Après le très intense Dnipro-Shakhtar le weekend passé, l’Ukraine nous gâtait à nouveau ce weekend avec non pas une mais deux affiches. Dépossédé de sa première place la semaine dernière, le Shakhtar avait l’occasion de reprendre son bien en accueillant le Metalist, leader actuel. Dimanche, le Dnipro avait l’occasion de s’affirmer un peu plus dans la course au titre alors que le Dynamo souhaitait, quant à lui, se relancer pour de bon en championnat.

Un Shakhtar moins souverain

Shakhtar 1-1 Metalist

Stepanenko (59′) / Devic (77′)

Après la claque reçue face au Dnipro, le Shakhtar était attendu au tournant. Quelle allait être la réaction des joueurs de Donetsk ?

Pour laver l’affront et reprendre la première place, Lucescu procède à quelques changements par rapport aux 11 du weekend précédent. Kucher absent, c’est Krivtsov qui le remplace en défense centrale. Devant la défense, l’entraîneur roumain réintègre Grechyshkin afin de stabiliser sa défense et de trouver un équilibre qui fuit l’équipe depuis le début de saison. Eduardo en fait les frais et Alex Teixeira retrouve un poste plus offensif, derrière Luiz Adriano.

Notons que Bernard fait son apparition sur la feuille de match mais prend place sur le banc au coup d’envoi. Notons également que seuls 4 brésiliens sont titulaires contre 6 ukrainiens, fait suffisamment rare du côté de Donetsk pour être signaler.

ShakhtarSHAKHTAR

Kanibolotsky – Srna, Krivtsov, Rakitsky, Shevchuk – Stepanenko, Grechyshkin – Douglas Costa, Alex Teixeira, Taison – Luiz Adriano

Entraîneur : Mircea Lucescu

Face à la colonie brésilienne du Shakhtar, se dresse la colonie argentine du Metalist : un côté droit 100 % argentin avec Villagra latéral et Sosa, capitaine de l’équipe, milieu, Gomez, le dernier arrivé, côté droit et Blanco en soutien de Marko Devic. Avec un total de 7 buts en 7 matchs de championnat, l’ancien joueur du Shakhtar représente une menace très sérieuse pour l’arrière-garde du Shakhtar.

Invaincus depuis deux saisons sur la pelouse de la Donbass Arena, les hommes de Markevych arrivent avec un statut de leader et comptent bien conforter leur première place.

MetalistMETALIST

Disljenkovic – Villagra, Rodrigo Moledo, Gueye, Azevedo – Krasnoperov, Edmar – Gomez, Blanco, Sosa – Devic

Entraîneur : Myron Markevych

La Donbass Arena a fait le plein pour cette afficher, avec un peu plus de 50 000 spectateurs présents, et les joueurs entrent sur la pelouse accompagnés d’un magnifique tifo représentant le symbole du club.

Pas de round d’observation, on entre tout de suite dans le vif du sujet. Et à ce petit jeu, c’est le Shakhtar qui prend un meilleur départ. Les hommes de Lucescu imposent une pression constante à leurs adversaires et Stepanenko est tout près d’ouvrir le score dès les premières minutes. Srna, comme à son habitude, est très présent côté droit, mais également à la finition. Suite à une combinaison bien connue des suiveurs du Shakhtar, Srna reprend de volée un corner de Taison, mais Disljenkovic s’interpose parfaitement. Le portier serbe est parfaitement dans son match et détourne une nouvelle frappe d’Alex Teixeira, suite à un bon travail de l’inévitable Srna côté droit.

Sans atteindre le niveau d’intensité et de pression du week-end dernier face au Dnipro, le match reste très tendu. Personne n’est là pour s’amuser, les tacles sont appuyer, la tension est palpable sur chaque échange entre joueurs. Malgré l’apparente domination du Shakhtar, le Metalist n’est pas en reste. Particulièrement motivé, Devic laisse planer une menace permanente au sein de la défense adverse et est à deux doigt d’ouvrir le score pour son équipe.

Au terme d’une première période âpre et tendue, les deux équipes rejoignent les vestiaires sur un score nul et vierge.

La deuxième mi-temps repart sur les mêmes bases. Les occasions du Shakhtar viennent directement de Darijo Srna. Le capitaine croate sert Grechyshkin qui bute également sur Disljenkovic. Le côté droit du Metalist fonctionne tout aussi bien avec cette fois Sosa à la réception qui voit sa tête captée facilement par Kanibolotsky. Les équipes se rendent coup pour coup, le KO est proche et c’est finalement le Metalist qui trouve la faille le premier. Le coup franc de Douglas Costa trouve la tête de Stepanenko qui, seul aux six mètres, ne manque pas l’occasion d’ouvrir le score.

Markevych ne tarde pas à réagir et Diego Souza remplace un Gomez intéressant mais encore trop juste. Incontestablement, le Metalist est touché par ce but encaissé. Le Shakhtar semble enfin maîtrisé son sujet et Lucescu décide d’offrir à Bernard ses premières minutes sous ses nouvelles couleurs.

Une fois l’ouverture du score digérée, le Métalist reprend sa marche en avant. Les défauts du Shakhtar vont alors refaire surface. Malgré la présence de Grechyshkin pour épauler Stepanenko au milieu de terrain, l’équilibre est précaire. Le Metalist se fait de plus en plus pressant et Markevych lance Cleiton Xavier pour se retour à la compétition.

L’égalisation arrive deux minutes plus tard. Pas assez présent au contact du porteur du ballon, les défenseurs du Shakhtar laissent Sosa entrer dans la surface et délivrer un centre parfait pour Marko Devic qui prend le meilleur sur Krivtsov et place un coup de tête imparable pour remettre les deux équipes à égalité. Coup de tonnerre sur la Donbass Arena, le Shakhtar est en danger. Galvanisés par cette égalisation, les hommes de Markevych vont continuer sur leur lancée. Les deux équipes veulent arracher la victoire et s’en donnent les moyens, peu importe l’équilibre défensif. Le Metalist est tout proche d’arracher la victoire sur deux corners délivrés par Sosa et miraculeusement renvoyés par la défense du Shakhtar. Sur corner également, les locaux auront l’occasion de l’emporter, mais Disljenkovic ne se fait pas surprendre.

Les dernières minutes sont très tendues et Srna ne va pas finir le match. La réalisation ne permet cependant, pas de vous dire s’il prend son deuxième carton pour un duel et un coup de coude ou pour contestation et applaudissement de la décision arbitrale. Toujours est-il que le le croate est bel et bien exclu et que le score n’évoluera plus. Un partout score final et score logique vu la physionomie du match.

Un nouveau vrai bon match de foot pour un gros match ukrainien avec Intensité, tension et qualité technique au rendez-vous.

Le Shakhtar n’a donc pas su rebondir après sa défaite chez le Dnipro. L’équilibre défensif fait toujours défaut et le départ de Fernandinho ne semble pas encore digéré dans le jeu. Devant, la réalisme de Mkhitaryan fait également défaut. Le Shakhtar joue bien, mais concède trop d’occasion et n’est pas assez réaliste. En tout cas, les faiblesses relatives du Shakhtra rendent le championnat bien plus passionnant. De même, il sera très intéressant de suivre les performances de ce Shakhtar en Ligue des Champions dans une poule très compliquée avec Manchester United, le Bayer Leverkusen et la Real Sociedad.

Emmené par un excellent Devic, le Metalist ramène donc un très bon point de ce périlleux déplacement à Donetsk. Invaincus depuis le 3 novembre dernier en championnat, les hommes de Markevych conservent leur première place avant de recevoir le Dynamo Kiev dans deux semaines.

Un choc de 2ème catégorie

Dynamo 1-1 Dnipro

Yarmolenko (65′) / Zozulya (22′)

Galvanisées par le résultat du choc de la veille, les deux équipes comptaient bien en profiter par accrocher le bon wagon, celui de la course au titre.

En retrait par rapport à ses adversaires direct, le Dynamo n’a pas à calculer, la victoire est impérative. Dragué pas le Shakhtar, Khacheridi est bien présent sur le terrain et forme la charnière centrale avec une des recrues estivales, l’autrichien Aleksandar Dragovic. Devant, Mbokani est préfé à Ideye alors que devant la défense Vukojevic s’installe en lieu et place de Miguel Veloso.

DinamoDYNAMO

Koval – Gusev, Khacheridi, Dragovic, Tremoulinas – Haruna, Vukojevic – Yarmolenko, Belhanda, Lens – Mbokani

Entraîneur : Oleg Blokhin

En face, à l’exception de Mandzyuk qui remplace Fedetsky, Juande Ramos reconduit 10 des 11 titulaires du match face au Shakhtar, seul Mandzyuk emplace Fedetsky absent. Ce match est l’occasion rêvée pour le Dnipro de revenir à hauteur du Shakhtar et par la même occasion de distancer définitivement le Dynamo.

DniproDNIPRO

Boyko – Mandzyuk, Cheberyachko, Mazuch, Strinic – Matheus, Kankava, Rotan, Konoplyanka – Seleznyov, Zozulya

Entraîneur : Juande Ramos

Les 51 378 spectateurs du stade Olympique de Kiev ne vont pas assister au plus grand match qui soit. L’ambiance est belle et les intentions sont bonnes, mais l’enjeu prend quelque peu le pas sur le jeu. Très tendu, le Dynamo a beaucoup de mal en première mi-temps. Matheus et Konoplyanka font mal sur les côtés alors que la paire Zozulya/Seleznyov ne laisse aucun répit à l’arrière-garde du Dynamo, qu’il s’agisse d’appels offensifs ou de tacles défensifs, les deux compères ne rechignent pas à la tâche. Le Dynamo a bien du mal à s’approcher des cages de Boyko et seule une frappe lointaine d’Haruna parvient à inquiéter le portier ukrainien. Quelques minutes plus tard, suite à une faute sur Matheus, Rotan dépose le ballon sur la tête de Zozulya qui, après avoir martyrisé le Shakhtar la semaine passée, se charge de fusiller Koval de la tête. Logiquement, le Dnipro mène 1-0 sur la pelouse du Dynamo, coup de froid au stade Olympique.

Ce but a le mérite de réveiller quelque peu les hommes d’Oleg Blokhin. Après Haruna, c’est Belhanda qui voit sa frappe passée à côté des buts de Boyko. Petit à petit, le Dynamo prend la mesure de son adversaire. Le marocain frôle pourtant la correctionnelle après un vilain geste sur un adversaire, geste passé inaperçu mais révélateur d’une nervosité souvent coupable chez l’ex Montpellierain. Juste avant le mi-temps, Konoplyanka fait passer un nouveau frisson dans les travées du stade, mais sa frappe lointaine et puissante ne trouve pas le cadre.

Si la première période revenait au Dnipro, il en sera tout autre pour le second acte. Très vite, Blokhin lance Bezus à la place de Belhanda et le Dynamo s’installe dans le camp adverse. Peu après l’heure de jeu, sur une action initiée par ce même Bezus, Lens se fait contrer à l’entrée de la surface, le ballon revient dans la course de Yarmolenko qui contrôle et s’en va battre Boyko. Le capitaine et meilleur joueur du Dynamo libère tout un stade. Dès lors, le match peut se résumer à un attaque/défense. Mis sous pression constamment, les joueurs de Juande Ramos ne parviennent pas à se défaire de l’étreinte des locaux. Mbokani fait briller Boyko, mais dans l’ensemble cette domination est stérile et le Dnipro se contente de plier sans rompre. Les toutes dernières minutes seront encore plus éprouvantes pour Juande Ramos. On assiste à un véritable siège des buts de Boyko. Les centres se multiplient et les ballons sont repoussés tant bien que mal.

Finalement, on en reste là. Après sa victoire face au Shakhtar, le Dnipro enchaîne par un match nul plutôt flatteur mais qui suffit à son bonheur. A 3 points du Shakhtar et à 4 du Metalist, le Dnipro est plus que jamais dans la course. Mais cette équipe réalise de bonnes performances face aux gros et perd bêtement des points lors de matchs plus abordables, c’est d’ailleurs pour cela que le Dnipro n’est pas plus proche des deux premiers.

Pour le Dynamo, il s’agit là d’une nouvelle déception. Certes, un match nul face au Dnipro est tout sauf honteux, mais la victoire tendait les bras aux hommes de Blokhin qui ne comptent que 4 petites victoires après 8 matchs de championnats. Il faut dire que cette équipe possède de bons joueurs sur le papier, mais en réalité la plupart ne sont que des joueurs moyens. Mbokani, Lens, Belhanda ou encore Tremoulinas ne sont peut-être tout simplement pas de taille à rivaliser avec des adversaires tels que le Metalist, le Shakhtar ou le Dnipro sur un championnat complet. Encore une fois, seul Yarmolenko semble tirer son épingle du jeu parmi les joueurs offensifs.

Relégué à 6 points du Metalist, le déplacement à Kharkiv dans 15 jours sera plus que jamais décisif pour la suite de la saison.

Les autres résultats de la journée

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rusko