Retour sur la 7ème journée de championnat :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un Lokomotiv séduisant mais perdant

Bien heureux d’avoir arraché le match nul la semaine dernière face au Dinamo, le Zenit affrontait une autre équipe moscovite, à savoir le Lokomotiv. Vainqueur de Rostov et deuxième au classement avant la rencontre, le club des cheminots débarque à Saint-Pétersbourg sans prétention mais non sans une certaine ambition.

Privé d’Ansaldi, Spalletti choisit de titulariser Hubocan côté gauche de la défense. Au milieu, Zyryanov complète le milieu, Witsel et Shirokov étant indiscutables. Devant, retour à un schéma plus classique avec Kerzhakov en pointe, Arshavin à droite et Danny à gauche.

Côté Lokomotiv, Yanbaev est préféré à Shishkin et Lassana Diarra fait son apparition dans le 11 titulaire au dépend de Mikhalyk. Devant Kuchuk reconduit ceux qui avaient dynamité la défense de Rostov lundi dernier.

Zenit 2-1 Lokomotiv

Shirokov (43′ sp), Zyryanov (86′) / Boussoufa (70′ sp)

ZenitZENIT

Lodygin – Smolnikov, Neto, Lombaerts, Hubocan – Zyryanov, Witsel, Shirokov – Arshavin, Kerzhakov, Danny

Entraîneur : Luciano Spalletti

dddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddd

LokomotivLOKOMOTIV

Abaev – Yanbaev, Corluka, Durica, Denisov – Diarra, Tarasov – Samedov, Boussoufa, Maicon – Caicedo

Entraîneur : Leonid Kuchuk

dddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddd

Première surprise, le Lokomotiv est plutôt séduisant. Loin de fermer le jeu, les moscovites se livrent et attaquent. C’est d’ailleurs Boussoufa qui a la première grosse occasion du match, mais le marocain voit son coup-franc heurter le poteau de Lodygin. En face, le Zenit, fébrile défensivement, est tout aussi dangereux offensivement. Danny marche sur l’eau en ce moment et plus généralement, on retrouve certains mouvements du Zenit du début de saison dernière. Le match est donc très vivant et les attaques semblent bien supérieures aux défenses. Le Lokomotiv va en faire les frais. Sur un contre, Kerzhakov profite de l’intervention manquée de Durica pour entrer dans la surface et servir Shirokov au niveau du point de penalty. Diarra tente d’intervenir mais bouscule le russe, l’arbitre n’hésite pas et désigne le point de penalty. Dans sa prise de décision, il ne s’arrête pas là et sort le carton rouge pour Lassana Diarra, une expulsion bien sévère. Shirokov se charge de transformer le penalty. Bousculé par une bonne équipe du Lokomotiv, le Zenit s’en sort bien avec cet avantage au score et surtout cet avantage numérique.

Paradoxalement, le début de seconde période va être à l’avantage des visiteurs. Tigorev a remplacé Caicedo à la mi-temps pour rééquilibrer l’équipe et le Zenit a le tord de s’endormir petit à petit et d’attendre un contre pour tuer le match. A force de jouer avec le feu, on se brûle et, suite à un coup-franc de Boussoufa, Tkachev reprend le ballon mal dégagé par la défense du Zenit. Sur la trajectoire de la frappe, Smolnikov s’aide des bras pour contrer le ballon. Au ralenti, c’est également très sévère. Toujours est-il que Boussoufa ne se fait pas prier et transforme le penalty. A 10 contre 11, le Lokomotiv parvient à égaliser, et c’est plutôt mérité.

Ce but fait sortir le Zenit de sa torpeur. Spalletti ne tarde pas à réagir et sort Shirokov pour Bystrov, puis Witsel pour Fayzulin. Ces changements vont porter leurs fruits. Fayzulin combine avec Danny côté droit, le portugais entre dans la surface, se joue de 3 défenseurs puis met en retrait pour Shatov, entré plus tôt à la place d’Arshavin. Le jeune russe sent parfaitement le coup et s’efface au profit de Zyryanov. Le très expérimenté Zyryanov reprend directement et trompe Abaev pour redonner l’avantage à Zenit, un avantage définitif.

Sans convaincre et en supériorité numérique plus d’une mi-temps, le Zenit s’impose sur le fil. En l’absence de Hulk, ce Zenit se repose trop sur Danny et Shirokov. Heureusement pour Spalletti, les deux sont excellents depuis quelques semaines, mais le niveau de jeu est encore insuffisant.

Au delà de la déception du résultat pur, Leonid Kuchuk pourra tirer quelques satisfactions de la prestation de ses joueurs, à commencer par la solidarité collective face à la difficulté. Le Lokomotiv semble être sur la bonne voie, mais on se gardera bien de tirer des conclusions d’une équipe capable du meilleur comme du pire.

Tout bénéf pour le CSKA

CSKA 2-1 Amkar

Doumbia (23′), Musa (77′) / Peev (1′)

Vendredi, le CSKA avait l’occasion de prendre un peu plus d’avance au classement face à une équipe de Perm et sa colonie bulgare souvent difficile à manœuvre. C’est d’ailleurs, l’ Amkar qui entre le mieux dans le match. Dès la 1ère minute, la défense moscovite se troue, il n’en fallait pas moins pour que Peev ouvre le score.

Le CSKA met du temps à réagir. Le match n’est pas très emballant et comme souvent, c’est Doumbia qui va remettre le CSKA dans le bon chemin. Mais l’impression laissée est très mitigée. L’absence de Rasmus Elm se fait cruellement ressentir, Dzagoev est obligé de jouer au niveau de Wernbloom et n’a pas le rayonnement ni l’influence qu’il devrait avoir.

La deuxième mi-temps est tout aussi moyenne. Doumbia étant sorti sur blessure, le CSKA va une fois de plus s’en remettre à Ahmed Musa. Sur une action dans un premier temps confuse, Musa récupère le ballon dans la surface et mystifie Gerus. Dès lors, le CSKA va gérer son avantage.

Comme la semaine passée face à Tom, le CSKA était mené 1-0 et comme la semaine passée le duo d’attaquants africains permet au club de l’armée de repartir avec la victoire acquise, une fois de plus, sans briller.

Dinamo 1-1 Rostov

Kokorin (47′) / Milic (7′)

Après la défaite du Lokomotiv à Saint-Pétersbourg, Rostov avait l’occasion de reprendre seul la seconde place. La tâche s’annonçait, cependant, très compliquée avec ce nouveau déplacement en terres moscovites, du côté de la Khimki Arena cette fois.

En face, le Dinamo est en plein chantier. Trois nouveaux joueurs de l’Anzhi (Ionov, Gabulov, Samba) sont arrivés, Douglas est titulaire pour la première fois en défense centrale et, à peine arrivé, Gabulov prend place dans les buts. Et le portier russe se met tout de suite en évidence, mais d’une façon peu glorieuse puisqu’il se fait surprendre par Milic dès la 7ème minute. Plein de culot, le latéral gauche croate place une reprise de demi-volée lointaine qui surprend Gabulov.

La première mi-temps est plutôt vivante. Passé à côté de son match face au Lokomotiv, Rostov nous offre une toute autre performance. Il faut bien dire que le Dinamo n’est pas encore prêt collectivement.

A la mi-temps, Petrescu change les choses. Out Denisov, place à un système à 2 attaquants avec Kokorin et Smolov. Le duo ne tarde pas à se mettre en évidence. A peine deux minutes après la reprise, Smolov trouve Kokorin qui égalise. On se dit alors que le Dinamo va emballer la rencontre. Il n’en est rien. Rostov contrôle plutôt bien et le Dinamo ne vient pas les chercher. On sent pourtant le Dinamo bien supérieur dès que les hommes de Petrescu pressent et jouent plus haut. A force de se refuser à aller chercher la victoire, le Dinamo remet Rostov en confiance et petit à petit les coéquipiers d’un Dzyuba transparent s’enhardissent. Ananizde est particulièrement remuant mais c’est Milic qui va avoir la meilleure occasion. Parti côté gauche, il entre dans la surface, efface deux joueurs avec la même feinte de frappe, mais manque de lucidité pour tromper Gabulov.

Finalement, on en reste à ce 1-1, résultat plutôt logique. Avec une nouvelle équipe à sa disposition, Petrescu a du pain sur la planche. Pour Rostov, en revanche, il s’agit là d’un vrai bon résultat avant d’aller défier le CSKA dans deux semaines.

Spartak : Deuxième mais en crise

Spartak 2-1 Tom

Movsisyan (45′), Yakovlev (76′) / Rykov (7′)

Une élimination pitoyable jeudi dernier, des supporters qui se retournent contre leur équipe et leur entraîneur, l’ambiance du côté du Spartak est plus que tendue. Et ce n’est pas l’ouverture du score de Rykov pour Tom qui va arranger les choses. Bien aidé par un Pesyakov aux fraises, Rykov envoie son coup-franc de 35/40 mètres directement dans les buts adverses.

Sonnés, les joueurs du Spartak vont mettre du temps à s’en remettre. Heureusement pour eux, juste avant la mi-temps, Movsisyan va remettre les deux équipes à égalité. Scène de joie étrange après le but puisqu’on voit l’arménien demander à ses supporters d’être contents de cette égalisation, de soutenir leur équipe, une bonne partie des supporters tournent le dos, au sens propre, à son équipe.

Très brouillon, le Spartak va finalement venir à bout de la lanterne rouge. Le coup-franc de Tino Costa trouve la tête de Yakovlev. La déviation du russe est suffisante pour tromper Vasek. Cette victoire laborieuse ne réconcilie en rien les supporters avec leur équipe. La trajectoire du Spartak depuis la blessure de Bocchetti est assez impressionnante. Alors que tout allait pour le mieux avec trois victoires en trois matchs pour commencer le championnat, plus rien ne semble fonctionner et la crise semble très proche. Pourtant, le Spartak est bel et bien second à l’issu de cette 7ème journée !

Rondon show

Ural 0-3 Rubin

Rondon (17′, 55′ & 75′)

Enfin ! Avec 4 petits buts au compteur après 6 journées, le bilan offensif du Rubin faisait quelque peu pitié. Ce match à Ekaterinbourg a remis les choses en place. Un triplé du vénézuélien Salomon Rondon et une très bonne performance collective et offensive nous rassure quant aux intentions du Rubin pour cette saison. Seule équipe invaincue avec le CSKA, le Rubin n’enregistre que sa 2ème victoire de la saison et devra enchaîner pour pouvoir jouer les premiers rôles.

Krasnodar 3-0 Volga

Wanderson (11′ & 32′), Joãozinho (44′)

On les a retrouvé ! Quelque peu en retrait, malgré des stats correctes, depuis le début de saison, les brésiliens Joãozinho et Wanderson ont fait mordre la poussière à Volga. Deux buts pour Wanderson, une passé décisive et un but pour Joãozinho et Krasnodar enchaîne une deuxième victoire consécutive. Kokonov semble avoir parfaitement pris la mesure de son effectif et le calendrier semble plutôt favorable aux joueurs de Krasnodar.

Derby caucasien

Terek 1-1 Anzhi

Ailton (87′ sp) / Ewerton (33′)

Révélation de la première partie de saison dernière, le Terek connaît un début de saison 2013/2014 beaucoup plus chaotique. Face à eux se dresse l’ancien grandissime favori du championnat, l’Anzhi. Deux équipes au parcours similaire, à savoir 6 matchs, 2 matchs et 4 défaites, autant dire des résultats bien loin des espérances de début de saison.

Difficile de s’y retrouver dans l’effectif de l’Anzhi. Chaque semaine des joueurs partent, d’autres arrivent. Dans ces conditions, le travail de Gadzhiev est plus que louable.

Comme la semaine passée face à Krasnodar, la première période des joueurs de Makhachkala est bonne, voire très bonne par moment. Le jeune Solomatin, prêté par le Dinamo, est très intéressant, mais c’est sur corner qu’Ewerton va donner l’avantage aux siens, un avantage mérité.

Cependant, comme la semaine dernière, l’Anzhi ne va pas tenir. Trop juste physiquement, l’Anzhi va reculer et petit à petit le Terek va prendre le dessus. Les hommes de Krasnozhan vont être justement récompensés en fin de match par un penalty transformé par Ailton.

Pas de vainqueur donc dans ce derby caucasien, mais de bonnes choses de part et d’autres qui laissent à penser que ces deux équipes ne sont pas à leur place en bas de classement. Malgré un chiffre inquiétant de 3 points en 7 matchs, Terek et Anzhi restent à distance raisonnable des équipes comme Ural, Volga ou encore Krylia Sovetov.

Krylya Sovetov 0-0 Kuban

Le typique match post Europa League du Kuban. Munteanu fait quelque peu tourner après le fantastique résultat ramené de Feyenoord. En face, Krylia Sovetov est solide. Les conditions climatiques sont exécrables et les deux équipes ont le mérite de proposer un spectacle digne à défaut d’être emballant. Un 0-0 logique et prévisible.

Récompenses de la semaine

Le joueur du week-end : Auteur d’un triplé Salomon Rondon prouve une nouvelle fois qu’il est un attaquant de grande classe

Le but du week-end : Hrvoje Milic envoie une reprise de demi-volée aussi surprenante que précise et profite d’un Gabulov peu inspiré

Le non-arrêt du week-end : On se demande encore où Sergey Pesyakov avait la tête lorsque Rykov a tiré ce coup-franc

L’astucieux du jour : Mbark Boussoufa se la joue à la Pierre van Hooijdonk et recule le ballon d’un bon mètre avant de placer son coup-franc sur le poteau de Lodygin.

Le coup de cœur du week-end : Malgré sa défaite, le Lokomotiv a montré de vraies bonnes choses sur le terrain du Zenit

Rusko