Fort d’un bilan en tous points parfait, le Shakhtar se déplaçait ce dimanche à Dnipropetrovsk avec la ferme intention de poursuivre leur parcours. Face à l’armada invincible du Shakhtar se présente un Dnipro moribond depuis le début de saison. Malgré de bons résultats, l’équipe de Juande Ramos n’a pas encore trouvé son rythme. Peu importe, la réception du champion en titre est source d’extrême motivation et très souvent le Dnipro parvient à rendre la vie très dure à la colonie brésilienne du Shakhtar. La Dnipro Arena est comble, le stade est en feu, le combat aura bien lieu.

Composition

Parmi les prétendants aux places européennes, le Dnipro est l’équipe qui comporte le plus de joueurs ukrainiens. Ainsi, pas moins de 7 joueurs ukrainiens composent le 11 titulaire de Juande Ramos. Fidèle à son 4-4-2, l’entraîneur espagnol reconduit ses deux milieux défensifs habituels que sont Ruslan Rotan, le capitaine, et Jaba Kankava. Sur les ailes, Matheus et Konoplyanka, ce dernier ayant un duel primordial à livrer face à Darijo Srna. Devant, le duo ukrainien Seleznyov/Zozulya ne devra pas se contenter d’attaquer.

DniproDnipro

Boyko – Fedetskyi, Cheberyachko, Mazuch, Strinic – Matheus, Kankava, Rotan, Konoplyanka – Seleznyov, Zozulya

Entraîneur : Juande Ramos

En face, seule l’absence de Fred du 11 titulaires pourrait être considérée comme une demi-surprise. On peut imaginer que l’entraîneur roumain a appliqué le même raisonnement qui l’avait amené à battre le Dynamo, à savoir faire confiance aux joueurs qui connaissent cet adversaire particulier. En tout cas, aucune recrue estivale n’est alignée, et Bernard n’est même pas sur la feuille de match. Seule petite entorse au 4-2-3-1 de Lucescu, la présence d’Eduardo en soutien de Luiz Adriano, le croate étant plus un avant centre de nature, mais il avait parfaitement rempli ce rôle face au Dynamo en seconde période. Dans cette configuration et face au 4-4-2 adverse, les latéraux Srna et Shevchuk ont un rôle majeur pour l’équilibre défensif de l’équipe.

ShaktarShakhtar

Pyatov – Srna, Kucher, Rakitskyi, Shevchuk – Stepanenko, Alex Teixeira – Douglas Costa, Eduardo, Taison – Luiz Adriano

Entraîneur : Mircea Lucescu

L’entrée des joueurs sur la Dnipro Arena est accompagnée par le show pyrotechnique des supporters locaux gonflés à blocs. Le terme « Arena » n’a jamais été aussi approprié, plus que des joueurs de foot, ce sont des gladiateurs qui sont attendus dans l’arène, 22 boxeurs prêts à en découdre, le spectacle s’annonce grandiose.

Un combat de tous les instants

Ce match sent la poudre, l’atmosphère est étouffante. L’intensité mise dans chaque duel, chaque action est étonnante. Pas de round d’observation, on entre tout de suite dans le vif du sujet. Pas question de reculer face à l’adversaire, les pieds traînent sans regret. A ce petit jeu, le Dnipro semble un ton au dessus. Les brésiliens du Shakhtar ont bien du mal à exister, tout comme les occasions franches. Eduardo et Luiz Adriano n’existent pas, la paire Kankava/Rotan règne au milieu de terrain. Zozulya et Seleznyov sont impressionnants dans le travail défensif et ne laissent aucun répit à Stepanenko et Alex Teixeira dans la construction. Sur les côtés, Douglas Costa et Taison ont bien du mal à faire la différence face à Strinic et Fedetskyi, alors que Konoplyanka, et surtout Matheus, parviennent de temps en temps à percuter et à mettre à mal leurs adversaires directs Srna et Shevchuk.

Le temps passe à une vitesse folle. Peu d’occasion franche, mais un vrai gros match de football.

Dnipro par KO

Nous avions aimé la première mi-temps, nous allons adorer le deuxième acte. On joue à peine depuis deux minutes lorsque Konoplyanka, d’un subtil extérieur pied droit, trouve Zozulya aux six mètres. Rakitskyi est trop loin, Zozulya plonge et envoie le ballon au fond des filets de Pyatov et fait littéralement exploser la Dnipro Arena. Le match redouble alors d’intensité. Le Shakhtar ne peut plus subir et doit répliquer. Pourtant, la réaction de hommes de Lucescu se fait attendre. Fernando remplace un Eduardo transparent, mais rien ne change. Les situations chaudes devant les buts de Boyko sont très rares et surtout sont parfaitement gérées. Rotan et Kankava sont au four et au moulin et la paire d’avant-centre ukrainienne pèse énormément sur la charnière Kucher/Rakitskyi qui va craquer une nouvelle fois. Sur un coup franc lointain, a priori anodin, Rotan trouve Zozulya qui a mystifié Kucher dans son appel. L’attaquant, qui venait de manquer un face à face avec Pyatov, ne se manque pas et double la mise de la tête. La joie des joueurs du Dnipro est à la hauteur de l’exploit qu’ils sont en train de créer. Le Shakhtar est KO debout. Sonnés, bousculés, harcelés, les joueurs du Shakhtar sont incapables de réagir. Pire, dix minutes plus tard, Shevchuk bouscule Zozulya dans la surface. L’arbitre n’hésite pas et désigne le point de penalty. Seleznyov s’en charge une première fois, puis une seconde après que l’arbitre lui ait demandé de le retirer : 3-0 ! Jamais le Shakhtar n’avait semblé aussi impuissant.

Digne, le Shakhtar va sauver l’honneur dans les arrêts de jeu. Srna dépose son coup-franc sur la tête de Kucher qui trompe Boyko. Mais l’essentiel est ailleurs. Pour la première fois depuis le 17 novembre dernier, le Shakhtar est tombé en championnat ! Une statistique qui nous fait prendre conscience de l’exploit qu’ont réalisé les hommes de Juande Ramos.

Magnifiques d’abnégation et de courage, les joueurs du Dnipro ont marché sur leurs adversaires. Souvent mis en difficulté par le Dnipro, le Shakhtar s’en sortait toujours plutôt bien. Mais ce dimanche, il n’y avait rien à faire. Les Ukrainiens du Dnipro ont surclassé les Brésiliens du Shakhtar. Les réactions ne se sont d’ailleurs pas faites attendre. Avec Rotan, Konoplyanka, Zozulya, Seleznyov, Devic (Metalist) et Yarmolenko (Dynamo), l’Angleterre et le Monténégro sont prévenus, l’Ukraine est plus que jamais dans la course au mondial, d’autant plus que le calendrier leur est plutôt favorable.

Dnipro 3–1 Shakhtar

 

Zozulya (48′ & 63‘), Seleznyov (73′ sp) , Kucher (91′)           

Vers un week end de folie

Cette victoire du Dnipro est la meilleure chose qu’il pouvait arriver au championnat et annonce une 8ème journée de folie la semaine prochaine. En effet, étant venu à bout d’une accrocheuse équipe de Sevastopol, grâce notamment à deux nouveaux buts de Marko Devic, le Metalist s’est emparé de première place. Samedi prochain, c’est donc en qualité de dauphin que le Shakhtar recevra un Metalist invaincu depuis le 3 novembre dernier en championnat !

Pendant que le Shakhtar sombrait à Dnipropetrovsk, Mbokani et Yarmolenko offraient une deuxième victoire consécutive au Dynamo en déplacement à Zaporozhya. Cette victoire permet aux hommes de Blokhin de remonter quelque peu au classement. A trois points du Dnipro le choc Dynamo vs Dnipro de dimanche prochaine s’annonce tout aussi passionnant.

Les autres résultats de cette journée

Rusko