Après une semaine de vacances dans le sud de la France, nous prenons la direction de Toulouse pour assister au match entre le TFC et le LOSC pour le compte de la 35ème journée de championnat. Les toulousains solidement installés dans le ventre mou du championnat, pointent à la 11ème place, et n’ont plus grand chose à espérer de cette fin de saison. Pour les adversaires du jour, les choses sont différentes : Après une première partie de saison mitigée, les coéquipiers de Rio Mavuba réalisent une très bonne deuxième partie de saison, avec 8 victoires, 3 défaites et 4 nuls. Un parcours qui permet à l’équipe de Rudy Garcia d’être encore à la lutte pour les places qualificatives à la coupe d’Europe, à 2 points du 4ème Saint-Etienne (auteur d’un résultat nul contre Bordeaux vendredi soir) et à 3 points de Lyon, 3ème. Les Lillois restent néanmoins sur une contre performance à domicile la semaine dernière. Menant 3/0 contre Sochaux à 15 minutes de la fin du match, les Lillois ont concédé le match nul 3/3, au terme d’un scénario incroyable. Comment les lillois auront digéré ce scénario ? Telle est la question.

Nous prenons place dans la tribune d’honneur Sud à 15 minutes du coup d’envoi. Le Stade est loin être plein et permet au parcage lillois de se faire entendre. Casanova, conspué par une partie des supporters, opte pour un 3-5-2 inédit : Aurier, Capoue et Abdennour forment la défense à 3. Le milieu Toulousain est composé de Hermach, Didot et Rabiot, avec Akpa Akpro et Sylla (qui fête sa 1ère titularisation) sur les côtés. Enfin, Braaten accompagne Ben Yedder sur le front de l’attaque. Côté Lillois, Garcia aligne une équipe sans surprise.

Toulouse – Ahamada – Aurier – Capoue – Adbennour – Akpa Akpro – Hermach – Sylla (Sirieix, 69ème)- Didot – Rabiot – Braaten – Ben Yedder (Ben Basat, 85ème)

Lille – Elana – Digne – Basa – Chedjou – Béria – Mavuba (Bruno, 80ème ), Martin (Pedretti, 59ème), Gueye, Payet, Rodelin (De Melo, 67ème), Kalou

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les doutes quant à la motivation des Toulousains sur cette fin de saison sont très rapidement dissipés. Le TFC met du rythme, de l’engagement mais les joueurs ont les pieds qui brûlent en ce début de match. Manque d’habitude au schéma en 3-5-2, manque de confiance ? Toujours est-il que le jeu des toulousains est approximatif, les joueurs enchaînant les erreurs techniques. Les Violets sont néanmoins les premiers à se montrer dangereux par l’intermédiaire de Braaten et Sylla. Didot donne de la voix, et Capoue, en libéro, amène toutefois du calme et de la sérénité. Sur un long ballon de ce dernier, Braaten dévie le ballon de la tête pour Ben Yedder. Sa frappe de volée en première intention oblige Elana à effectuer une parade en deux temps.

Après 15 minutes, les Lillois comment à sortir la tête de l’eau et répliquent tout d’abord sur coup de pieds arrêtés. Payet botte un coup franc aux 35 mètres mais Basa, trop court, ne peut reprendre le ballon. Les lillois, à l’aise techniquement semblent gênés par la tactique adverse et ont du mal à prendre le jeu à leur compte. Sur un contre bien mené par Rodelin, Martin décale parfaitement Payet, qui ne peut obtenir qu’un corner, grâce au bon travail défensif d’Abdennour et Capoue. Les Violets parviennent assez facilement à perforer le rideau défensif adverse grâce à un jeu assez vertical. On joue la 20ème minute, Hermach, libre de tout marquage, tente sa chance. Elana à la parade, repousse le ballon dans les pieds de Ben Yedder. Ce dernier se joue de la défense des Dogues et ouvre le score d’un plat du pied gauche. 1/0. Ce but vient récompenser les intentions du TFC et libérer les joueurs, qui maintiennent la pression sur les buts lillois. Sur un corner de Didot, Capoue d’une tête piquée oblige Elana à être vigilant.

Les lillois n’y arrivent pas et ont énormément de mal à s’approcher des buts du portier toulousain. A la demi-heure, les Toulousains vont néanmoins se faire une grosse frayeur. Sur un ballon anodin en retrait, Ahamada glisse à l’entrée de la surface. Le portier, à terre, parvient à crocheter son adversaire avant de transmettre à Capoue. Une minute plus tard, Didot s’appuie sur Braaten en une-deux. Après une course latérale, le capitaine toulousain déclenche une frappe du droit au ras du poteau. Elana est battu. 2/0. Soudain le match s’emballe. Sur un corner frappé par Payet, la tête décroisée de Kalou est repoussée sur la ligne par Capoue. Deux minutes plus tard, Lille est tout près du KO. Lancé en profondeur par Akpa-Akpro, Braaten frappe sans contrôle mais perd son duel face à Elana. 38ème minute de jeu, Béria est accroché par Hermach sur le côté gauche de la défense toulousaine. Sur le coup franc, Payet dépose le ballon sur la tête de Basa et  permet au LOSC de réduire l’écart. 2/1, ce sera le score à la pause, au terme d’une première mi-temps très animée.

La seconde période démarre sur le même tempo que la fin de la première mi-temps. Les lillois, revigorés par la réduction de l’écart semblent avoir plongé les toulousains dans le doute. On joue à peine depuis 4 minutes, quand Payet centre au second poteau pour Kalou. L’ancien joueur de Chelsea, contrôle et fusille Ahamada d’une frappe du droit, bien aidé par une défense très laxiste sur le coup. 2/2. En moins de 10 minutes, les Dogues sont revenus au score. Ce match est décidément complètement fou et il est difficile de prédire l’issue du match. Les toulousains reculent brusquement, laissant Ben Yedder et Braaten seuls devant. Les deux compères sont obligés de faire un gros travail de conservation de balle pour permettre au bloc toulousain de remonter. 59ème  Braaten et Ben Yedder se jouent de la défense lilloise. Le norvégien, lancé dans le dos de la défense par Ben Yedder, se présente face à Elana dans une situation similaire à celle de la première période. Braaten remporte cette fois son duel et glisse victorieusement le ballon entre les jambes d’Elana. Toulouse reprend l’avantage 3/2.

Les Lillois vont immédiatement réagir et se procurent dans la foulée une énorme occasion. Payet effectue une superbe transversale pour Rodelin, qui reprend de volée de l’intérieur du droit. Ahamada, à la manière d’un gardien de handball, dévie le ballon en corner du bout du pied. Garcia effectue alors son premier changement. Martin, très discret, laisse sa place à Pedretti. Ce choix de terminer avec un milieu Pedretti – Mavuba – Gueye est étonnant de la part du technicien lillois qui plus est, quand l’équipe est menée à 30 minutes de la fin. Didot donne énormément de voix et harangue ses coéquipiers.  67ème minute de jeu, Rodelin laisse sa place à De Melo, et Sylla quant à lui, est remplacé par l’expérimenté Sirieix. Lille aura les occasions de revenir au score. Tout d’abord sur une reprise de volée de Gueye, frôlant la lucarne du portier toulousain. Puis Payet, d’un coup franc direct à 25 mètres des buts, donne un frisson aux supporters toulousains, mais sa frappe ne trompe pas Ahamada. Garcia tente le tout pour le tout. Mavuba laisse sa place à Bruno. Payet aura une dernière occasion d’égaliser. Servi par Chedjou, l’ailier accélère plein axe et décoche une frappe puissante du droit, remarquablement claquée en corner par Ahamada. Sur le contre, Braaten s’enfonce dans la surface adverse, élimine digne et sert Ben Basat, tout juste rentré en jeu à la place de Ben Yedder. L’israélien n’a plus qu’à pousser le ballon dans la cage et sceller la victoire des siens. 4/2.

Le Stade peut exulter. Avec un jeu engagé, appliqué et généreux, le TFC l’emporte logiquement et met fin à une série de 6 matchs sans victoire à domicile. J’aimerais mettre en avant la performance de trois joueurs violets. Capoue, très à l’aise techniquement a été très rassurant à un poste inhabituel.  Didot, très bon joueur a joué le rôle de véritable leader sur le terrain. Enfin, Ben Yedder auteur d’un très bon match termine le match avec un but et une passe décisive. Avec ce mauvais résultat, la ligue des champions s’éloigne pour le LOSC, trop brouillon collectivement ce soir, et fébrile individuellement à l’image d’Elana.