Seule équipe engagée en Ligue des Champions, le Shakhtar avait l’honneur de lancer cette 9ème journée de championnat. Avant de se déplacer au Pays Basque pour y affronter la Real Sociedad, l’équipe de Donetsk, ville très russophone, devait traverser tout le pays d’Est en Ouest pour se rendre à Lviv, bastion ukrainophone du pays.

Shakhtar out Dnipro in

Karpaty 3-2 Shakhtar

Gladkyi (7′), Bartulovic (52′ sp, 61′) / Douglas Costa (23′), Ismaily (71′)

Souvent accroché lors de ses déplacements à Lviv, la rencontre est plus compliquée qu’il n’y paraît pour le Shakhtar, qui plus est privé de Srna et Shevchuk. Face à une équipe déterminée, la relative apathie des hommes de Lucescu saute aux yeux et le Shakhtar souffre. La défense se troue une première fois et Gladkyi s’en va tromper Pyatov. Quand ils décident de se mettre à jouer, les visiteurs sont au-dessus, mais le Karpaty résiste plutôt bien et il faut un magnifique coup-franc de Douglas Costa pour remettre les deux équipes à égalité.

On se dit alors que le Shakhtar va faire la différence en deuxième mi-temps. Il n’en est rien. Peu concernés, les partenaires de Taison, à qui le Shakhtar demande de prendre la nationalité ukrainienne, concède un penalty que Bartulovic. Le capitaine du Karpaty récidive dix minutes plus tard, sur coup-franc cette fois avec un centre que personne ne reprend et qui finit au fond des filets. Il reste à peine 30 minutes à jouer et le Shakhtar est mené 3-1. Le siège va alors commencer. Les hommes de Lucescu mettent enfin l’implication nécessaire et le minimum d’intensité requis. Le Karpaty se replie et attend le contre face à une équipe qui se découvre de plus en plus. A 20 minutes de la fin, Ismaily, remplaçant de Shevchuk, ne se pose pas de question et envoie un missile que Ilyuschenkov ne peut détourner. Il reste du temps, beaucoup de temps. Pourtant, malgré la pression et les 6 minutes de temps additionnel accordées par l’arbitre, les vert et blanc tiennent et décrochent une incroyable victoire 3-2 face au monstre Shakhtar.

Sans implication, sans application et surtout sans génie, le Shakhtar enchaîne un troisième match sans victoire, et une deuxième défaite consécutive en déplacement, pas de quoi rassurer avant la Ligue des Champions.

Proche de la zone de relégation avant le match, le Karpaty accroche sa deuxième victoire de la saison et se donne un peu d’air au classement. Après un début de saison très compliqué, les hommes de Sevidov sont beaucoup plus rassurants depuis quelques matchs et nul doute que cette victoire face au Shakhtar viendra augmenter le capital confiance de l’équipe de Lviv.

Le magnifique coup-franc de Douglas Costa

Comme si la défaite ne suffisait pas, le Shakhtar voit, le même soir, Chornomorets lui prendre la deuxième place du classement, à la faveur de sa victoire à Zaporizhya face au Metalurg. Le but de Fontanello en première mi-temps suffit au bonheur d’une équipe d’Odessa qui marque peu mais enchaîne une 6° victoire consécutive.

Dnirpo 1-0 Tavryia

Seleznov (71′)

Après avoir pris 4 points lors de l’enchaînement Shakhtar-Dynamo, le Dnipro était attendu au tournant. La réception du Tavriya qui avait obtenu ses premiers points de la saison avant la trêve, ne devait être qu’une formalité pour les hommes de Juande Ramos. Malgré la première titularisation de Bruno Gama et une domination sans partage, les locaux ont bien failli se faire piéger et concéder le match nul. Finalement, à 20 minutes de la fin, c’est Seleznov qui est venu libérer la Dnipro Arena en reprenant de la tête un centre de Kravchenko.

Cette petite victoire 1-0 permet au Dnipro de se hisser à la deuxième place, à égalité avec Chornomorets et un point devant le Shakhtar.

Mais le match que tout le monde attendait se déroulait un peu plus au nord. En clôture de cette 9ème journée, le Metalist recevait le Dynamo.

Le patron, c’est le Metalist

Leader et assuré de le rester après le match le Metalist avait une occasion en or pour distancer le Shakhtar et reléguer le Dynamo à 9 points.

Trois changements par rapport au match face au Shakhtar avant la trêve : Ksonz remplace Villagro au poste de latéral droit et vient ainsi remplir le quotas d’ukrainiens, Diego Souza prend la place de Krasnoperov alors que Cleiton Xavier retrouve une place de titulaire après 4 mois d’absence et relègue Sebastian Blanco sur le banc. Le système ne change pas, Markevych reconduit son 4-2-3-1 avec les argentin Sosa et Gomez ultra offensifs sur les côtés.

Côté Dynamo, le match nul face au Dnipro avant la trêve n’a pas arrangé les choses, à 6 points du Metalist avant le match, la défaite est interdite sous peine de (presque) dire adieu au titre et à la Ligue des Champions, déjà. Blokhin cherche encore son équipe type. Peu satisfait des performances de Belhanda depuis de le début de saison, il titularise Bezus en lieu et place du marocain, alors que Miguel Veloso retrouve une place devant la défense aux côté de Vukojevic, Haruna faisant les frais de cette décision. Devant, Mbokani est une nouvelle fois préféré à Ideye.

Metalist
Metalist

METALIST

Disljenkovic – Ksonz, Rodrigo, Gueye, Azevedo – Edmar, Diego Souza – Sosa, Cleiton Xavier, Gomez – Devic

Entraîneur : Myron Markevich

dddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddd

Dynamo
Dynamo

DYNAMO

Koval – Gusev, Dragovic, Khacheridi, Tremoulinas – Veloso, Vukojevic – Yarmolenko, Bezus, Lens – Mbokani

Entraîneur : Oleg Blokhin

Le début de match est à sens unique. Même si le Dynamo peut sembler faire illusion, il n’en est rien, c’est bien le Metalist qui est le mieux entré dans la partie. Koval est sollicité et s’en sort parfaitement. Lorsqu’il est battu, c’est la barre transversale qui le sauve, comme sur la frappe contrée de Xavier au niveau des 6 mètres, suite à un bon travail de Gomez sur le côté gauche. Malgré cela, le Dynamo est plutôt bien en place. Les hommes de Blokhin cherchent à exploiter les erreurs adverses, et notamment de Rodrigo qui se rattrape parfaitement en venant contrer Lens après avoir perdu le ballon.

Dans la foulée, Devic, très peu en vue jusqu’à présent, reçoit un ballon dans le dos de la défense. Absolument seul, il manque son contrôle de la poitrine et, gêné par le retour de Dragovic, ne parvient pas à ajuster sa frappe.

Quelques minutes avant la mi-temps, à la suite d’une combinaison a priori banale sur un coup-franc anodin, le centre de Ksonz est repris par Cleiton Xavier. Le brésilien signe son retour de la plus belle de manière et permet à son équipe de rentrer aux vestiaires avec un but d’avance, une juste récompense pour l’équipe la plus entreprenante sur le terrain.

Le début de seconde période reprend sur les mêmes bases, à savoir domination et maîtrise du Metalist qui se crée la première occasion par Edmar de la tête. Cependant, petit à petit le Dynamo fait surface. Mbokani pèse sur la défense et l’équipe joue plus haut. Le Dynamo n’a plus trop le choix et doit prendre le risque de se faire contrer, risque important étant donné la rapidité avec laquelle les hommes de Markevich savent se projeter vers l’avant. Ainsi, malgré un certain manque d’imagination, le Dynamo parvient à faire reculer le Metalist et à exercer une vraie pression dans le camp adverse. Disljenkovic soulage sa défense en interceptant à deux reprises des centres venus de la gauche, puis repousse comme il peut une frappe lointaine de Gusev, sa seule vraie parade du match. En effet, le tout pour l’attaque du Dynamo ne payant pas, les contres se font de plus en plus fréquent et c’est bel et bien le Metalist qui se procure les meilleures occasions en cette fin match. Après une tentative de Marlos sauvée sur la ligne par Khacheridi, Sosa vient ridiculiser la défense du Dynamo. Il pénètre dans la surface à son aise, efface Gusev et trompe Koval pour assurer la victoire des siens. Trois minutes plus tard, à l’entrée de la surface, Marlos enroule sa frappe et crucifie une nouvelle fois Koval. 3-0 l’addition est lourde pour le Dynamo.

On en reste là. Le Metalist poursuit sa série d’invincibilité et inflige au Dynamo une défaite 3-0, score que n’avait plus concédé le club depuis 1989, une autre époque, un autre pays.

Metalist 3-0 Dynamo

Cleiton Xavier (43′), Sosa (92′) et Marlos (95′)

En mai prochain, à l’heure des bilans, il se pourrait bien qu’on reparle de cette 9 journée, une journée qui aura vu le Metalist reléguer le Dynamo à 9 points et le Shakhtar quitter le podium, un Metalist incroyable, invaincu en championnat depuis le 3 novembre dernier. Avec un Dnipro au rendez-vous et la surprise Chornomorets, le championnat et la course à la Ligue des Champions sont plus ouverts que jamais, tant mieux pour le spectacle.

Le résumé du match

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rusko