Ennuyeux, insipide, soporifique, … autant d’adjectifs pour qualifier le match que j’ai vécu ce mercredi 14 novembre à l’Amsterdam ArenA.

Une ville agréable, des gens sympathiques et accueillant, prêt à vous aider à la moindre question alors que vous ne faites pas un seul effort pour parler le hollandais (ami(e)s hollandais, ne m’en voulez pas, je n’arrive pas à apprécier votre langue), un stade agréable, accessible et quasi plein, tout avait pourtant bien commencé.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Oui, mais c’était sans compter sur la magie du football. Malgré une liste d’absents longue comme le bras, l’Allemagne se présente avec une équipe qui tient largement la route, même si elle paraît bien jeune. Reus, Gotze, Holtby, Müller … Qui ne voudrait avoir ne serait-ce qu’un de ces joueurs dans sa sélection ?

Côté batave, Van Gaal doit également faire face à quelques absences importantes (notamment Van Persie). L’équipe reste néanmoins joueuse mais semble cependant très loin du niveau de son adversaire du soir.

Deux équipes a priori offensives mais qui jouent toutes les deux sans véritables avant centre. Le match est lancé et première surprise : le public est étonnamment silencieux. De l’autre côté les allemands se font entendre, ce qui ne provoque aucune réaction de la part du public hollandais.5 minutes de jeu, une « ola » est lancée, à croire qu’il s’agit là d’un phénomène propres à de nombreuses sélections nationales …

Sur le terrain ce n’est pas mieux et il ne se passe absolument rien. Les Allemands sont évidemment supérieurs mais ça ne se traduit pas vraiment en termes d’occasion. Bref, l’ennui est partout et j’avoue être un peu désespéré par ce que je vis.

La deuxième mi-temps n’apportera rien de plus, si ce n’est un petit sursaut sur le terrain côté hollandais qui a eu le don de réveiller toute l’ArenA, mais ça reste bien maigre et tout rentre très vite à l’anormal (sic).

Au final, l’Allemagne aura le dernier mot avec une dernière frappe de Reus qui s’envole dans les tribunes. 0/0 merci et au revoir. Beaucoup de supporters ont déjà commencé à quitter les tribunes, au coup de sifflé final, nous emboîtons le pas. Autour du stade, tout est fait pour consommer, une vraie petite ville s’est organisée. Pas le temps de m’y arrêter, direction le métro, au revoir Amsterdam.

Rusko