Nous vous avions laissé, après la 19ème journée, avec un Shakhtar sur la voie royale et une bataille de tous les instants entre Dynamo, Dnipro et Metalist pour la seconde place, synonyme de barrage pour la Ligue des Champions. Qu’en est-il au sortir de la 23ème journée ?

Passons sur le Shakhtar qui continue son quasi sans faute. Avec 22 victoires pour une seule défaite, il y a bien longtemps que le suspens n’existe plus et qu’il n’est plus qu’une question de temps avant l’officialisation du titre de champion. Avec un point pris sur les trois derniers matchs, dont deux défaites à domicile, le Dnipro de Juande Ramos marque cruellement le pas dans la course à la 2nd place. La perte de Vitaly Denisov au mercato (Lokomotiv Moscou) a semble-t-il pas mal perturbé les joueurs de Dnipropetrovsk. Alors que j’en faisais mon favori pour la 2nd place, aujourd’hui, avec 45 points et surtout avec une telle dynamique, le Dnipro a glissé hors du podium.

Après son match nul inaugural lors de la reprise du championnat début mars, le Dynamo s’est bien repris. Le travail de Blokhin et le resserrement de l’effectif payent. Yarmolenko est en très bonne forme et le Dynamo a su enchainé 3 victoires consécutives avant de devoir s’incliner contre le Shakhtar (voir ci après). Troisième avec 2 points d’avance sur le Dnipro et 2 de retard sur le Metalist, la deuxième place est largement envisageable, chose qui me semblait improbable en 2012. C’est donc le Metalist qui est actuellement second. Cette belle performance est néanmoins à relativiser quelque peu tant les scores en faveur du club de Kharkiv sont étriqués. Mais le Metalist n’a perdu des points que chez Kryvbas où ils n’ont pu faire mieux que 1/1. A 7 matchs du terme de la saison, tout est encore ouvert pour la seconde place. Même si le Metalist possède actuellement un léger avantage sur ses adversaires, quelque chose me dit qu’il faudra compter sur le Dynamo. Le Dnipro a tout intérêt à se reprendre très vite. Rien n’est encore perdu, mais il ne va plus falloir traîner en route.

Derrière ces équipes de tête, c’est l’irrégularité qui prédomine. Chernomorets a un petit pécule de points d’avance pour la 5ème place, mais tout reste à faire et le Metalurh Donestk ou Kryvba, qui réalise un très bon parcours en 2013, ont encore leur mot à dire. Dans le bas du classement, comme prévu, Zakarpattya, qui reste sur deux matchs sans défaite dont une victoire, et le Metalurh Zapozizhya, qui a marqué deux nouveaux points (ce qui porte son total à 5 points en 23 journées) retrouveront la Persha Liga la saison prochaine.

Le Shakhtar insatiable

Passons maintenant au choc de cette 23ème, le choc du championnat : Dynamo/Shakhtar

Dynamo :Koval – Danilo, Mykhalyk, Vida, Taiwo – Veloso, Garmash – Yarmolenko, Haruna, Gusev – Ideye.

Entraîneur : Oleg Blokhin

Shakhtar : Pyatov – Srna, Kucher, Rakitskiy, Shevchuk – Stepanenko, Fernandinho – Eduardo, Mkhitaryan, Taison – L. Adriano

Entraîneur : Mircea Lucescu

Plus qu’un match, c’est une suprématie qui est en jeu. Face à ce Shakhat invincible, le Dynamo se doit de montrer ce dont il est capable et garder son territoire inviolé. Un gros match en perspective s’annonçait. C’est le Dynamo qui entre le mieux dans cette rencontre. On sent que Blokhin a préparé ses joueurs au combat. Le Shakhtar est pris dans l’engagement dès les premières minutes et c’est fort logiquement que le Dynamo se voit récompenser par un but. Suite à un bon travail de Gusev sur le côté, Pyatov repousse le centre dans les pieds de Yarmolenko qui ne se fait pas prier. On joue depuis 10 minutes et le Dynamo vire en tête. Ce but a le mérite de réveiller les hommes de Lucescu. Dans la minute qui suit, Taison trouve la barre. Le match gagne en intensité et en tension. Chaque joueur se donne à fond sur chaque contact et le match bascule dans un engagement à la limite de  la régularité. Ainsi, Yarmolenko s’en sort très bien suite à une très vilaine semelle sur le tibia de Stepanenko. Quelques instants plus tard c’est au tour de Danilo Silva d’être averdi pour un énorme tacle. Le Shakhtar n’est pas en reste et ne se laisse pas marcher dessus, Rakitsky y va de bon cœur et récolte sa biscotte.

Cet engagement ne nuit pourtant pas au match, et le spectacle proposé par les deux équipes reste très agréable à suivre. Le Shakhtar a pris la direction des opérations mais se heurte à ce Dynamo en mode guerrier. Le match étant plus tourné vers le combat physique que technique on peut dire que l’objectif de Blokhin est pour l’instant réussi. C’est certainement la seule option que possède le Dynamo pour rivaliser avec son adversaire. Le Dynamo est très bas sur le terrain et avec une telle défense, le danger est permanent. Malgré une occasion d’Ideye sur corner, on sent bien que le Dynamo peut craquer à tout moment et que tenir ce score jusqu’à la mi-temps serait déjà très bien. Alors que Yarmolenko, sorti se faire soigner, attend l’autorisation de l’arbitre pour revenir sur la pelouse, le Shakhtar développe une nouvelle action. Le ballon parvient à Mkhitaryan dans la surface, l’arménien voit sa frappe contrée par Danilo Silva et finir au fond des filets. Yarmolenko est furieux. Même s’il peut s’estimer heureux d’être encore sur la pelouse, on peur comprendre sa frustration. Les deux équipes rentrent aux vestiaires sur ce score de 1-1, tout est à refaire pour le Dynamo.

La deuxième mi-temps sera un peu moins intense. Notons que Stepanenko doit céder sa place d’entrée à Hubschman, alors que Taiwo est lui remplacé par Selin. Alors que le Shakhtar cherche à poser le pied sur le ballon et à contrôler la rencontre, de nombreuses erreurs défensives vont les mettre en difficulté. Suite à une énorme erreur de Kucher sur le côté droit de la défense, Yarmolenko reçoit le ballon, bute sur Pyatov mais le ballon revient sur Ideye qui, seul à l’entrée des 6 mètres, voit son tir heurter la barre transversale. Quelques minutes plus tard, Yarmolenko, omniprésent, enroule sa frappe à l’entrée de la surface, mais Pyatov détourne parfaitement en corner. Le Dynamo se fait très pressent et va forcément regretter toutes ses opportunités en fin de match. Petit à petit, le Shakhtar refait surface. Eduardo et Taison font beaucoup de mal à la défense du Dynamo mais c’est Mkhitaryan qui est à surveiller de plus près. Le milieu de terrain arménien envoie une superbe frappe que Koval détourne en corner. Sur ce corner, c’est Rakitsky qui place une volée du gauche que Koval va chercher à ras du poteau.

Ça va d’un camp à l’autre et ça sent le KO. À ce petit jeu, c’est le Shakhtar qui va s’en sortir. Veloso perd un ballon bêtement sur une passe mal assurée à 40 mètres des buts adverses, le Shakhtar sans se précipiter outre mesure, place son attaque, Eduardo reçoit le ballon sur la gauche de la surface et centre en retrait pour Mkhitaryan, absolument seul, qui donne l’avantage à son équipe.  Il reste alors 15 minutes à jouer. Le Dynamo pousse. Luis Adriano nous montre une nouvelle preuve de son fair play légendaire en insistant pour que son équipe rende le ballon à l’adversaire suite à un arrêt de jeu. Il rendra le ballon près du poteau de corner, évidemment. Mais ce match ne pouvait pas se terminer à 11 contre 11 et c’est Rakitsky qui aura l’honneur de se faire expulser. Sur une faute grossière sur un joueur en direction des buts de Pyatov au milieu de terrain, il récolte le deuxième carton jaune et regagne le chemin des vestiaires.

Au final, on en reste là, le Shakhtar s’impose à Kiev contre le Dynamo, 2/1. Le Dynamo n’a pas démérité, mais reste assez largement inférieur à son adversaire. Notons la belle image à la fin du match lorsque les joueurs du Shakhtar viennent saluer Blokhin en pleine interview. Les joueurs ukrainiens auront même droit à une belle accolade de la part de leur ancien sélectionneur.

Rusko