A l’orée d’un barrage décisif pour la participation de l’Équipe Nationale à la Coupe du Monde au Brésil, Mìrkø, notre spécialiste du football Italien, s’est entretenu avec Alessandro Grandesso, correspondant de la Gazzetta dello Sport à Paris sur l’état actuel du Football Français.

Entretien réalisé en Italien puis traduit en Français.

MirkoSi nous sommes bien placés pour dire que la Ligue 1 jouit d’une visibilité à l’étranger peut être inégalée (votre rubrique hebdomadaire dans le supplément sur les championnats Etrangers « ExtraTime » de la Gazzetta, l’acquisition à la hausse cette année en Italie des droits par la nouvelle plateforme Fox Sports), je trouve que le niveau de la Ligue 1 n’a jamais été aussi faible depuis 25 ans. Le temps où cinq, six, sept ou huit équipes concouraient pour les premières places tout en brillant en Europe est révolu. Qu’en pensez-vous ?

Alessandro GrandessoIl est vrai que le niveau du Football Français et par extension de son championnat est peut être resté prisonnier de la victoire au Mondial 1998, où il est tout de même bon de le rappeler, une partie significative de l’effectif était rompu aux joutes de la Serie A les années précédant le rendez-vous. Depuis, cette logique « catenacciara » s’est tout de même imposée parmi la plupart des entraîneurs de Ligue 1 et des membres des instances fédérales dirigeantes. La stratégie qui prédomine depuis de longues années consiste en premier lieu à éviter d’encaisser un but plutôt qu’à mettre en place une tactique pour en inscrire plus que son adversaire. Par exemple, la  première chose que me disent Claudio Ranieri et Carlo Ancelotti quand ils évoquent les caractéristiques du championnat est que l’approche physique prédomine sur l’approche technique et ce, dans la quasi totalité des équipes présentes dans le championnat de Ligue 1.

Cependant, le football Français a aujourd’hui une chance inespérée de pouvoir relancer le mouvement, grâce à l’apport de capitaux étrangers dans le cas du PSG et de Monaco, à la modernisation des stades qui a lieu en vue de l’organisation de l’Euro 2016, aux finances saines des autres clubs sans moyens démesurés mais qui pourraient devenir attractifs à court et moyen terme pour des investisseurs potentiels.

L’arrivée de nouveaux capitaux, indispensables pour le recrutement de joueurs de niveau international pourrait permettre l’essor d’une culture tactique nouvelle qui favoriserait la technique et la volonté de jouer vers l’avant.

MìrkøOublions un peu les moyens colossaux des clubs comme le PSG et de Monaco. Comment expliquez-vous la stratégie des clubs Français sur le marché des transferts, qui surpayent tant au niveau des transferts que des salaires des joueurs Français souvent moyens ? Comment pouvez-vous expliquer que Saint-Etienne vende Aubameyang au Borussia Dortmund pour une somme inférieure à celle déboursée par l’OM pour Thauvin ? Il y a quelques temps, j’ai rencontré l’agent d’un joueur français International à l’OM qui me disait que les instances dirigeantes du club n’étaient composées que de personnes à peine bilingues, avec un niveau de langues très loin des exigences normalement attendues dans des entreprises de ce prestige…C’est sur que ça ne facilite pas les échanges avec les dirigeants ou agents de joueurs loin de l’Hexagone.

Alessandro GrandessoIl est évident qu’à ce jour, le PSG et Monaco évoluent dans une autre dimension, tant au niveau du recrutement qu’au niveau du développement de réseaux, facilités par des instances dirigeantes internationales. Ce n’est pas ou peu le cas ailleurs.

Je pense vraiment que le « made in France » proposé par l’OM est avant tout une stratégie mise en place et fortement désirée par Vincent Labrune et Élie Baup, qui de toute façon ne semblent pas avoir envie de parier sur des joueurs n’ayant pas connu le football Français. Une tendance générale se dégage dans la majeure partie des clubs professionnels, celle de ne pas prendre beaucoup de risques sur l’adaptation d’un joueur étant donné le manque de moyens pour lutter face à la Concurrence Européenne. La stratégie de l’Olympique Lyonnais est différente : Après des campagnes de transferts onéreuses et peu satisfaisantes, l’OL semble vouloir miser sur les jeunes du centre de formation pour faire progresser l’équipe première tout en investissant massivement sur la construction du nouveau stade, peut être pour dégager des bénéfices à moyen terme, à l’image d’Arsenal en son temps.

Le prix de la vente d’Aubameyang n’est pas si loufoque que çà. Si des clubs comme Porto peuvent se permettre de vendre leurs joueurs à des prix bien plus élevés, c’est parce que ces derniers ont permis au club Portugais de gagner ne serait-ce que ces dernières années, une Europa League, deux championnats en 3 saisons, sans perdre une seule rencontre dans les deux cas…Le manque de crédibilité à l’échelle européenne (vu le palmarès des clubs Français) ne peut permettre aux dirigeants de les vendre très chers à l’étranger. Le cas de Eden Hazard est l’exception qui confirme la règle pour ces dernières saisons.

Mìrkø En tant qu’Italien, en contact depuis mon enfance avec la France pour raisons familiales, je me rends compte que l’image de la sélection Nationale est aujourd’hui plus que sérieusement écornée. Les derniers sondages réalisés par nombre de Médias (RMC, Le Parisien) sont édifiants. La recrudescence de comportements individualistes comme celui de Florian Thauvin lors de son transfert, la suspicion autour d’un accord tacite Deschamps-Ribéry orchestré par Bernès pour continuer de faire jouer Benzema, grand ami du probable futur Ballon D’Or, ne font rien pour arranger les choses.

Alessandro GrandessoLe cas de Thauvin a sans doute pris des proportions exagérées. N’oublions pas que le joueur avait été convaincu par Rudi Garcia et qu’après avoir brillé aux Championnats du monde des moins de 20 ans, il a fait l’objet de sollicitations de toutes parts. Après, même si le LOSC lui avait promis de l’autoriser à négocier avec un club si une offre à deux chiffres arrivait sur la table, forcer la main de cette façon pour être transféré est difficilement acceptable.

Le cas de Benzema est sensiblement différent. Même s’il n’est pas en réussite ces derniers temps avec l’équipe de France, tous les joueurs, tous les entraîneurs que vous consultez vous diront qu’il est l’attaquant français le plus talentueux de sa génération. Olivier Giroud est certes un bon attaquant, mais sans doute beaucoup plus monocorde que le Lyonnais. Pour ce qui est de la côte d’impopularité de la Sélection Nationale, je ne vois qu’un seul remède à tout çà : la victoire.

Mìrkø – Pensez-vous que l’Équipe De France doit absolument se qualifier au prochain Mondial ? Considérez-vous qu’en vue de l’Euro 2016 organisé à domicile, un échec d’une telle portée faciliterait une refonte totale des instances Dirigeantes de la FFF, de la DTN, et du style de jeu proposé par la plupart des entraîneurs Français ?

Alessandro GrandessoUn Mondial au Brésil, cela doit marquer un joueur, une carrière, une équipe. Même si le groupe France semble loin des toutes meilleures sélections de la planète, le vécu d’une telle compétition se révélera précieux dans la préparation de l’Euro où je rappelle qu’en tant que pays organisateur, les joueurs de l’Equipe de France ne disputeront pas de rencontres officielles jusqu’en juin 2016. Il me paraît donc indispensable de se qualifier pour le Mondial 2014.

L’équipe de Soccer-Populaire tient à remercier chaleureusement Alessandro Grandesso pour sa disponibilité et le temps consacré pour répondre à nos questions.

Propos recueillis par Mìrkø & The Wolfman