Retour sur la 29ème et 30ème journée de Serie A

La Juve, en championne

Certes, la Juventus n’a pas encore acquis mathématiquement son scudetto. Ce n’est plus qu’une question de temps. La Juve a enchaînté deux très belles victoires sur le difficile terrain de cette surprenante équipe de Bologne et puis surtout, la victoire à Milan, pour le derby d’Italie contre le grand rival : l’Inter. Dans ces deux matchs, ce qui a le plus frappé, c’est la facilité et la puissance collective de cette équipe. Le sentiment que cette Juventus, peut marquer à tout moment, cette facilité à se retrouver en 3 passes sur des contres, dans la surface adverse. Conte a récupéré il y a 2 ans et demi, une équipe au fond du gouffre. Aujourd’hui, il en a fait une équipe redoutable et redoutée, solide, costaude et intelligente. La force de cette équipe, son milieu de terrain Pirlo-Vidal-Marchisio capable de s’adapter à tout type d’adversaire et puis cette défense incroyable, dure sur l’homme : Chielini-Barzagli-Bonucci. Cette Juve est encore plus forte que celle de la saison passée et fera un très beau champion d’Italie (9 points d’avance sur Naples à 8 journées de la fin).

Alors, c’est vrai, la Juventus a déçu en quart de final aller à Munich, contre le Bayern. Victoire du club allemand 2-0 amplement méritée et l’addition pouvait être plus salée. Mais ne nous y trompons pas, la dernière participation de la Juventus en ligue des champions, datait de 2006, l’arrivée de Conte a reboosté tout un club meurtri par le scandale calciopoli et la descente en Serie B comme sanction. Et puis, Buffon et Pirlo ont été catastrophiques lors de ce match ! Je reste persuadé, malgré une très grande équipe du Bayern, que l’on a pas vu le vrai visage de cette Juve et que le derby d’Italie, 3 jours avant, a pesé mentalement. La Juve est pratiquement éliminée. Mais on peut s’attendre à une grande réaction de la juventus au retour. Il manque probablement un Eto’o, un Cavani, un Falcao en attaque pour que la juventus soit le titan qu’elle souhaite tant être en champions league.

La course à la C1 : Naples et Milan s’échappent, bataille pour la deuxième place

Le trio de tête de Serie A semble être définitif. La dernière question étant de savoir qui pour la 2ème et la 3ème place. Le scudetto, c’est plié. Mais la course à la seconde place en revanche, est loin d’être acquise. Milan met la pression sur le Napoli, avec deux points de retard. Naples, après une mauvaise passe, symbolisée par une période difficile pour son buteur Cavani, remporte deux matchs importants : Victoire contre l’Atalanta dans la douleur (et doublé pour Cavani) et rocambolesque victoire sur la pelouse du Torino ( 5-3 alors que le « Toro » menait 3-2 à la 78ème après avoir été mené à deux reprise), grâce à un triplé du milieu de terrain international suisse Dzemail (ancien joueur du Torino pour la petite histoire) et un nouveau doublé de Cavani, dont un superbe but sur coup-franc permettant au Napoli de mener 4-3. Cavani, qui avait débuté sur le banc, après être rentré la veille du match d’Amérique du Su. Ces deux victoires sont importantissimes pour Naples. Certes, elles ne changent rien pour le scudetto, la Juventus ayant gagné ces deux matches. En revanche, comme l’a dit le président De Laureentis à la fin du match, cette victoire envoie un message au Milan, qui tient un rythme de champion, après sa crise du début de saison. Le Mila, justement, reste sur deux victoires : une « vilaine » victoire en terme de qualité de jeu contre Palerme puis une victoire tout en maitrise, 1-0 sur la pelouse du Chievo. Un Milan profitant d’un Balotelli dans la forme de sa vie (après avoir été porté durant la première partie de saison par El-Sharaawy qui depuis la nouvelle année, semble avoir perdu confiance). La force de ce Milan est à la surprise générale ce qui semblait être sur le papier et sur ce que l’on avait vu en début de saison, sa faiblesse : sa défense. Or, le Milan a la 3ème meilleure défense de Serie A (après un départ cauchemardesque rappelons le) et sur ce mois de mars but. La 3ème place qui semblait un miracle il y a encore 3 mois, semble être l’objectif minimal du Milan pour la fin de saison. Milan rêve de coiffer le Napoli sur le fil pour la seconde place. Pour cela, il faudra bien gérer les 3 prochaines rencontres : déplacement chez le 4ème la Fiorentina (qui a 6 points de retard), réception de Naples et déplacement à Turin, contre la Juve. A l’issue de ces 3 rencontres, le Milan saura si sa place en C1 est acquise et si la seconde place sera toujours le grand objectif de la fin de saison. Car derrière, les rivaux ont lâché. La Fiorentina, toujours aussi inconstante, capable du pire, comme du meilleur, souffre toujours d’un cruel manque de continuité et de régularité. Montella a réalisé un travail exceptionnel avec cette équipe, qui lorsqu’elle est en forme, est sans le moindre doute la plus belle équipe de Serie A en terme de qualité de jeu. Le Fiorentina/Milan de ce dimanche, sera capitale. En cas de victoire, elle pourra recommencer à rêver d’une place en C1 en fin de saison. Une défaite et les carottes seront définitivement cuites pour la Viola.

La Lazio, la faute à un effectif limité et à son parcours en Europa League (qualifiée pour les quarts de final mais surtout volée lors du match aller , défaite 2-0 avec un arbitrage désastreux à l’encontre de la Lazio) semble avoir lâché pour la C1. 7 points du Milan, l’écart semble insurmontable pour cette Lazio. Et lundi, c’est le derby de Rome, pour le match qui passionne toujours autant les foules dans la ville Eternelle.

L’Inter, plombé par les blessures et un mercato moyen, s’est relancé après sa défaite contre la Juve à San Siro, en l’emportant sur la pelouse de la Sampdoria en match en retard grâce à un doublé de l’excellent Palacio. Problème : Palacio s’est blessé pour un mois à la suite de ce match, Milito étant out jusqu’à la fin de saison, Stramaccioni se retrouve avec deux attaquants disponibles : Cassano et…..Rocchi. Pour l’Inter 5ème à 7 points du Milan, une place en C1 en fin de saison semble totalement utopique. Pour la seconde année consécutive, l’Inter ne jouera probablement pas la champions league. Un drame pour un club de ce standing. Mais la vraie nouveauté, c’est que Stramaccioni pourrait être confirmé en fin de saison. Les têtes qui pourraient tomber seraient celles du directeur sportif Branca ….mais surtout le staff médical et les préparateurs physiques de l’Inter. L’Inter a été plombé toute la saison par des blessures et des rechutes à répétition, d’un effectif déjà limité. Autant dire que Moratti est furieux et en plus, l’Inter ne cesse de s’enfoncer dans une grosse crise économique.

La Roma, portée par un Totti fabuleux (37 ans et absolument inarrêtable dans sa course aux records, 281 buts marqués dans l’ensemble de sa carrière, dont 11 buts cette saison), semble trop loin pour jouer une place en C1 (10 points de retard sur le 3ème le Milan). Quel est l’objectif de cette fin de saison ? Battre le grand rival la Lazio en championnat lundi mais surtout remporter la Coupe d’Italie. La Roma a remportée la demi-finale aller 2-1 contre l’Inter. Retour dans 2 semaines à San Siro. Si la Roma se qualifie, elle rencontrera la Lazio pour une finale qui s’annoncerait absolument bouillante.

La course au maintien

On avait le sentiment que les 3 relégables étaient connus depuis quelques temps : Pescara, Palerme et Sienne. Et puis ? Cette dernière journée a totalement redistribué les cartes. Certes, le promu Pescara va redescendre en Serie B aussi vite qu’ils étaient montés en Serie A. Mais pour le reste, Palerme s’est totalement relancé en décrochant son 4ème succès de la saison contre la Roma. Le maintien semblait une utopie. Cette victoire permet aux siciliens, qui ont changé 4 fois d’entraineur cette saison, de revenir à 3 points du premier non relégable le Genoa. Sienne, pénalisé de 6 points pour ne pas avoir dénoncé les paris des matches truqués (et qui avec ces 6 points serait aujourd’hui en dehors de la zone rouge), est allé chercher un très bon nul 2-2 contre le Genoa premier non relégable justement. Cette équipe de Sienne est vraiment une belle équipe, agréable à regarder et j’avoue avoir un faible pour cette équipe dans la course au maintien. Le Genoa, club historique du foot italien, a frôlé la relégation l’année dernière. L’histoire se répète cette saison, la faute à une gestion catastrophique du président Preziosi, qui pense plus à faire du business et à vendre ses meilleurs joueurs, qu’à construire une bonne équipe. Le Genoa n’a qu’un point d’avance sur le premier relégable, qui est donc Sienne et a frôlé la catastrophe lors de la dernière journée, en accrochant de justesse le nul contre le club toscan. Le Genoa est l’équipe la plus belle sur le papier dans cette course au maintien. Aura-t-elle le mental pour se sauver de justesse comme la saison passée ? Réponse, lors de ces 8 dernières journées.

KarimJ