Retour sur la 26ème journée de Serie A

Cette journée était transitoire mais néanmoins décisive pour la course au scudetto. Pourquoi transitoire ? Parce que il y a un certain Napoli/Juventus ce vendredi. Analysons ensemble cette 26ème journée de Serie A.

Juventus/Sienne

Le leader se déplacera serein au San Paulo pour le choc Naples/Juventus. La Juventus recevait le relégable Sienne. Ce match s’annonçait piège, comme expliqué la semaine dernière, le club toscan a fait tomber  l’Inter et la Lazio ces dernières semaines. Conte avait annoncé un match « très difficile » pour son équipe. Il n’en a rien été. C’est la force de cette Juventus, là où les rivaux perdent des points à droite, à gauche contre les équipes mal classées, la Juventus gagne ces matches. Victoire facile, 3-0 avec un but heureux du suisse lichtsteiner après 30 minutes de jeu puis une Juventus ensuite en mode gestion. Le champion en titre se rassure après sa défaite la semaine passée contre la Roma. Pogba, d’un nouveau but hors de la surface (5ème but de la saison pour le français, 4ème de l’extérieur de la surface !) et Vucinic, d’un joli but plieront la fin de match malgré deux chaudes alertes à 2-0. En effet, ce diable d’Emerghera touchera la barre et contraindra Buffon à une belle parade. Cette victoire est rassurante pour les hommes d’Antonio Conte et est la meilleure façon de préparer le choc de ce vendredi 1er mars. Une Juventus, qui en dehors des futures blessures éventuelles, sera à priori au complet. Leader avec 6 points d’avance, virtuellement déjà qualifiée pour les 1/4 de ligue des champions, après sa victoire 3-0 à Glasgow en match aller des 1/8 de finale de C1 contre le Celtic, la fin de saison s’annonce grandiose pour les hommes d’Antonio Conte. Et Anelka ? Après sa bonne entrée en jeu contre la Roma, il n’a pas joué. Non, Conte ne compte absolument pas dessus et on le comprend étant donnée la qualité de son effectif.

Udinese/Naples

Le Napoli jouait le lundi soir sur le périlleux terrain de l’Udinese. Un Naples sous pression, puisque en entrant sur la pelouse, le club du sud de l’Italie comptait donc 7 points de retard sur la Juventus. Le Napoli est à la recherche d’une victoire, après 2 nuls consécutifs. On ne va pas se mentir, cet Udinese/Naples a été cadenassé et on s’est franchement ennuyé. On a eu droit à un match bloqué entre une équipe d’Udinese très prudente, contre une équipe de Naples, pas très audacieuse. Hormis deux occasions pour Naples, on n’a rien eu à se mettre sous la dent. Il s’agit du 3ème match nul consécutif pour Naples et deux nouveaux points de perdus dans la course au scudetto. Naples a 6 points de retard sur la Juventus, le Napoli/Juventus de vendredi apparaît comme quasiment la dernière chance pour continuer à cultiver ce « rêve » appelé scudetto pour les napolitains. Certes, il restera 11 matches à jouer après ce choc, comme l’a rappelé le coach napolitain.

La course à la C1 : La bonne affaire pour la Lazio, l’Inter et le Milan se neutralise, la Fiorentina tombe, la Roma revient

Lazio/Pescara

Après un mois difficile, la Lazio se relance et c’était le week-end pour en profiter. Rejoint à la 3ème place par le Milan la semaine passée, la Lazio profitant du nul lors du derby milanais (on y reviendra dans quelques instants), la Lazio l’a facilement emporté 2-0 face à une équipe limitée de Pescara. Deux coups de canon de Radu et de Lulic entre la 29ème et la 35ème minutes ont suffit à la Lazio pour plier ce match en première mi-temps. La Lazio n’a pas été très impressionnante (comme souvent cette saison) mais solide, organisée, opportuniste. Ce succès permet surtout à la Lazio de se rassurer. En effet, cela faisait depuis le 13 janvier que la Lazio n’avait plus remporté le moindre match en championnat. Cette victoire pourrait peser lourd dans le comptage final. En effet, malgré cette période difficile, la Lazio est 3ème , a récupéré deux points d’avance sur le 4ème le Milan. 3ème de ce championnat avant le « choc » contre le Milan lors de la prochaine journée, dans le cadre de la course à la ligue des champions, qualifiée pour le prochain tour d’Europa League, la Lazio est entrain d’effectuer une excellente saison. Peut-elle continuer ainsi ? Le fait d’être toujours 3ème,  malgré ce mauvais début d’année 2013, est déjà un début de réponse.

 Inter/Milan

Le derby milanais : Par rapport au match aller, la tendance s’est totalement inversée.  L’Inter n’avance plus, pire s’enfonce dans une crise de jeu et de résultat. Milan a dans le même temps réalisé une remontée incroyable après le pire début de saison de l’histoire du club. Occupant la 3ème place en compagnie de la Lazio, le Milan abordait ce derby grandissime favori. Ce derby synonyme de choc pour la course à la 3ème place, a été agréable à regarder. Dans un San Siro ultra comble, une ambiance toujours aussi fantastique, on a assisté à un vrai derby.  Certes, pas le derby du siècle, un niveau de jeu assez bas pour un Inter/Milan d’ailleurs. Mais comme toujours, une immense intensité, une très grande tension et des joueurs techniquement capablement d’offrir du spectacle. La première mi-temps a été totalement à l’avantage du Milan. Sans la maladresse de Balotelli (hué par les tifosi de l’Inter, lui le joueur formé au club) et surtout un énorme Handanovic, l’homme du match, le Milan aurait mené 2-3/0 à la mi temps. Le score de 1/0 à la pause est  amplement mérité grâce à une superbe réalisation de El-Sharaawy, mettant fin à 4 journées d’abstinence.

La seconde mi-temps fut d’une autre physionomie. Le Milan probablement fatigué par son exploit 3 jours auparavant (ndlr : victoire 2-0 contre le Barça en 1/8 aller de la C1), va se contenter de défendre et de procéder en contre. L’ Inter enfin dans son match, hargneux, va se créer sa première véritable occasion après un tir de Guarin repoussé miraculeusement par Abbiati,. Puis l’Inter va égaliser grâce à Schelotto tout juste entré en jeu (et très critiqué depuis son arrivé l’été dernier à l’Inter). Une égalisation méritée, même si à l’exception de la frappe de Guarin, le Milan n’a pas été véritablement inquiété. La fin de match sera haletante, avec deux équipes s’arrachant pour aller chercher 3 points précieux pour la course à la 3ème place. On en restera finalement à 1-1 et une conclusion bizarre : le Milan à « l’extérieur », 4ème mais avec un point de plus que l’Inter est déçu de ne prendre qu’un point. De l’autre, l’Inter à « domicile », 5ème, satisfaite de ne pas avoir perdu. Cela s’explique par un parcours quasiment de champion de la part du Milan depuis début novembre et à l’inverse, par 3 derniers mois très compliqué pour l’Inter. Ce résultat ne fait les affaires de personne…mise à part celles de la Lazio, qui reprend donc 2 points d’avance et 3 sur le Milan et l’Inter pour cette 3ème place.

 Prochaine journée : (4)Milan /Lazio (3), (6)Catania/Inter(5).

Bologne/Fiorentina

Comment perdre 3 points capitaux  dans la course à la ligue des champions….c’est la question que doivent se poser les tifosi de la Viola. En cas de succès, la Fiorentina aurait rejoint le Milan à la 4ème place, à 2 points de la Lazio. Et non, une nouvelle fois, alors que les résultats avaient été positifs pour les hommes de Montella, la Fiorentina n’a pas réussi à saisir cette opportunité de remonter classement et de se rapprocher ainsi, de la 3ème place. Défaite 2-1 à Bologne, qui lutte pour le maintien. Contre une bonne équipe de Bologne, la Fiorentina sur un contre éclair, menait 1-0 à la mi-temps grâce à un but de Ljajic. L’équipe de Jovetic semblait clairement avoir les opérations en main. Mais c’est tout le problème de cette équipe : lorsqu’elle a le ballon, cette équipe est très difficile à jouer. En effet la qualité technique de son milieu, favorise ce style de jeu. Mais dès que la Fiorentina est sous pression, doit défendre, elle est en difficulté et c’est ainsi, qu’elle s’est inclinée à Bologne, sa défense montrant encore des gros signes de fébrilités. Ajoutons aussi, que quand Pizarro est absent,  ce n’est plus tout à fait la même équipe. Aquilani ratera une balle de 2-2 à la 93ème. La Fiorentina reste bloquée 6ème à 5 points de la 3ème place. Bologne souffle et remonte à la 14ème place, avec 8 points d’avance sur le premier relégable, Sienne.

Atalanta/Roma

Et si la Roma était toujours dans le coup pour cette 3ème place ? Et oui, incroyable mais la Roma est petit à petit de retour. Personne ne souhaitant s’échapper pour cette 3ème, enchainant les résultats avec une irrégularité déconcertante, la Roma grâce à deux succès consécutifs, revient. 8ème certes mais à 7 points de la 3ème place, à 12 journées de la fin, cela semble encore jouable. L’entraineur intérimaire  Andreazzoli, ayant remplacé Zeman à la suite de la défaite contre Cagliari au début du mois de février, est entrain de redonner une âme à cette équipe. Après la belle victoire contre la Juventus il y a deux semaines, la Roma a donc remporté un précieux succès sur le terrain toujours difficile de l’Atalanta et avec des conditions climatiques très compliquées (neige). Cela étant, méfiance, à chaque fois que la Roma a donné la sensation de revenir, elle s’est écroulée. La réception du Genoa ce dimanche, permettra justement de savoir si la Roma a enfin trouvé cette continuité qui lui fait tant défaut depuis le début de saison.

Les autres matches à retenir :

On ne peut ne pas parler de l’équipe la plus argentine de Serie A (en compagnie de l’Inter) : Catania. 7ème, à 5 points de la 3ème place, Catania est entrain de réaliser une saison au delà de ses espérances. Victoire précieuse à Parme. Catania, autour de son capitaine et super tireur de coup-franc Lodi, ne cesse de repousser ses limites et commence à sérieusement croire en l’Europe ! Dimanche prochain, réception de l’Inter, dans un stade du Ciballi bondé. On souhaite bien du courage à l’Inter et en cas de victoire, Catania doublera l’Inter au classement ! Parme, 11ème s’écroule. On a pensé il y a encore un mois, que cette équipe serait solidement ancrée dans le top 8 de Serie A.  Finalement, en attendant de franchir la barre des 40-42 points synonyme de maintien, la fin de saison risque de s’annoncer longue pour les hommes de Donadoni. On notera également, une nouvelle victoire de la Sampdoria, qui n’a pas perdu le moindre match en cette année 2013. Victoire précieuse pour la course au maintien 2-0 contre le Chievo. Avec 32 points, la Sampdoria, sur sa lancée, peut espérer s’offrir une fin de saison sympa. A la trêve, 19ème, le maintien semblait presque un miracle pour la Sampdoria. Delio Rossi a trouvé un équilibre, a relancé cette équipe autour de ces jeunes joueurs talentueux (Icardi, Obiang, Sansone) et cela donne une équipe très difficile à jouer. La Sampdoria est 10ème et aucun observateur n’aurait pensé en fin d’année 2012, que la Sampdoria serait en si bonne position. La victoire à Turin contre la juve, début janvier, a été un déclic.

Enfin, un mot sur le rocambolesque Cagliari/Torino. Match à huit-clos, le président de Cagliari toujours en prison (en résumé, il a construit ce stade sur un terrain dont il n’avait pas le droit, sans oublier un montage financier, dirons nous, « bizarre »….), les Sardes se sont arrachés lors de ce match de milieu de tableau complètement fou. Victoire 4-3. Entre la 87ème et la 94ème, 3 buts. 3-2 pour Cagliari à la 87ème sur un penalty transformé par le chilien Pinilla, Bianchi le capitaine du Toro égalise à la…..93ème lui aussi sur penalty et puis, pratiquement sur le coup-d ‘envoi, sur une frappe détournée de Conti, l’excellent capitaine du club sardes (et fils de….), but de Cagliari qui permet au club du président Cellino, de mettre le premier relégable à 10 points. Victoire 4-3. Qui continue de dire qu’il n’y a pas de but en Italie ?

KarimJ