Retour sur cette 15ème journée de championnat

Betis/Barça

On n’a pas souvenir cette saison d’avoir vu le barça autant souffrir. Certes, ce déplacement à Séville ne s’annonçait pas facile. Le Betis, était en confiance, 4ème et vainqueur du Real, il y a deux semaines. Le club sévillan est d’ailleurs bien entré dans ce match, se procurant les premières situations « chaudes ». Oui mais voilà, l’histoire est toujours la même avec le Barça. Lorsque le Barça ne semble pas être dans un grand jour, qui est là pour « plier » le match ? Messi, bien évidemment. Encore un doublé pour le magicien argentin. Un but, typique « Messi » en traversant toute la défense adverse et puis, une frappe imparable du gauche, croisée, sur une superbe talonnade d’Iniesta. Et voilà comment, sans forcer, le Barça mena 2-0 après moins de 30 minutes de jeu. Xavi étant tout près de définitivement tuer le match d’une belle frappe de loin, sauver par le très bon gardien Adrian. Et puis, un peu contre toute attente, le Betis va réduire l’écart. Son buteur Castro, profitant d’un mauvais alignement de la défense catalane pour aller battre Valdes. 39ème minute, 2-1 pour le Barça, ce sera le score à la mi-temps. Ce match est d’un très bon niveau, pas le temps de s’ennuyer, la Liga montre encore, sur ce match, pourquoi ce championnat est si agréable à regarder.

Mais la deuxième mi-temps, sera encore plus belle. Pas de but, certes mais 5 poteaux ! Le Barça va clairement trembler en seconde mi-temps. Valdes peut remercier ses montants (3 fois) et la réussite qui l’accompagne. Contre un Betis déchaîné  choisissant de presser haut, dans une superbe ambiance, le Barça va être en souffrance en cette seconde mi-temps. Rarement, on a vu le barça autant acculé sur ses buts, devant se contenter ainsi du contre. Le Betis va pousser, pousser, pousser mais la faute aux montants, au manque de réussite (de chance ?), le Barça va s’en sortir. Messi, encore lui, pouvait tuer la fin de match mais Adrian et la barre, maintiendront le suspens jusqu’au bout. Le Betis aura une dernière opportunité sur corner à la 94ème mais la tête du sévillan passera loin du but. Victoire du Barça.

14 victoires en 15 matches, c’est un rythme hors norme. On retiendra que ce match a été un des plus beaux de la saison, probablement le plus difficile pour le Barça mais qu’à l’arrivée, les catalans s’imposent encore. A signaler que Fabregas en grande forme, s’est blessé après 9 minutes de jeu, remplacé par un Alexis Sanchez, encore une fois décevant, lui qui revenait de blessure.

Ce changement a aussi été révélateur d’un fait : « Tito » Villanova, ne compte pas sur David Villa, encore une fois resté tout le match sur le banc.

Valladolid/Real Madrid

Contre cet étonnant promu, 7ème, le Real s’attendait à un déplacement difficile. Et ce match, a été très compliqué pour les champions en titre. Le Real a encore une fois, encaissé deux buts sur deux corners, le grand point faible de la saison pour les hommes de Mourinho. Et c’est ainsi, que le Real s’est retrouvé mené 2-1 après 25 minutes de jeu. Contre une équipe en confiance, les madrilènes vont égaliser au meilleur moment, à la 45ème, suite à une belle combinaison Benzema-Özil.Ozil, Özil plein d’opportuniste, égalise. Benzema signalons le, auteur du but du 1-1 sur une grossière perte de balle de la défense de Valladolid. 2-2 à la mi-temps. On sent le Real en difficulté dans le jeu, souffrant du pressing des locaux et de la puissance, du buteur adverse, Manucho, auteur donc, d’un doublé.

Lors de la seconde mi-temps, Mourinho lance Modric dans la bataille. Et pourtant, le scenario est toujours le même. Manque de créativité dans le jeu, le Real se repose sur des frappes de loin de Cristiano Ronaldo pour inquiéter son adversaire. On se dit que seul un exploit individuel d’un joueur madrilène peut sauver le Real pour remporter ce match. Et c’est ce qui va se produire, suite à un coup-franc obtenu par Benzema, Ozil, encore lui, va loger la balle en pleine lucarne, 72ème , 3-2 pour le Real. Suite à ce but, presque heureux, le Real va gérer tranquillement sa fin de match. On ne retiendra que la victoire pour le 3ème de la Liga. Pour la qualité de jeu, on repassera.

Atletico Madrid/La Corogne

On attendait une grande réaction des « colchoneros » après la défaite dans le derby madrilène et la décevante prestation collective de l’équipe. Contre une équipe de La Corogne, 18ème mais paradoxalement, équipe très agréable à regarder, ce match pouvait s’annoncer plus compliqué que prévu. 18ème minutes, c’est le temps qu’il a fallu aux hommes de Simeone, pour débloquer le score, sur un corner et une tête du brésilien Diego Costa. Ce joueur était très critiqué pour ses prestations moyennes et son comportement « agressif » (dans le mauvais sens du terme) contre le Real, au point de frôler l’expulsion. Il était aussi critiqué car les aficionados de l’Atletico, ne comprenaient pas pourquoi le « chouchou » Adrian était sur le banct.  Cette ouverture du score, a été légèrement contre le cours du jeu, contre une équipe de La Corogne, fidèle à elle-même, joueuse, Riki, le buteur de cette équipe, sera tout proche d’égaliser mais le poteau sauvera Courtois. Puis ? Commence le show Falcao. A l’image de son équipe, il avait été assez terne contre le Real. Quelle meilleure réponse, que de marquer 5 buts pour se remettre en confiance ? On vous recommande le 3ème but, une merveille. Mi-temps : 3-0. Le score est sévère mais la défense de La Corogne est beaucoup trop naïve pour tenir le choc. La seconde mi-temps, comme lors de la victoire de l’Atletico contre Seville (4-0), ne présente pas grand intérêt. L’Atletico gère. Oui mais voilà, Falcao a envie de faire le spectacle, d’enflammer le Calderon, déjà chaud. Il obtient un penalty et le transforme. 4-0. 67ème, 5-0 encore Falcao…jamais rassasié. Le buteur colombien va en rajouter une couche, 6-0 à la 71ème. Falcao 5, la Corogne 0. La meilleure des réponses pour se relancer après la défaite du derby. Avec un tel Falcao, l’Atletico peut plus que jamais rêver de se qualifier pour la ligue des champions ! Le Barça reste à 6 points d’écart mais les hommes de Simeone, maintiennent 5 points d’avance sur le Real. Prochain match : déplacement à Barcelone, pour le « vrai » choc de la Liga.

Les autres matches :

On retiendra la victoire de Malaga 4-0 contre Grenade et qui remonte à la 4ème place. Quand Joaquin, Saviola et Isco sont en forme, Malaga est difficilement jouable.

Valence, pour la première sur le banc de Valverde, l’emporte 1-0 à Osasuna, grâce à son buteur, Soldado. L’Espanyol, n’y arrive toujours pas, malgré le limogeage de Pochettino. Les catalans sont tenus en échec, à 11 contre 10, à la 91ème contre Seville, décevant 11ème

KarimJ