Depuis notre dernière review sur la Premier League, trois journées se sont écoulées.

Manchester United, solide champion

Le suspens n’existait déjà plus, mais c’est désormais officiel : Manchester United est le nouveau champion d’Angleterre. Le trophée reste donc à Manchester après avoir été en la possession du voisin des Skyblues de city la saison passée. Ce succès est avant tout celui de la régularité, de la stabilité avec un joueur clé : Robin Van Persie. Le Néerlandais était déjà un élément important des Gunners pour rester dans le top 4 en Premier League, il est devenu l’un des grands artisans du sacre des Mancuniens. Attardons nous un instant sur l’autre grand personnage de cette saison : Ryan Giggs, homme de tous les records : 23 saisons sous le maillot des Red Devils, 973 matchs, 139 buts, 13 titres de champions, 2 ligues des champions, 4 titres en FA Cup, 2 titres en Carling cup, 2 victoires en Charity Shield, vainqueur du mondial des clubs et de la coupe intercontinentale. Le gallois est devenu une véritable légende dans le football anglais. Il va sans dire que l’on pourrait en dire de même de Sir Alex Ferguson….

Mais revenons à United. Loin d’être la plus technique, l’équipe de Fergie est certainement la plus cohérente, la plus expérimentée, et au collectif le plus huilé. Dans un championnat aussi dur et concurrentiel que le championnat anglais, il est souvent décisif de ne pas perdre de points contre les équipes supposées inférieures. C’est là que se perd ou se gagne un titre, beaucoup plus que dans les matchs à confrontations directes. A titre d’exemple, les Spurs ont pris 4 points sur 6 contre les Reds Devils et 3 points sur 6 contre City…

Lutte londonienne pour la Ligue des Champions

Le titre étant acté, reste à connaitre les équipes qualifiées pour la lucrative ligue des champions. Pour rappel, les trois premières équipes ont directement accès à la compétition. En revanche, le 4ème devra effectuer un barrage. Manchester United étant champion, Manchester City deuxième sauf cataclysme (et une FA cup à jouer contre Wigan), il reste donc deux places à distribuer dans une guerre sans partage à Londres entre Chelsea, Tottenham et Arsenal.

A ce jour, Arsenal est 3ème avec 63 points, suivi de près par Chelsea (à 1 point) et les Spurs (à 2 points). Cependant, les deux dernières équipes citées ont un match en retard à jouer, entre elles sur le terrain des blues début mai. Arsenal est en position de force à 4 journées de la fin. Qui l’eût cru ? Dans le choc entre Liverpool et Chelsea, l’égalisation au bout des arrêts de jeu de Suarez (2/2) est lourde de conséquences pour les pensionnaires de Stamford Bridge. Néanmoins, ils restent maîtres de leur destin. Les Spurs ont, quant à eux, réussi un joli coup en s’imposant 3/1 face à City dimanche dernier. Le match nul 2/2 à domicile face Everton (32ème journée) a semble-t-il été digéré. Les coéquipiers de Lloris ont bénéficié du retour de Bale et ont eu la réussite de ne pas avoir été menés plus largement par les Citizens, largement dominateurs pendant plus d’une heure.

Arsenal avait l’opportunité de prendre un bel avantage dans la course au podium en recevant Everton en milieu de semaine. Au final, le match s’est terminé sur un 0/0. Arsenal a bonifié ce match nul par une victoire assez heureuse à Fulham où les cottagers ont joué à 10 après l’expulsion de Sidwell au bout de 12 minutes. Sidwell qui revenait du suspensio. Au niveau du jeu, les gunners sont loin d’être flamboyants. Toutes proportions gardées, Arsenal est une sorte de Marseille à la crème anglaise. A l’image de la saison dernière, l’équipe d’Arsène Wenger prend ce que les autres équipes ne veulent pas. Si le calendrier paraît plus aisé pour les rouge et blanc que pour Chelsea, Arsenal devra affronter des équipes qui jouent le maintien, notamment QPR avec un Redknapp qui va vouloir aider son ancienne équipe des Spurs, sans oublier une rencontre face à MU. En effet,  l’équipe de Sir Alex Fergusson jouera le rôle d’arbitre dans cette course à la ligue des champions, en se déplaçant à l’Emirates Stadium pour le compte de la 35ème journée et en recevant Chelsea pour la 36ème journée.

Il est très difficile de dire qui sera 3ème et 4ème. J’ai mes préférences mais Wait and see.

QPR et Reading dans l’ascenseur ...

La bagarre pour ne pas descendre est l’autre Drama qui agite les gazettes. A 4 journées de la fin du championnat, seulement 8 points séparent le premier relégable Wigan de Southampton, 12ème du championnat. A noter que Wigan à un match en retard à domicile face à Swansea. Reading et QPR sont déjà en Championship. L’égalisation dans les arrêts de jeu de Wigan a anéanti les derniers espoirs des Rangers. Ajoutons à cela, la défaite ce week-end au Loftus Road face à Stoke City. L’ascenseur est prêt pour redescendre  aussi vite qu’il est monté.

La prochaine journée nous offre deux rencontres Stoke City/Norwich et Aston Villa/Sunderland. Il sera intéressant de suivre l’attitude de ces équipes, tout comme celle de Newcastle qui recevra Liverpool, privé de Suarez suspendu 10 matchs par la FA pour avoir mordu Ivanovic dans le choc entre Liverpool et Chelsea. Cette suspension est hypocrite et scandaleuse. Pour rappel, le tacle assassin de Mc Manaman sur Haïdara lors de la rencontre entre Wigan et Newcastle n’a fait l’objet d’aucune sanction. En Premier League, être à deux doigts de briser le genou d’un adversaire est donc considéré comme moins grave. Pourquoi pas…

Revenons au foot. A l’image de la course à la ligue des champions, la lutte pour le maintien est indécise et bien malin qui connait l’équipe qui accompagnera QPR et Reading en Championship. Wigan et Southampton et à un degré moindre Norwich, proposent un jeu intéressant, collectivement attractif avec des individualités qui sortent du lot : Malloney et Mc Manaman pour Wigan, Snodgrass et Pilkington pour Norwich. Avec 39 points et un calendrier globalement favorable, le club de Southampton, emmené par l’excellent Pochetinno, peut être confiant. Plus inquiet, je le suis Aston Villa et Stoke City. Après Reading et QPR, Aston Villa est une des équipes qui possède un bloc défensif faible et l’écart avec le secteur offensif (Agbonlahor, Nzogbia, Benteke, Bent sur le banc) est assez déconcertant. Le niveau de jeu de cette équipe est assez pauvre à l’image de Stoke City qui n’a que son fighting spirit.

L’impact psychologique de Di Canio rejaillit sur l’équipe de Sunderland. Les victoires successives chez les Magpies 3-0 chez et à domicile face à Everton 1/0 ont amené un boost assez évident. Le calendrier leur propose Aston Villa, Southampton, Stoke City et les Spurs pour finir. Avec 37 points au compteur, deux victoires devraient permettre d’assurer un maintien. Depuis l’arrivée de l’entraîneur italien, Sessegnon se montre à son avantage. L’ancien parisien est décisif et prend ses responsabilités. Une aubaine pour son équipe. Les magpies sont également dans une position délicate. Entre la réception de Liverpool sans Suarez (Ouf…), les déplacements à QPR et West Ham et pour finir la réception des Gunners avec la ligue des champions comme objectif, Newcastle est l’une des deux équipes les plus en danger. La chance des pensionnaires de St James’ Park réside dans les confrontations directes entre les autres concurrents. Pour finir, j’aimerais vous parler rapidement de Ross Barkley, joueur d’Everton qui devrait rapidement faire parler de lui. C’est un joueur qui a tout pour lui : Jeune (19 ans), complet, technique, bon dribbleur avec une belle frappe. Assurément une belle découverte et un joueur à suivre scrupuleusement.

Je vous retrouve très vite pour analyser la prochaine journée de PL.

The Swindler