Retour sur la 20ème journée du championnat d’Italie

Parme-Juventus 1-1

Ce début d’année 2013 est assez étonnant. On pensait le titre déjà plié pour la Juventus durant cette trêve (8 points d’avance sur le second). Et puis, deux journées plus tard, le champion en titre commence à voir la concurrence revenir en trombe : son avance a fondu de 5 points. Pas de quoi trembler, la Juventus dispose toujours d’un petit matelas de 3 points d’avance. Mais cette baisse de régime, est forcement préoccupante, avec seulement 1 point pris sur 6 en 2013.

Quelles en sont les raisons ? La défaite contre la Sampdoria, à 11 contre 10, a laissée plus de traces que ce que l’on pouvait penser. Le déplacment à Parme sentait le piège par excellence. Cette équipe de Parmes est en pleine confiance et reste sur 11 victoires sur les 12 derniers matchs à domicile. Parme est une équipe de qualité, qui depuis l’arrivée de Roberto Donadoni (dont on parle au Milan pour la saison prochaine), squatte le haut de tableau, en absorbant l’adversaire pour mieux le contrer avec ses flèches de devant, Babiany-Belfodil (auteur d’un très bon match et qui a failli ouvrir le score, Buffon étant battu) et Sansone, révélation de la saison, auteur du joli but de l’égalisation, profitant d’une erreur tactique de la Juventus., émoussée après sa qualification en milieu de semaine en prolongation en coupe d’Italie, contre le Milan.

Ajoutons à cela, l’absence de Chielini pour les deux prochains mois (un hasard si la Juventus a encaissée 3 buts en une semaine, en son absence ?), Asamoah, pilier de l’équipe et absent pour cause de Can, ainsi que Marchisio blessé depuis le match de la Sampdoria. Sans oublier, que des cadres comme Buffon ou Vucinic, ne sont pas en très grande forme. La Juve obtient donc un point et le score paraît logique. De quoi sérieusement s’inquiéter pour la Juventus ? Je reste convaincu, que comme prévu, la Juventus remportera le scudetto. Après sa première partie de saison, quasiment parfaite, il est logique d’avoir une baisse de « tension », de rythme.

Nul doute que la Juventus réussira à passer outre cette période difficile. La saison passée également, si l’on se souvient bien, les turinois s’étaient écroulés, au point de voir le Milan avec 4 points d’avance à 9-10 journées de la fin. A l’arrivée, la Juventus avait été tranquillement championne à une journée de la fin….Néanmoins, en regardant le match à Parme, la surprise finalement, c’est de voir que la Juventus a été incapable de gérer son avantage, suite à un coup-franc de Pirlo, détourné par le français Babiany. En effet, la force des champions en titre, c’est l’art de gérer un résultat à partir du moment où le score est ouvert. Or, la Juventus s’est fait remontée deux fois en une semaine, en étant incapable de « tuer » les matchs aussi bien contre la Sampdoria que contre Parme. Et puis, ces matchs ont encore montré à quel point il manque un « renard » des surfaces en attaque, un joueur justement capable de profiter des caviars, ce que ni Giovinco, ni Matri, ni Quagliarella ou Vucinic ne sont capables de faire. Le prochain match à domicile, contre une équipe de l’Udinese de retour en pleine forme, en dira plus sur l’état de forme actuelle de cette Juventus.

Lazio/Atalanta 2-0 – La Lazio en trombe !

Qui se frotte les mains de ce ralentissement soudain ? La Lazio, qui elle, a un rythme de champion. 23 points sur les 27 derniers points en jeu. Une continuité et une une régularité impressionnante qui force l’admiration. Il s’afit de la 4ème victoire de suite, cette fois à domicile, contre l’Atalanta 2-0. On notera Ciani titulaire et qui tout doucement, est entrain de s’imposer dans son duel avec le brésilien Dias.

Après une première mi-temps timorée, bien bougée par une solide équipe de Bergame, la Lazio a accéléré le rythme et a logiquement ouvert le score, grâce à un coaching gagnant de Petkovic, par Flocarri. But qui fait polémique et a rendu fou furieux les joueurs de l’Atalanta, Flocarri s’étant aidé de la main. Signe que rien ne peut arriver à la Lazio, le second but a été marqué contre son camp, par Bivio, sur un centre anodin…

Le club du président Lotito est dans une excellente spirale. On sent véritablement la hargne collective d’une équipe en pleine confiance. La Lazio vient de récupérer 5 points à la Juventus en une semaine. La première place n’est plus un mirage mais une ambition : seulement 3 points d’écart ! La force de cette équipe ? On l’a déjà dit : des tauliers au top en terme de niveau de forme, Klose bien évidemment mais aussi Hernanès, auteur d’un coup-franc sur la barre, Ledesma, Mauri, le portier Marchetti dans la forme de sa vie…Mais surtout, grâce à cette discipline collective instauréz par Petkovic. La Lazio était plombée depuis des années par une défense friable. C’est dorénavant de l’histoire ancienne, la Lazio a la 3ème meilleure défense du championnat (derrière la Juventus et Naples) et cette équipe brille par sa grande rigueur collective. De là à imaginer la Lazio championne ? Personne ne connaît les limites de cette équipe. Dans les pronostiques d’avant saison, la Lazio oscillait entre la 5 et la 6ème place…personne ne s’attendait à voir cette équipe occuper une telle place après 20 matchs joués. Pourtant, ce n’est pas si étonnant, la Lazio a conservé la même équipe que la saison passée qui avait terminé 4ème aux portes de la ligue des champions. Le changement d’entraineur a apporté une motivation supplémentaire et surtout, une grande solidité défensive. Cette équipe bénéficie d’un calendrier favorable sur le papier lors des deux prochaines journées (déplacement chez Palerme, 19ème et en crise, réception du Chievo, équipe de milieu de tableau). De quoi continuer à cultiver le rêve scudetto et de se rapprocher encore plus de la Juventus ? Personnellement, je ne pense pas que la Lazio poursuivra sur ce rythme tout au long de la saison. Du moins, pas au point de lutter pour le scudetto. Par contre, c’est un client plus que jamais sérieux pour terminer dans le top 3 de cette Serie A ! Néanmoins, n’oublions pas que la Lazio est concernée par le scandale « calcioscommesse ». En premier lieu, son capitaine Mauri, qui rappelons nous, avait passé une semaine en prison la saison passée, dans le cadre de cette affaire. Il risque très probablement une suspension de 6 mois. Mais surtout, on parle de plus en plus d’une pénalité pour la Lazio. La première rumeur lançait deux points de pénalité, la dernière en date, évoque 5 points de pénalité…à suivre.

Naples/Palerme 3-0 – Naples enchaîne

Napoli est l’autre grand vainqueur de cette première semaine de compétition pour cette nouvelle année. Deux victoires, deux cartons à domicile. La semaine passée 4-1 contre la Roma et puis, en ce dimanche, 3-0 contre Palerme. Victoire, comme contre la Roma, qui peut sembler facile mais Naples a énormément souffert à 0-0. Sans la maladresse des attaquants adversaires, Naples aurait dû être menée au score. Et puis, Maggio, profitant d’un excellent centre d’Hamsik, a ouvert le score à la 30ème minute et Naples s’est retrouvée dans cette situation que cette équipe affectionne tant : pouvoir gérer en toute tranquillité son avantage, défendre bas, bondir en contre grâce à la technique d’Hamsik et de Pandev, Cavani s’occupant du reste. Inler marqua rapidement un second but, d’une frappe splendide (3ème but sur les 4 dernières journées pour l’international milieu suisse !), permettant aux napolitains de plier le match avant la mi-temps.

Le rêve de scudetto redevient possible. La Juventus n’est « plus » qu’à 5 points. Et rappelez-vous, Naples a deux points de pénalité, sans cette pénalité, Naples serait second avec 42 points, comme la Lazio. Il n’est pas impossible que Naples récupère un point ou deux d’ici la fin du championnat… D’ailleurs, pour la majorité des observateurs, Naples est la seule équipe, susceptible de véritablement profiter d’une baisse de régime de la Juventus à long terme. Les napolitains, contrairement à la Lazio, ont déjà connu une grosse mauvaise passe durant le mois de décembre (4 défaites en 5 match, championnat-coupe d’Italie-Europa League), sans oublier les deux points de pénalité et la suspension de 6 mois du capitaine Canavarro. On a le sentiment que les hommes de Mazarri sont définitivement lancés, d’autant plus que le mercato est pour le moment très bon. Armero, ancien joueur de l’Udinese, connaissant parfaitement le championnat italien (il y joue depuis plus de 3 ans) et Calao, napolitain de naissance, ex-joueur de Sienne, arrivent en tant que joker en attaque et viennent renforcer le banc. En résumé, Naples est de retour, avec une étonnante facilitée (7 buts marqués en une semaine !). Attention néanmoins, car maintenant que le rêve scudetto est de retour, le plus dur arrive pour Naples : confirmer. Et le prochain match s’annonce très chaud : déplacement à Florence, contre une équipe de la Fiorentina dans une mauvaise passe.

Inter/Pescara 2-0 – L’Inter se relance

On parlait de crise la semaine passée, après la déroute à Udine (0-3). L’Inter donc l’objectif prioritaire avoué par Stramaccioni en conférence de presse est de se qualifier pour la ligue des champions, a donc renoué avec la victoire. Depuis 3 journées que l’Inter ne gagnait plus. Avec une infirmerie toujours bondée et des suspensions en cascade (Samuel, Juan, Ranocchia, Milito, Nagatamo, Stankovic out) c’est un Inter décimé qui recevait Pescara, vainqueur surprise de la Fiorentina la semaine passée.

Sans briller, contre une décevante équipe de Pescara qui a très, trop vite renoncée à jouer, l’Inter l’a logiquement et facilement emporté. 2-0. D’abord grâce à une très belle frappe de Palacio à la 30ème minute, sur une passe en talonnade de Cassano (en dessous de son meilleur niveau depuis plusieurs semaines) puis, grâce à Guarin, profitant d’un caviar de Palacio, en début de seconde mi-temps. L’Inter se rassure, s’empare de la 4ème place, profitant de la nouvelle défaite de la Fiorentina et n’encaisse pas de but, avec le retour de Silvestre très bon, malgré les critiques ces dernièrs mois et dont on disait qu’il était placé sur la liste des transferts. Il est vrai que l’opposition était très faible. Stramaccioni ne s’est pas enflammé à la fin du match, disant que l’Inter devait absolument retrouver une continuité tant au niveau des prestations collectives qu’au niveau des résultats, pour rattraper le « wagon » ligue des champions, Naples étant 3ème avec 2 points de plus et la Lazio deuxième, avec 4 points d’avance sur l’Inter.

On retiendra Sneijder en tribune, dont le feuilleton n’en fini pas de s’éterniser, son départ était donné acté pour Galatasaray. Sauf que Sneijder se refuse toujours de donner sa réponse aux dirigeants turcs. Un épisode qui commence sérieusement à agacer le président Moratti qui compte sur son transfert pour réaliser ses emplettes hivernales, ainsi que les dirigeants turcs, dont la patience commence à avoir ses limites. On se demande à quel jeu joue Sneijder. Il attendrait une offre d’Angleterre, qui jusqu’à preuve du contraire, n’est jamais arrivée.

Que retenir des autres rencontres ? La Roma en crise, la Fiorentina décroche, le Milan s’enlise, le super retour de l’Udinese

Catania/Roma 1-0

C’est la crise pour la Roma. 0 point en 2013. Un Zeman plus que jamais menacé et on a su cette semaine, qu’il avait été tout près de se faire remplacer en début de saison. Nouvelle défaite, après la déroute de Naples contre cette étonnante et toujours belle équipe de Catania. La Roma, comme souvent, ne peut s’en prendre qu’à elle-même. Sans la maladresse de Destro qui a vendangé 3 occasions immanquables ainsi que celle de Florenzi, la Roma aurait mené avec un score fleuve à la mi-temps. Oui mais voilà, la Roma a laissé le temps à cette très bonne équipe de Catania de se réveiller et logiquement, Gomez a offert un succès mérité aux siciliens, lorsque l’on regarde la deuxième mi-temps. Zeman jouera gros dimanche prochain contre l’Inter. La Roma est déjà à 8 points de la 3ème place, son objectif initial de début de saison. Et en plus, son voisin détesté, la Lazio, vole à la seconde place…

Udinese/Fiorentina 3-1

Commençons par évoquer cette incroyable équipe de l’Udinese. Comme chaque saison, ses meilleurs joueurs ont été vendus et comme chaque saison, l’Udinese est dans le coup pour la course à l’Europe. 8ème, à 5 points d’une place en Europa League. Certains, le début de saison cauchemardesque de l’Udinese (6 défaites en 7 journées) annonçait un maintien difficile pour le club du Frioul…6 mois plus tard, l’Udinese, est déjà de retour dans le haut de tableau. Une semaine après sa démonstration contre l’Inter (victoire 3-0), le club entrainé par Guadolin, en a profité pour en coller de nouveau 3, cette fois à la Fiorentina, qui enchaine une deuxième défaite de suite. On notera un nouveau doublé de cet incroyable buteur Alberto Di Natale (14 buts cette saison et deuxième meilleur buteur de Serie A à deux longueurs du meilleur, Cavani, le tout à 35 ans !!). On notera un nouveau but de Muriel (bénéficiant d’une grosse boulette du portier florentin), révélation de la saison passée, une semaine après sa réalisation contre l’Inter. 0 point pour la Fiorentina pour le moment, en 2013.

Comment expliquer cette mauvaise passe, pour l’équipe révélation de la première partie de saison ? D’abord par une défense toujours fébrile et des gardiens (tant Viviano que Neto, auteur d’une grosse boulette sur le but de Muriel) à la rue. Et puis, par un manque de réalisme criant. La Fiorentina joue toujours aussi bien, son jeu est vraiment agréable à regarder mais elle vendange trop d’occasions. Cela a encore été le cas contre l’Udinese. Après son ouverture du score méritée, grâce à son défenseur Gonzalo Rodriguez, la Fiorentina a eu l’occasion de plier le match mais comme contre Pescara la semaine dernière, à force de trop gâcher, la Viola l’a payé cher. Avec cette nouvelle défaite, la 3ème place, rêve cachée des dirigeants de la Fiorentina, s’échappe avec 5 points d’écart sur le 3ème Naples. Dimanche prochain, Fiorentina/Naples. Les hommes de Montella, qui a dit à la suite de ce match « qu’il n’a rien à reprocher à ses joueurs » devront l’emporter, sous peine de voir la course à la ligue des champions s’envoler et de gâcher une bonne première partie de saison…Néanmoins, la Fiorentina, occupe toujours une honorable 5ème place, après, ne l’oublions pas, 3 saisons précédentes difficiles

Sampdoria/Milan 0-0

Sans un très bon Abbiati, la Sampdoria aurait pu enchainer un deuxième succès de prestige, après sa victoire la semaine passée contre la Juventus. Un bon point cela étant, pour les hommes de Delio Rossi, pour la course au maintien. Le Milan est à 9 points de la 3ème place. On a la nette sensation que le Milan se contenterait volontiers cette saison d’une place en Europa League…on notera une grosse occasion de Boeteng en deuxième mi-temps, qui a vu sa frappe repoussée sur la ligne. On remarquera surtout, qu’à la pointe de l’attaque du Milan, il y avait 3 jeunots : El-Sharaawy (20 ans), le français Niang (17 ans !) et Bojan (22 ans). Signe de la nouvelle politique que souhaite insuffler le président Berlusconi : confiance avant tout aux jeunes. C’est le symbole que les temps ont changé au Milan : Fini les stars, et place aux paris et à la jeunesse. Berlusconi mise sur un retour au plus niveau du Milan, dans 3 ans. Les tifosi du Milan, après cette année de transition, vont devoir s’armer de patience pour le futur…mais c’est un projet, qui semble, très ambitieux, certes mais surtout très prometteur !

KarimJ