le club du Daguestan reste, en effet, englué à la dernière place, 5 points de Tom, premier non relégable direct.

Kuban 1 – 1 Dinamo

Popov (73′) / Kuranyi (43′)

Après sa fameuse remontée du weeekend dernier face au CSKA, le Dinamo a retrouvé des ambitions et lorsque Kuranyi ouvre le score en fin de première période, on flaire le coup parfait. C’était sans compter sur Ivelin Popov, le bulgare venant, fort justement, égaliser et récompenser le bon matchs de son équipe. Le Dinamo reste donc 4ème, à 2 points du Zenit, alors que le Kuban pointe désormais à la 10ème place.

Danger sur Volga

Rubin 3 – 1 Volga

Devic (14′), Torbinski (44′), Mogilevets (80′) / Sarkisov (81′)

Rondon parti, au tour de Devic de faire la différence. Du coté de Kharkiv, on regrette déjà le buteur ukrainien. Face à Volga, Marko Devic a marqué le premier but et offert le seconde à Torbinski. Une victoire tranquille pour un Rubin qui n’a plus grand chose à espérer cette saison. Pour Volga, en revanche, la situation devient très préoccupante. 4 défaites consécutives en championnat entre 2013 et 2014, Volga n’avance plus. Et derrière, les équipes se réveillent. L’Ural est revenu à égalité avec Volga et le club de Nizhny Novgorod n’a plus que 2 points d’avance sur le premier relégable. Avec la dynamique actuelle du club, la fin de saison pourrait accoucher d’une très mauvaise surprise.

Ural 2 – 1 Terek

Manucharyan (88′, 93′) / Mauricio (91′)

Dans un match joué en salle et sur synthétique, il aura fallu attendre les toutes dernières minutes pour s’emballer. Un final à la fois fou et dramatique. Réduit à 10 depuis la 11ème minute, le Terek était parvenu à contenir les offensives de l’Ural jusqu’à la 88ème minute le but de Manucharyan. A peine 2 minutes plus tard, Zaboltnyi se troue sur une tête anodine de Mauricio. Pas le temps de savourer, sur l’action qui suit, Gogniev sert Manucharyan qui s’offre le doublé. Incroyable dénouement, aussi savoureux pour l’Ural que cruel pour le Terek.

A la lutte en bas de classement, c’est donc l’Ural qui fait une magnifique opération, rejoignant Volga, premier non barragiste, en nombre de points et reléguant le Terek à 2 points. Le club tchétchène se consolera avec les non victoires de Tom et de l’Anzhi.

Tom 1 – 1 Krasnodar

Panchenko (60′) / Wanderson (88′)

A la peine défensivement en 2013, Tom semble avoir gommé ses errements en 2014. En effet, au cours de ce match, disputé à Perm, Tom a par moment brillé par sa solidité défensive, ne cédant qu’en toute fin de match sur un corner mal repoussé. Auparavant, Panchenko avait ouvert le score d’une fort jolie frappe à l’entrée de la surface de réparation. Malgré ce dénouement cruel, Tom semble sur la bonne voie. Néanmoins, c’est aussi l’impression que donnent ses adversaires pour le maintien (Ural, Terek et Anzhi). Pour Krasnodar, c’est un nouveau coup d’arrêt après la défaite à domicile face à l’Ural. L’Europe est encore jouable (également via la Coupe), mais il va vite falloir élever le niveau de jeu.

Krylia Sovetov 0 – 2 Rostov

Kanga (35′), Dyakov (70′)

Rostov est allé décrocher une victoire méritée sur la pelouse de Samara. Kanga en première mi-temps et Dyakov sur corner en seconde période, ont permis à leur club de se donner un peu plus d’air au classement, bien qu’il n’en avait guère besoin. En fait, la fin de saison de Rostov sera surtout pimentée par l’aventure en Coupe de Russie.

Pour Krylia Sovetov, la faiblesse de relégables potentiels semble mettre le club à l’abri d’une désillusion, mais il faudra encore aller grappiller quelques points pour assurer définitivement le maintien.

Récompenses de la semaine

L’homme du week-end : Edgar Manucharyan (Ural). Entré en jeu à la 79ème minute, l’Arménien inscrit un doublé et permet à son équipe d’être plus que jamais en route pour le maintien.

Le but du week-end : Georgi Milanov (CSKA) ne se pose pas de question et nettoie la lucarne de Lodygin.

Rusko & the Woflman