Après un petit passage du côté du Ernst Happel Stadion, histoire de voir ce stade de près, direction le Gerhard-Hanappi-Stadion avec pour objectif un billet pour le match Rapid Wien / Ried. Rien de bien compliqué, le stade n’affichera de toute façon pas complet. Devant le Stade, on retrouve une statue à la gloire de l’entraineur Autrichien Dionys Schönecker, ainsi que le musée Rapideum, avec l’ensemble des trophées et des hommages aux joueurs importants du club.

Je prends place en tribune Nord-Est, derrière les buts, avec un des groupes de supporters du Rapid. Le stade n’est pas trop mal, malgré un confort très limité au niveau des sièges. Près de nous, le parcage des supporters de Ried essaye tant bien que mal de se faire entendre. Dans la tribune opposée, un autre groupe de supporters est installé, assez nombreux et surtout très actif avec notamment 3 ou 4 banderoles déployées au cours du match. D’ailleurs, je lance un appel à toute personne germanophone pouvant nous aider à traduire ces banderoles… Bien que partiellement remplies, les tribunes sont assez actives et bruyantes, les supporters cherchant à se réchauffer par tous les moyens possibles.

Côté terrain, il s’agit là d’une belle petite affiche Bundesliga Autrichienne. Le Rapid, 3ème, reçoit le 5ème avec l’intention de se rapprocher des Red Bull Salzburg, bourreau du PSG en Europa League la saison passée. Certes, le niveau n’est pas très élevé.  Le rythme et surtout l’intensité n’ont rien avoir avec les « grands » championnats européens. Cependant, la qualité technique est au rendez-vous, le ballon est au sol et les équipes cherchent à jouer au foot, notamment les visiteurs, très entreprenants en début de match. Malgré la domination de Ried, le premier corner du Rapid sera fatal aux visiteurs. Les vert et blanc du Rapid prennent l’avantage contre le cours du jeu et ce but a le don de limiter les ardeurs adverses.  Le match va prendre progressivement une tournure étrange : Chaque équipe a ses moments de nette domination mais l’adversaire pofite de ces moments pour contrer et marquer. Ainsi, Ried égalise dans un premier temps avant d’encaisser un nouveau but en toute fin de première mi-temps. Un avantage au score très flatteur pour le Rapid.

Ce but encaissé dans les arrêts de jeu va faire beaucoup de mal aux joueurs de Ried et le début de deuxième mi-temps ne va rien arranger. Les locaux vont prendre le large grâce à un penalty de Alar qui s’offre un doublé.  Dès lors le match perd un peu en intensité mais garde toujours une bonne qualité technique. Le Rapid a pris le dessus et rien ne semble pouvoir contrarier les hommes de la capitale, encore plus lorsqu’Alan inscrit un nouveau but, d’une très belle reprise de volée qui trouve la lucarne adverse. 4/1 à dix minutes de la fin, le match semble plié et le Rapid est même très proche de s’offrir une vraie promenade de santé. Pourtant, contre toute attente, le Rapid va se mettre en difficulté. D’abord en concédant un penalty, puis en encaissant un nouveau but à la 91ème, minute. Alors que tout allait pour le mieux et que le Rapid se dirigeait vers une victoire assez « simple », le match prend une nouvelle dimension. A 4/3, les joueurs du Rapid se crispent logiquement. Ce sont néanmoins les joueurs de Ried qui vont craquer. Un carton rouge plus tard, l’arbitre siffle donc la fin du match sur cette victoire au scenario étrange.

Le lendemain, à Salzbourg, le choc autrichien accouche d’un 0/0 et l’Austria, leader incontestable du championnat permet par la même occasion au Rapid de revenir à 2 longueurs de Salzbourg, alors que Sturm Graz est en embuscade à un point du Rapid, le tout après 18 journées d’un championnat qui en compte 36 (10 équipes, chaque équipe se rencontrant à 4 reprises).

Ci-dessous, quelques photos de cette expérience autrichienne.