Les deux dernières de l’année calendaire ont une nouvelle fois confirmé la nette domination de la Juventus qui aura l’occasion en or dès le 5 Janvier (Juventus / Roma, 20 : 45) d’égaler le record historique du club (10 victoires consécutives) et de mettre fin à l’invincibilité de la Roma tout en la repoussant à 8 points.

La Juventus a certes toujours été mise en difficulté par les meilleures formations du championnat cette saison, mais sa propension à ne jamais perdre de points contre les Mediopiccole continue de faire la différence. La disposition mentale des hommes de Conte influe grandement sur ses adversaires, qui semblent renoncer avant même de rentrer sur la pelouse. Les deux victoires écrasantes contre Sassuolo – qui avait tenu en échec Roma et Napoli sur leurs pelouses – et Atalanta en sont une nouvelle preuve.

Pourtant orpheline de Pirlo, la profondeur de banc en attaque (Tevez, Llorente, Quagliarella, Vucinic, Giovinco), unique en Italie et ayant très peu d’équivalent en Europe, permet à Conte de faire vivre une concurrence saine qui contraint ces derniers à ne jamais rien lâcher en terme de concentration et d’intensité.

La Roma retrouve peu à peu l’intégralité de son potentiel offensif. Les trois réalisations de Mattia Destro en autant de rencontre seront sans doute un poids non négligeable en sa faveur lorsque Rudi Garcia devra composer sa ligne d’attaque pour affronter le rival Bianconero. Ljacic, Gervinho, Totti, Florenzi, Borriello, autant de joueurs en concurrence pour seulement trois places.

Derrière la Juventus et la Roma, la SSCN continue de perdre du terrain en ne parvenant pas à bonifier sa victoire contre l’Inter (4-2) sur le terrain de Cagliari (1-1). Les hommes de Benitez ont paru émoussés après un tour de force impressionnant et pointent désormais à 10 points du double champion en titre. Les retours de Zuniga et Hamsik après la trêve ne seront sans doute pas de trop en attendant les renforts promis par De Laurentis pour permettre aux Azzurri de lutter sur tous les fronts avec plus de régularité.

Derrière le trio de tête, la Fiorentina continue comme prévu de grappiller des points et de réaliser un parcours plus que satisfaisant, avec un trio infernal Borja Valero-Cuadrado-Rossi parmi les tous meilleurs d’Europe. Sans parler d’Europa League et de l’éventuel 8ème de finale face à la Juventus (ce qui serait historique), la manière d’appréhender tactiquement le retour de Gomez sera la grande question du début d’année 2014.

De son côté, l’Inter reste plus que jamais dans la course à l’Europe après sa victoire 1-0 contre le grand rival Rossonero. Une défaite qui pourrait entériner les espoirs d’Europe pour le Milan. Si cette équipe de l’Inter reste limitée techniquement, l’intensité voulue par Mazzarri porte ses fruits grâce au travail de ses latéraux Jonathan et Nagatomo et à la très bonne entente entre Guarin et Palacio, encore décisive lors du derby.

Le mercato hivernal sera également attendu avec curiosité et impatience afin d’en savoir plus sur la volonté et la portée de l’investissement du nouveau président Indonésien.

Derrière le top 5, Hellas Verona et Torino continuent leur une superbe saison, bien aidés par des joueurs offensifs d’une grande qualité : Jorginho, Iturbe, Toni d’un côté, Cerci et Immobile de l’autre. La qualité de jeu proposée par Mandorlini et Ventura permet aux deux formations de rêver d’Europe, au vu de la situation presque dramatique des deux formations censées faire partie du groupe des « 7 Sorelle » annoncé en début de saison. En effet, Milan et Lazio confirment leur saison noire en Serie A. Ces derniers, sèchement battus 4-1 au Bentegodi, ont affiché un visage très inquiétant : Défense aux abois, jeu offensif en très nette régression, des éléments cléfs en difficulté (Candreva, Hernanes, Klose), Petkovic passera les fêtes virtuellement limogé, et le retour de Reja semble plus que probable.

Même son de cloche ou presque côté Rossonero. Si le secteur offensif reste intéressant, la qualité technique est portée disparue depuis trop longtemps au milieu de terrain. Avec Montolivo pour seul élément censé mener le jeu plus bas que la ligne d’attaque, les nombreux mediani tels que De Jong, Muntari, Poli ou encore Nocerino sont trop souvent en grande difficulté.

Dans le bas du classement, la lutte pour le maintien pourrait finalement concerner moins d’équipes que prévu. Udinese, Parma, Genoa et Cagliari seront, pour diverses raisons développées précédemment, assez tranquilles et ne devraient pas trembler pour le maintien. De plus, semaine après semaine, une formation semble pouvoir s’extirper de ce groupe. Après le Genoa lors de l’arrivée de Gasperini, c’est le cas du rival de la Sampdoria, invaincue depuis l’arrivée de Mihaljovic avec 9 points en 5 rencontres. Il est fort à parier que les trois équipes reléguées en fin de saison se trouveront parmi les 5 dernières du classement. Catania, Livorno, Sassuolo, Chievo et Bologna, se tenant à ce jour à 6 points.

Tanti Auguri di Buone Feste !

 Mìrkø