Retour sur la 26ème journée.

Cette journée nous offrait deux chocs, avec pour commencer le duel entre le Dynamo et le Dnipro avec un objectif en tête : la seconde place. Pour le Dnipro, il ne faut plus perdre de point en route et tout autre résultat qu’une victoire mettrait fin aux espoirs des hommes de Juande Ramos de décrocher cette fameuse deuxième place.

Le Dynamo a, quant à lui, un défi de taille à relever. 3ème à deux points du Metalist avant ce match, une victoire mettrait la pression sur le club de Kharkov qui doit se déplacer chez le Shakhtar avant de recevoir ce même Dynamo lors de la prochaine journée pour la finale de la seconde place.

Dynamo/Dnipro : La victoire sinon rien

Dynamo – Koval – Danilo Silva, Vida, Kacheredi, Taiwo Haruna (Bezus, 56 ème), M. Veloso, Garmash, Yarmolenko, Gusev (Mehmedi, 86 ème) – Ideye. (Sydorchuk, 92 ème)

Entraîneur : Oleg Blokhin

Dnipro – Lastuvka Mandziuk, Douglas, Cheberyachko, Strinic (Zelesnyov, 46 ème) – Rotan, Kravchenko, Fedetsky, Konoplianka – Zozulya (Kulakov, 82 ème), Matheus. (Kalinic, 64 ème)

Entraîneur : Juande Ramos

Les deux entraîneurs ont pour objectif de l’emporter et les compositions des équipes reflètent parfaitement cet esprit. Côté Dynamo, Ideye seul en pointe est épaulé par Haruna derrière lui et le duo Yarmolenko – Gusev sur les côtés.

Juande Ramos, quant à lui, reconduit le 11 de départ qui avait fait souffrir le Shakhtar la semaine passée avec le duo d’attaque Zozylya/Matheus épaulé par Fedetsky et Konoplyanka sur les ailes.

Au delà d’un duel entre deux techniciens reconnus, à savoir Oleg Blokhin et Juande Ramos, ce match est également le rendez-vous entre les deux jeunes stars du football ukrainien : Yarmolenko et Konoplyanka qui se retrouvent du même côté du terrain. Rapidement, le Dynamo prend le dessus sur son adversaire du jour. Loin de rééditer la performance de la semaine précédente face au Shakhtar, le Dnipro subit, notamment dans les duels. Yarmolenko est d’ailleurs tout prêt d’ouvrir le score dès les premières minutes suite à un cafouillage sur corner. Ce n’est que partie remise. On joue à peine la 10 ème minute lorsque, suite à un coup franc du Dnipro, le Dynamo récupère la balle et lance un contre éclair. Haruna gagne son duel avec Konoplyanka au milieu du terrain, dès lors l’attaque est lancée. Le ballon arrive dans les pieds de Miguel Veloso, le portugais voit parfaitement Haruna lancé plein axe, la défense est à la rue, Haruna se présente seul face au gardien et ne tremble pas. Logiquement le Dynamo ouvre le score et mène donc 1/0.

Loin de se contenter de ce score, le Dynamo poursuit sur ce rythme et les situations chaudes devant les buts de Lastuvka s’enchaînent. Petit à petit, le Dnipro va sortir la tête de l’eau et parvenir à desserrer l’étreinte. Rotan oblige Koval à détourner sa frappe en corner, Vida est à deux doigts de se voir renvoyer aux vestiaires mais, alors qu’il est au duel avec Matheus en tant que dernier défenseur, l’arbitre décide de ne pas siffler. Le Dynamo n’en reste pas moins dangereux et va même voir le but d’Ideye être refusé pour un contrôle de la main peu évident.

Les débats se sont donc équilibrés, le Dnipro a plus ou moins la maîtrise du jeu, mais peine à trouver l’ouverture alors que le Dynamo semble contrôler le match et reste à l’affût de la moindre erreur adverse. Pourtant, c’est l’inverse qui va se produire. Un duel aérien anodin perdu par Taiwo à l’angle de la surface, un oubli dans l’axe de la défense et Matheus se présente seul face à Koval. Malheureusement pour son équipe, le Brésilien n’a pas la maîtrise totale du ballon et le portier du Dynamo sort parfaitement à sa rencontre pour éviter l’égalisation.

On se dirige finalement tranquillement vers la mi-temps. Ce score de 1/0 semble satisfaire le Dynamo et, au vu de la première partie du match, est un moindre mal pour le Dnipro. Une dernière occasion avant de rejoindre les vestiaires va pourtant sceller le sort du match. Sur un long ballon presque anodin, Ideye fait l’effort, la défense du Dnipro n’est pas replacée, le Nigérian trouve Yarmolenko seul dans la surface qui, sur un pas, remet plein axe pour Haruna qui arrive lancé. 2/0 ! On joue les arrêts de jeu de cette première mi-temps, le Dynamo fait le break et rejoint les vestiaires avec deux buts d’avance, une avance confortable et méritée.

La deuxième période sera moins intense. Juande Ramos va bien tenter de changer les choses avec notamment l’entrée de Selznyov, mais malgré une légère domination, le Dnipro n’arrive pas à mettre en danger l’arrière garde du Dynamo. C’est même le Dynamo qui se montre le plus dangereux sur attaques rapides. Alors que tout se passe plutôt tranquillement, une certaine tension gagne les 22 acteurs, une tension qui va s’étendre sur les bancs, enfin surtout sur Oleg Blokhin qui, furieux après une faute non sanctionnée par un carton sur un de ses joueurs, va se voir envoyé en tribune par l’arbitre. Le manque de calme et de sang froid de la légende ukrainienne est assez incompréhensible sur ce coup. Sur le terrain, le Dynamo gère et, frustrés par leur match, les joueurs du Dnipro enchaînent les fautes. Mandzyuk commet celle de trop et récolte un deuxième carton jaune à un quart d’heure de la fin.

Finalement, on en reste là. Le Dynamo s’impose logiquement grâce à un doublé de Lukman Haruna et reprend la deuxième place en attendant le match du Metalist. Pour le Dnipro, en revanche, la course à la Ligue des Champions est terminée et les hommes de Juande Ramos devront se contenter de cette 4 ème place au classement.

Shakhtar/Metalist : Le sacre du Shakhtar

Un point, voilà ce qu’il manque au Shakhtar pour officialiser son quatrième titre de champion consécutif. Quoi de mieux que de recevoir son dauphin pour fêter dignement ce nouveau titre ? Le Metalist, qui a vu le Dynamo lui reprendre la seconde place, n’a pourtant pas l’intention de se laisser faire et va donner énormément de fil à retordre aux hommes de Lucescu. Le titre ne leur sera pas offert sur un plateau, le Shakhtar va devoir venir le chercher.

 Shakhtar – Pyatov – Srna, Chygrynskiy, Krivtsov, Rat – Grechishkin, Fernandinho, Douglas Costa, Mkhitaryan, Taison – Adriano.

Entraîneur : Mircea Lucescu

Metalist Goryainov – Villagra, Pshenychnych, Gueye, Azevedo – Krasnopyorov, Blanco, Marlos, Sosa, Xavier – Devic

Entraîneur : Myron Markevych

Quatre brésiliens côté Shakhtar, plus deux sur le banc qui feront leur entrée en jeu, trois brésiliens  et un sur le banc, trois argentins plus trois sur le bancs côté Metalist, huit ukrainiens en tout sur la pelouse (quatre de chaque côté comme l’exige le règlement), ce choc entre les deux équipes les plus Sud Américaines d’Ukraine, voire d’Europe, va tenir toutes ses promesses, notamment sur le plan technique.

Une pléiade d’occasions de but. Voilà ce à quoi on a pu assister à la Donbass Arena ce dimanche 28 avril 2013. Un niveau technique largement au dessus de la moyenne, du rythme, de l’intensité, voici à peu près les ingrédients de ce Shakhtar/Metalist. Parfaitement entré dans le match, le Metalist presse haut et s’installe dans le camp du Shakhtar qui a bien du mal à poser son jeu.

Luis Adriano, Costa ou Mkhitaryan pour le Shakhtar, Devic, Blanco ou encore Cleiton Xavier pour le Metalist, les occasions de but s’enchaînent sans qu’on ait le temps de reprendre notre souffle. Clairement les attaques ont pris le pas sur les défenses, il ne manque plus que les buts. Et c’est, Devic, l’ancien joueur du Shakhtar, qui va en premier faire trembler les filets. L’Ukrainien s’amuse avec Chigrynski dans la surface et envoie un missile. Pyatov n’a pas le temps de réagir et ne peut que constater les dégâts. Assez logiquement, le Metalist ouvre le score. Loin de s’arrêter en si bon chemin, Devic, très présent sur le front de l’attaque, est à deux doigts de doubler la mise sur l’action suivante suite à un centre de Sosa dont il parvient à couper la trajectoire. 0/1 à la mi-temps, le spectacle est au rendez-vous.

Preuve que le Shakhtar n’est pas à son aise, Lucescu procède à deux remplacements dès la mi-temps. Exit Douglas Costa et Taison, place à Ilsinho et Alex Teixeira. Mais l’adversaire du jour est coriace. Le Metalist ne faiblit absolument pas et continue d’attaquer de mettre à mal la défense locale. Pourtant, au fur et à mesure que le temps s’écoule, le Shakhtar prend le contrôle du match et oblige le Metalist à jouer plus bas. Fernandinho au milieu fait un travail monstrueux : récupération, relance, il est le dynamiteur du milieu. Malgré cette domination, le Shakhtar n’y arrive pas et reste à la merci d’une attaque rapide du Metalist, emmené par Sosa, Blanco ou encore Cleiton Xavier avec à la conclusion Devic. Suffisamment rare pour être signaler, le Shakhtar est très brouillon. Mais même face à un superbe adversaire, ce Shakhtar reste redoutable et peut faire la différence à tout moment par sa qualité technique. D’une magnifique passe lobée au dessus de la défense, Fernandinho trouve Ilsinho qui, d’une touche subtile, caresse le ballon qui va mourir dans les filets.

Les supporters explosent de joie. À 5 minutes de la fin, le Shakhtar égalise et surtout est virtuellement champion d’Ukraine. Loin de se contenter de ce résultat, le Shakhtar veut aller chercher la victoire. Le Metalist subit de plus en plus et les situations chaudes s’accumulent sur les buts de Goryainov.

Mais, dans ce match fou, c’est Devic qui aura la balle de match. L’avant centre ukrainien reçoit le ballon à l’entrée de la surface et enchaîne avec un pointu. Son tir soudain surprend tout le monde mais s’écrase finalement sur la barre. C’était la dernière action du match, on en reste donc là : 1/1. Un résultat qui réjouit la Donbass Arena et les hommes de Lucescu sacrés pour la 4ème fois consécutive, un titre qui vient récompenser une saison magnifique pour une équipe qui n’a perdu qu’un seul match pour deux matchs nuls et qui est encore en course pour le double coupe/championnat.

Le Metalist, quant à lui, devra se contenter de ce point pris sur la pelouse du champion, un exploit en soi, un résultat qui permet aux hommes de Markevych de revenir à la hauteur du Dynamo avant de recevoir ce même Dynamo la semaine prochaine pour la finale de la seconde place, un match qu’il me sera très difficile de voir, malheureusement.

Rusko