Après une trêve internationale qui a vu la Nazionale se qualifier pour le Mondial, la Serie A reprenait ses droits samedi après-midi avec le «  derby d’Italia ». Le toujours très attendu Inter-Juventus est présenté comme le premier grand test de la nouvelle Inter de Mazzarri, partageant la tête du classement après deux victoires en autant de rencontres en plutôt bonne compagnie (les adversaires du soir de la Juve, Napoli, Roma, Fiorentina)

Toutes deux alignées en 3-5-2, les deux équipes nous ont offert une première heure de jeu à l’image d’une partie d’échecs entre deux joueurs qui se connaissent parfaitement : tactique, tendue, indécise. Chacun des 22 acteurs exécute à merveille les consignes de son entraineur et celui qui ne donne satisfaction est immédiatement sanctionné : Lichtsteiner déjà averti passe très proche du carton rouge à la 39ème et voit la sanction tomber en étant remplacé à la pause par Isla. Conte, volontairement ou non, laisse la main à l’équipe de Mazzarri en deuxième mi temps et voit l’équipe adverse acculer le but de Buffon sans pour autant l’inquiéter outre mesure. Conscient d’avoir déjà fait changer l’état d’esprit de troupes meurtries par une fin de saison dernière catastrophique, Mazzarri envoie un signal de confiance à ses joueurs en faisant rentrer Icardi à la place du  besogneux Taider. Quelques minutes suffisent à lui donner raison. Ricky Alvarez, symbole du renouveau interista sert sur un plateau le nouvel entrant, qui trompe le gardien bianconero d’une frappe précise : 1-0. Il reste à peine un quart d’heure à jouer. Malheureusement pour l’Inter, la réaction des doubles champions en titre ne se fait attendre : Arturo Vidal profitant d’une grossière erreur de concentration égalise d’une magnifique frappe croisée quelques instants après le coup d’envoi. La confiance changea de camp en quelques secondes, et les Nerazzurri finissent la rencontre en difficulté.

Match nul logique et équitable, qui récompense l’excellent travail de Mazzarri ces premières semaines. Pour l’anecdote, ce résultat fait tomber Conte de la première place en championnat pour la première fois depuis sa prise de fonctions et ses débuts en Serie A en septembre 2011. En effet, dans la soirée, les Napolitains de Rafa Benitez malgré un « turnover » important et six changements par rapport à l’équipe attendue mercredi pour le grand choc contre le Borusia sont venus à bout d’une Atalanta rigoureuse défensivement mais trop peu ambitieuse offensivement pour obtenir quelque chose de son déplacement au San Paolo. Les entrées de Hamsik et Callejon – auteur du 2-0 – ont tout de même été décisives pour permettre au Pipita Higuain d’ouvrir le score et ainsi d’inscrire son premier but officiel devant ses nouveaux tifosi.

A la même heure, dans l’autre duel opposant les équipes de Turin à celles de Milan, les Rossoneri ont souffert le martyr pour ramener un point de leur déplacement chez les Granata, qui auraient sans doute mérité la victoire. Menés logiquement 2-0 à la 88ème, les Rossoneri s’en sortent grâce à une réalisation rocambolesque de Muntari puis à un pénalty en toute fin de rencontre. La prestation insipide des hommes d’Allegri et les blessures de Montolivo et Kakà (absents au moins un mois) n’ont pas de quoi rassurer.

Si les tifosi du Torino avaient de quoi passer un mauvais dimanche, que dire de ceux de la Fiorentina ? Rejointe la 89ème minute par la toujours valeureuse équipe de Cagliari (1-1), la Viola voit ainsi la possibilité d’être co-leader s’envoler après une énième polémique sur une faute dans la surface de réparation non sifflée sur G.Rossi quelques instants après l’égalisation. S’ajoute à cela l’expulsion de Pizarro pour avoir trop vivement protesté et les  sorties sur blessures de Cuadrado (épaule) et surtout M.Gomez (genou) qui vont priver Montella de deux hommes clés. Le colombien devrait être absent plusieurs semaines. Le transfuge du Bayern pourrait quant à lui être éloigné des terrain plusieurs mois.

Fortunes diverses pour les deux équipes les plus « ambitieuses » de l’après midi : la Lazio corrige le Chievo 3/0 et répond à l’appel de Petkovic en attendant le derby de dimanche prochain après un début de saison marqué par les deux corrections contre la Juve. L’Udinese est tenue en échec par Bologna, l’immuable Di Natale répondant à un coup franc magnifique de Diamanti.

En attendant le toujours très suivi derby de Genova, les rencontres de l’après midi avaient principalement pour thème la « zona salvezza » ou course au maintien.

Dans un match de promus, le Hellas Verona bonifie sa victoire à domicile contre Milan en battant 2-0 une équipe de Sassuolo qui aurait sans doute méritée mieux.

Livorno l’emporte 2-0 contre Catania. Pour une équipe promue et avec peu d’expérience dans l’élite, Livorno confirme qu’une doublette de bons attaquants (Paulinho-Emeghara ) peut permettre à un groupe d’espérer le maintien. Catania, toujours sans le moindre point semble souffrir du départ de Lodi et Papu Gomez.

Le posticipo de la soirée voyait donc Sampdoria et Genoa s’affronter dans un Marassi toujours en fusion : si les Doriani étaient plutôt favoris, le changement tactique de Liverani passant du 4-3-3 au 3-5-2 a pris  complètement de cours Delio Rossi. Les trois nouvelles recrues du Grifone, Antonini, Calaio’ et Lodi (lui aussi auteur d’un nouveau sublime coup franc) marquent de leur empreinte une retentissante victoire (0-3)

La rencontre de lundi soir pouvait permettre à la Roma de rattraper la SSCN en tête du classement. En déplacement à Parma, les giallorossi ont montré la même étonnante capacité à changer de rythme et de niveau que lors des deux premières rencontres : Menée à la mi temps après une faible première mi temps (1-0) , la Roma réalise une deuxième mi temps presque parfaite. Florenzi en tout début de période puis l’éternel Totti – 20 saisons de Serie A consécutive – font trembler les filets adverses et renversent la rencontre, pourtant mal engagée. Un penalty de Strootman en fin de rencontre met définitivement à l’abri les hommes de Rudi Garcia (1-3) et permet à la Roma de préparer en tant que co-leader le derby de dimanche.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mìrkø