La troisième journée de championnat se clôturait par un grand classique du football français entre le FC-Nantes et le Paris-Saint-Germain. Après une défaite à Lorient la semaine dernière (2/1) et la probable perte des 3 points de la victoire contre Bastia lors de la première journée1, les hommes de Michel Der Zakarian ont déjà besoin de points. Pour le PSG, il s’agit de lancer enfin la saison après deux matchs nuls contre Montpellier et Ajaccio.

Pour son deuxième match à l’extérieur de la saison, Laurent Blanc opte pour un schéma inédit en  4-3-3, avec un milieu Motta-Matuidi Pastore. En attaque, Ibrahimovic dans l’axe est épaulé par Lavezzi sur l’aile gauche et Cavani dans le couloir droit, poste qu’il connait bien pour avoir joué en sélection uruguayenne.

Côté Nantais, Michel Der Zakarian troque son 4-4-2 habituel pour un 3/5/2. Djilobodji, Vizcarrondo et Cichero forment la défense à 3. Bedoya et Veigneau sur les ailes, Deaux, Veretout et Bessat au cœur du jeu, forment le milieu à 5. Enfin, Gakpé accompagne le Serbe Djordjevic sur le front de l’attaque.

FC-Nantes

Riou – Djilobodji, Vizcarrondo, Cichero – Bedoya, Deaux, Veretout, Bessat, Veigneau – Djordjevic, Gakpé

Entraîneur : Michel Der Zakarian

Paris-Saint-Germain

Sirigu – Van Der Wiel, Alex, Silva, Maxwell – Matuidi, Motta, Pastore – Lavezzi, Ibra, Cavani

Entraîneur : Laurent Blanc

Surprise tactique ou attitude victimaire ?

Le match peut donc démarrer dans un stade de la Beaujoire comble. Dès l’entame de match, les joueurs de Laurent Blanc s’attachent à avoir le ballon et jouer haut. Michel Der Zakarian a–t-il été surpris par le 4-3-3 du PSG ? S’attendait-il plutôt à un 4-4-2 ? Toujours est-il que le schéma tactique en 3-5-2 mis en place par l’entraîneur nantais ne fonctionne pas. Ses joueurs courent après le ballon et semblent constamment en retard. La position et le jeu des parisiens obligent les deux milieux excentrés à jouer très bas, transformant le 3-5-2 des canaris en un 5-3-2. Bedoya milieu gauche (installé sur le couloir droit) en est réduit à jouer latéral droit…

Six minutes suffiront aux parisiens pour se créer la première occasion. Sur une ouverture parfaite de Motta, Ibrahimovic se retrouve seul devant Riou mais perd son duel. Face à la domination parisienne, le FC-Nantes ne peut répondre que par des frappes lointaines ou sur coup de pieds arrêtés, sans réel danger pour Sirigu. Le FC Nantes en souffrance, essaie de remonter le bloc et la défense centrale joue la ligne. Mais la charnière centrale nantaise semble mise en difficulté par les appels en profondeur de Cavani et les décrochages d’Ibrahimovic. C’est justement sur ce mouvement que les Parisiens vont ouvrir le score. Servi dans le dos de la défense nantaise par une passe splendide d’Ibrahimovic, Cavani se présente seul devant Riou, qu’il ajuste d’une frappe du droit. L’international Uruguayen vient récompenser le début du match du PSG. et inscrit son deuxième but de la saison en championnat.

Un changement tactique et  d’état d’esprit

L’ambiance est retombée dans les tribunes et on voit poindre des attitudes de résignation côté nantais. Le PSG mène 1/0 et devrait être à l’abri si les joueurs appuyaient un peu plus leurs actions. Le match est à sens unique, et les 35 premières minutes parisiennes ne suffisent à m’échapper de l’ennui. C’est le moment que choisit Michel Der Zakarian pour changer de système et revenir à un 4-4-2 : Bedoya, l’arrière droit du soir, reprend son poste de milieu gauche devant Cichero. Veigneau prend quant-à lui le poste de latéral droit derrière Gakpé.

Ce changement d’organisation a le mérite de réveiller les nantais, qui se montrent enfin dangereux. Bedoya combine avec Bessat en une-deux dans la surface parisienne. Sur la remise de son partenaire, l’Américain reprend mais sa volée du gauche est contrée par  Van der Wiel.

Les deux compères nantais récidivent quelques minutes plus tard. Servi par Bedoya, Bessat se présente seul face à Sirigu mais sa frappe du gauche, légèrement contrée par Maxwell, passe quelques centimètres au dessus de la transversale du portier parisien. Sur le corner qui suit, Cichero place une sublime reprise acrobatique du gauche mais Sirigu est à la parade. En se procurant trois belles occasions, le FC-Nantes termine la première mi-temps sur une bonne note.

La seconde période redémarre sur les mêmes bases que la fin de la première mi-temps. Les Nantais campent dans les 30 derniers mètres parisiens et oblige le PSG à reculer. A la suite d’une obstruction de Van der Wiel sur Cichero, le coup franc de Veretout plonge dans la surface parisienne. Le ballon touché par Alex vient tromper Sirigu. Les nantais reviennent dans le match. Euphoriques, les canaris sont à deux doigts de prendre l’avantage à la 59ème minute, mais la tête décroisée de Bedoya est claquée en corner par Sirigu.

Ca va d’un but à l’autre et on sent le KO arriver. Le PSG évolue désormais en 4-2-4, avec Cavani proche de Ibrahimovic, et deux ailiers offensifs Lucas (entré en jeu à la place de Pastore) et Lavezzi. Sur une action similaire à celle en première mi-temps, Ibrahimovic trouve Matuidi dans le dos de la défense. La remise du deuxième ligne2 parisien pour Cavani finit dans les pieds de Lucas. La frappe du brésilien est sortie sur la ligne par un défenseur mais Lavezzi en embuscade redonne l’avantage aux siens d’une belle frappe du droit. Un avantage qui s’avèrera définitif, malgré la pression des Nantais en fin de match.

Un match aux allures de Corrida …

L’impression laissée par ce match est assez étrange. On a d’abord assisté à une demi-heure assez inintéressante, au cours de laquelle le club de la Capitale a rapidement pris le dessus et aurait certainement récolté le prix des « Deux oreilles et la queue » s’il avait concrétisé sa domination. Au lieu de cela, les coéquipiers de Thiago Silva se sont contenter de planter quelques banderilles sur un taureau nantais à l’agonie, avant même d’avoir pénétré dans l’arène. En effet, l’entraineur nantais a changé ses habitudes, son dispositif, le poste de certain joueur, parce qu’il jouait contre le PSG. Quel message a-t-il envoyé à ses joueurs ? Le début de match de Nantes est, à mon sens, le résultat du travail de la semaine : une trouille pas possible. Der Zakarian a eu le mérite de rectifier le tir. Accordons-lui ce mérite. L’animal blessé a offert une belle deuxième mi-temps à un toréador un peu trop joueur. En vain …

Les autres résultats de cette journée.

1 En alignant Abdoulaye Toure sur la feuille de match face à Bastia, le FC-Nantes risque de perdre les trois points de la victoire. Réponse mercredi …

2 Matuidi joue avec un casque de rugby pour protéger une blessure à la tête intervenue lors d’un duel avec Joshua Nadeau lors du match PSG Ajaccio.

The Wolfman