Des affiches, des buts, des scenarii improbables, du suspense, après une 8ème journée particulièrement décevante, le 9ème acte de cette RPL nous a séduit.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Petrescu s’agace

Dinamo 1-3 Lokomotiv

Noboa (59′) / N’Doye (51′), Samedov (74′ sp), Tkachev (93′)

Un but refusé pour une raison encore inconnue, un penalty concédé pour une faute en dehors de la surface, il y a de quoi comprendre la réaction de Dan Petrescu à la fin du match et de la défaite de son équipe. Le coach roumain du Dinamo admet que son équipe a commis des erreurs, mais ajoute que les plus grosses erreurs commises lors du match le furent par Sergey Karasev, arbitre de la rencontre. De son côté, Leonid Kuchuk se contentera d’éluder la question en refusant de commenter les décisions arbitrales.

Je n’aime pas parler d’arbitrage. Mais il faut bien reconnaître que la décision de Karasev de ne pas accorder le but de Voronin en toute fin de première période a biaisé les débats. L’avant-centre ukrainien avait parfaitement profité du manque de l’erreur d’Abaev et de son défenseur pour ouvrir le score. Mais Karasev a vu une faute de Voronin sur le défenseur…

Déjà très vivant en première période, le match va prendre une toute autre dimension au cours du deuxième acte. Auteurs d’une partie de grande qualité, c’est tout d’abord N’Doye qui vient donner l’avantage aux siens d’une superbe frappe lointaine. Avantage de courte durée, puisqu’à peine 8 minutes plus tard, Noboa profite d’une mauvaise sortie d’Abaev pour remettre les deux équipes à égalité.

Le match est vivant, on se rend coup pour coup. Kokorin a l’occasion de donner l’avantage aux locaux suite à une talonnade géniale de Voronin, mais sa frappe est détournée par Abaev. Avec son 4-4-2, le Dinamo est particulièrement offensif, mais les ailiers Ionov et Dzsudzsak ont du mal à prendre le dessus sur leurs défenseurs Shishkin et Denisov.

Le match va finalement basculer sur un nouveau coup du sort. Samedov envoie N’Doye entre les deux défenseurs centraux. Douglas tacle, mais manque le ballon. Carton rouge et penalty ! Si le carton rouge est indiscutable, la faute, elle, est bien en dehors de la surface. Qu’importe, Samedov se charge de redonner l’avantage au Lokomotiv.

Le Dinamo tentera bien de revenir une nouvelle fois au score, mais un contre rondement mené en fin de match et c’est Tkachev qui entérine la victoire des cheminots. Avec cette victoire, le Lokomotiv revient à un petit point des leaders et envoie un message clair aux autres équipes : il faudra compter sur le Loko pour les places européennes cette saison.

Côté Dinamo, en revanche, ça ne décolle toujours pas. L’équipe a connu de nombreux changements suite au recrutement tardifs et le jeu collectif n’est pas encore au rendez-vous.

Un dernier mot pour la pelouse de la Khimki Arena qui a rendu l’âme lors de ce derby. Malgré la demande faite par le CSKA auprès du Dinamo pour ne pas jouer ce match sur ce terrain afin de préserver la pelouse pour les matchs de Ligue des Champions du CSKA, le Dinamo a tenu à jouer son match dans son stade. Résultat, le CSKA devra, très probablement, se rendre à Krasnodar pour disputer son premier match de Ligue des Champions à domicile dans un peu plus d’une semaine.

Krylia Sovetov 1-1 Ural

Amisulashvili (19′) / Gogniev (11′)

Un match de bas de classement rythmé en première période qui a vu l’inévitable Spartak Gogniev donner l’avantage à son équipe avant que le capitaine de Samara, Amisulashvili, n’égalise quelques minutes plus tard. Chaque équipe aura sa chance en deuxième période pour au final en rester à ce partage des points équitables.
Si Krylia Sovetov n’a gagné qu’un seul match, les partenaires de Tsallagov n’ont, en revanche, plus perdu depuis le 22 juillet dernier et une défaite face au CSKA qui faisait suite à une défaite inaugurale face au Spartak. Depuis, Krylia Sovetov a enchaîné 6 matchs nuls et une victoire. Mais, c’est bien connu, les matchs nuls ne font pas avancer, et l’équipe de Samara reste à la portée de son adversaire du jour, l’Ural, qui met fin à une série de trois défaites consécutives.

Terek 0-1 Krasnodar

Mamaev (14′)

Dernier match samedi soir et nouvelle défaite pour le Terek toujours bloqué à 3 points au compteur pour aucune victoire. Il faut dire que Krasnodar nourrit quelques ambitions dans ce championnat. Après un match nul décevant la semaine dernière face à Krylia Sovetov, les hommes de Kononov sont venus récupérer les points perdus lors de ce déplacement à Grozny. Une action de classe entre Mamaev et Wanderson et le russe offre la victoire à Krasnodar qui, par la même occasion, s’installe à la 5° du classement, à 5 points des leaders.

Derby à sens unique

Spartak 3-0 CSKA

Özbiliz (40′), Kombarov (52′), Parshivlyuk (59′)

Spartak Moscou

SPARTAK

Pesyakov – Parshivlyuk, Makeev, João Carlos, Kombarov – Carioca, Glushakov, Costa – Özbiliz, Movsisya, Jurado

Entraîneur : Valery Karpin

CSKA Moscou

CSKA

Akinfeev – Nababkin, Berezutsky, Ignashevich, Schennikov – Wernbloom, Cauna – Tosic, Honda, Zuber – Musa

Entraîneur : Leonid Slutsky

Certes, le CSKA devait faire face aux absences de Dzagoev, Doumbia, Fernandes et Elm, certes le CSKA, contrairement au Spartak, avait joué un match européen cette semaine, mais qui aurait bien pu imaginer que le Spartak, en crise en terme de jeu depuis la blessure de Bocchetti, puisse s’imposer d’une telle manière face au grand rival ? Pour tout dire, de match il n’y eu point. Dès les premiers instants, on sent le Spartak parfaitement préparé. Le milieu de terrain à 3 avec Carioca, Glushakov et Tino Costa mange le milieu à 2 du CSKA formé par Wernbloom et Cauna. L’ex joueur de Valence est particulièrement en vue et le Spartak règne sur le milieu de terrain. Honda est invisible, Musa introuvable alors que Tosic et Zuber sont condamnés à l’exploit à chaque touche de balle.

Clairement, Karpin a gagné la bataille. Mais Slutsky avait le temps de répondre. Au lieu de ça, il se contente de regarder son équipe prendre le bouillon. Abandonné par sa défense, Akinfeev retarde l’échéance le plus possible, mais il ne peut rien faire sur la reprise de volée d’Aras Özbiliz, parfaitement servi par Tino Costa et absolument seul dans la surface pour fusiller le portier russe.

Le passage aux vestiaires ne change rien. C’est même pire côté CSKA. Chaque corner est un supplice, le marquage est inexistant. Jurado trouve João Carlos au premier poteau, le brésilien dévie et Kombarov, seul à 3 mètres du but n’a plus qu’à pousser le ballon au fond des filets. Quelques minutes plus tard, ce même Kombarov sert son compère arrière latéral, Parshivlyuk. Seul au niveau des 6 mètres, il ne manque pas l’occasion d’humilier un peu plus le CSKA. Le score est de 3-0, il reste alors une demi heure à jouer.

La fin de match n’aura d’intérêt que le jeu retrouvé du Spartak. Les bleu et rouge ne savent plus où donner de la tête. Comment ce Spartak si moribond depuis quelques semaines a pu se retrouver pour offrir une prestation si aboutie ? Est-ce l’excitation du derby ? Est-ce la faiblesse du CSKA qui a permis au Spartak de briller ainsi ? Difficile de répondre à ces questions tant la surprise fut grande de retrouver un Spartak à ce niveau, joueur, précis, redoublant les passes, un Spartak heureux de jouer. On en oublierait presque que Karpin jouait sa peau sur ce match.

En tout cas, cette victoire permet au Spartak de rejoindre le CSKA en tête du classement avant la réception de Krasnodar pour un nouveau test qui pourra nous en dire plus sur cette magnifique performance dominicale.

Pour le CSKA, c’est la soupe à la grimace. Après en avoir pris 3 sur le terrain du Bayern en milieu de semaine, l’humiliation est totale. Les blessures de joueurs essentiels au bien du collectif, la petite forme de Keisuke Honda et l’enchaînement des matchs n’incitent pas à l’optimisme, même si le club de l’armée a la chance de recevoir un Anzhi encore plus malade ce mercredi.

Volga 2-1 Anzhi

Bibilov (11′), Putilo (21′) / Putilo csc (22′)

En effet, en déplacement à Nizhny Novgorod, l’Anzhi a sombré une nouvelle fois. Comme face à Tom la semaine dernière, l’Anzhi va passer totalement à côté de son entame de match. Résultat, Bibilov place une merveille de coup-franc dans la lucarne de Kerzhakov et Putilo double la mise 10 minutes plus tard d’une belle frappe lointaine. Heureusement pour les hommes de Gadzhiev, euphorique, Putilo a la bonne idée de couper un centre de Solomatin et de permettre à l’Anzhi de revenir au score, une minute à peine après son but en faveur de Volga.

Malgré de bonnes situations de part et d’autre et un match plutôt vivant et agréable, plus rien ne sera marqué.

Volga décroche une victoire importante face à un concurrent direct dans la lutte pour le maintien. Pour l’Anzhi, la situation commence à devenir très préoccupante. Traoré s’est de nouveau blessé lors du match nul ramené de Moldavie en Europa League, et l’équipe n’a toujours pas connu la victoire cette saison. Bloqué à 4 points, l’Anzhi est déjà à 5 longueurs du premier non barragiste, Krylia Sovetov, à 1 petit point de la dernière place, occupée par le Terek.

Quand la RPL s’affole

Rubin 1-2 Tom

Rondon (15′) / Panchenko (34′ sp), Bordachev (87′)

Oui, une des grandes nouvelles de cette 9ème journée est bien la dernière place du Terek, une dernière place qui signifie que Tom a enfin remporté son premier match. Tout semblait pourtant bien mal engagé. Comme à son habitude, Tom commet de grosses erreurs défensives et comme d’habitude, le promu les paye lourdement. Alors quand l’avant-centre adverse se nomme Salomon Rondon, autant dire tout de suite que Bozovic n’a aucune chance dans les buts.

Rapidement mené 1-0 par un Rubin toujours invaincu cette saison, Tom va avoir le mérite de ne rien lâcher. L’arbitre de la rencontre, va alors leur donner un petit coup de pouce. Suite à un centre venu de la droite, Bashkirov s’effondre dans la surface, M. Kharlamov, n’hésite pas. Il désigne le point de penalty et renvoie Ryazantsev aux vestiaires. Panchenko n’en demandait pas tant et remet les deux équipes à égalité, malgré Ryzhikov.

A 11 contre 10, le combat semble plus équilibré. Le Rubin reste menaçant mais a plus de mal à s’approcher des buts de Bozovic. Lorsque Rondon doit sortir sur blessure alors que Berdyev a déjà effectué tous ses changements, on se dit que le sort s’acharne sur le Rubin. Tom a là une occasion unique de décrocher sa première victoire de la saison, une occasion que les nouveaux protégés de Baskakov vont saisir dans les dernières minutes. Bazhenov sert Bordachev, Ryzhikov est battu, à 9 contre 11, le Rubin doit s’incliner.

Alors qu’il avait une occasion en or pour revenir à 5 points des leaders, le Rubin a vécu une fin d’après-midi cauchemardesque. Outre la défaite, la première de la saison, le Rubin a perdu son buteur. En effet, Salomon Rondon souffre d’une fracture du 5ème métatarse et devraient être indisponibles jusqu’en décembre.

Pour Tom, c’est un soulagement, une juste récompense pour une équipe vaillante mais souvent trop fébrile dans les zones de vérité. Le promu obtient sa première victoire de la saison et quitte la dernière place. Mieux encore, Tom rejoint l’Anzhi en terme de point. Et si la réception de Volga ce jeudi relançait complètement le club de Tomsk ?

Kuban 0-3 Amkar

Georgiev (8′), Jakubko (14′), Peev (16′ sp)

Le Kuban est dans le dur en ce moment. Si on pouvait s’attendre à un match compliqué face à une équipe de l’Amkar difficile à manœuvre, envisager une telle déroute était de l’ordre de la folie. Peut-être les hommes de Munteanu avaient encore la tête en Suisse où ils sont passés à côté de leur match face à Saint-Gall ? Toujours est-il que le début de match est un véritable cauchemar. Trois buts encaissés en 16 minutes, un Belenov pas au top de sa forme et coupable sur le penalty concédé et une défense aux abois.

Le Kuban aura beau réagir et sortir la tête de l’eau, le match est plié. D’ailleurs, plus rien ne sera marqué. Le Kuban enchaîne donc une troisième défaite consécutive toutes compétitions confondues. Incontestablement, l’Europe joue sur les organismes et dans les têtes. L’effectif étant limité quantitativement, cette baisse de régime n’a rien d’illogique. Les matchs face au Terek et Volga lors des deux prochaines journées devraient, toutefois, permettre au Kuban de retrouver le sourire.

Côté Amkar, l’opération est excellente. Le club de Perm n’a que deux défaites au compteur et obtient là son troisième succès de la saison, résultat qui lui permet de se hisser à la 7ème place au classement.

Rostov 0-4 Zenit

Danny (51′), Arshavin (67′), Hulk (78′), Faizulyn (85′)

Enfin, le dernier match de cette journée voyait Rostov recevoir le Zenit. Après 3 matchs consécutifs en terre moscovite, Rostov retrouvait donc son stade Olimp-2. Les supporters auront bien du mal à fêter cet événement, tant la domination des hommes de Spalletti fut immense. D’abord stérile en première période, la faute à un Kerzhakov particulièrement maladroit, le Zenit va régler la mire après la mi-temps. Auteur d’une grosse partie, Hulk envoie Danny ouvrir le score avant d’être à l’origine du but d’Arshavin et d’inscrire lui-même le troisième but de son équipe. L’excellent Danny ira également de sa passe décisive, pour Faizulyn, en fin de rencontre.

Une victoire 4-0 à l’extérieur qui permet au Zenit de rejoindre le CSKA et le Spartak en tête du classement.

Côté Rostov, comme prévu, l’enchaînement Lokomotiv-Dinamo-CSKA-Zenit a été des plus compliqués. Jeudi, les coéquipiers d’Artem Dzyuba retrouveront l’Amkar, un adversaire à leur niveau. Sauront-ils retrouver les qualités qui ont fait leur force lors de ce genre de match en début de saison ?

Autant la semaine passée on pouvait se plaindre du spectacle proposé, autant cette semaine il est difficile de faire la fine bouche. Des buts, des surprises et surtout du suspense avec 4 équipes qui se tiennent en 1 point en haut du classement. La suite de la saison s’annonce des plus passionnantes.

Récompenses de la semaine

Les buts du week-end : Le magnifique coup-franc de Shota Bibilov pour Volga

http://www.youtube.com/watch?v=Ji6TcbrJFUI

Toujours pour Volga, Anton Putilo

http://www.youtube.com/watch?v=wDzItykRc-8

Dame N’Doye lance parfaitement son équipe dans le derby face à Dinamo

Le fait de la journée : Une invincibilité qui prend fin. CSKA et Rubin, dernières équipes invaincues avant cette 9ème journée se sont toutes les deux inclinées. En revanche, deux équipes n’ont pas encore connu la victoire, il s’agit du Terek et de l’Anzhi.

Le raté du week end : Félicitations à Aleksandr Kerzhakov qui réussit l’exploit de manquer le cadre

Le carton rouge du week-end : L’arbitrage. J’en parle très rarement, le moins possible, mais les matchs Dinamo-Lokomotiv et Rubin-Tom ont parfois tourné à la mascarade

Rusko