Le focus de la journée : Levante/ Real Madrid.

Avant d’évoquer le déplacement du Real à Levante, revenons sur les résultats de la journée et le classement en Liga

Vivant depuis le 1er octobre en Espagne et plus précisément à Valence, il était évident que j’allais voir une paire de match de Liga. Pour autant, pas de Mestalla pour mon premier match ici, mais direction «El Estadio de la comunidad de Valencia », le stade de Levante, le second club de la ville de Valence  présent dans la Liga.

Le match attire les foules, normal devrais-je dire, les locaux reçoivent le grand Real Madrid, malgré des pluies diluviennes qui se sont abattus toutes la journée sur Valence. Dans la voiture en direction du stade, je connais une mini déception,  qui est le fait de ne pas voir Gonzalo Higuain mais surtout Karim Benzema (et oui mon côté chauvin) tout deux blessés pour ce match. Il est 20h30, h-1 avant le coup d’envoi et me voila dans l’enceinte de Levante, certes petites mais avec un aspect très chaleureux. Une chose m’inquiète : Il pleut en abondance je me pose des questions sur la bonne tenue de la rencontre sur cette pelouse.

Dès l’échauffement, mes doutes subsistent car la pelouse est clairement à la limite du praticable, le ballon est freiné par les trombes d’eau présente sur la pelouse, mais bon le match aura bien lieu.  Mourinho décide de titulariser Cristiano Ronaldo en pointe et Callejón sur le côté droit.  A noter le retour de Coentrao du côté madrilène, ce qui permet à Sergio Ramos de retrouver l’axe de la défense. Levante, quant à lui est mené avec  notamment Obafémi Martins devant et le capitaine du club et la légende vivante ici, le défenseur de 37 ans Sergio Ballesteros. Dès le début du match le premier gros incident de ce match intervient et voit David Navarro donner un coup de coude violent à Cristiano Ronaldo au niveau de l’arcade. Le match n’est pas d’une grande qualité et se résume au fait que les défenses ne prennent aucun risque et se débarrassent au plus vite de ce ballon difficile à contrôler. A la 21eme minute, suite à un coup-France frappé coté gauche de Xabi Alonso, Cristiano Ronaldo en renard des surfaces récupère le cuir et fusille Munua de près pour ouvrir le score (0-1).

En seconde mi-temps, Cristiano Ronaldo ne s’est pas remis de son choc avec Navarro et laisse sa place à Raul Albiol : choix clairement défensif de la part de Mourinho, qui décide au vue de l´état de la pelouse de solidifier son milieux de terrain en plaçant Albiol en sentinelle devant la défense. La seconde mi-temps est plus disputée de la part des joueurs de Levante, obligeant  Casillas à sortir le grand jeu, par l’intermédiaire d’El Zhar et d’Angel. Au fil du temps, les joueurs de Levante pourrissent le match en commettant de grossières fautes sur les madrilènes. Sur un de leur contre, les locaux vont parvenir à égaliser par l’intermédiaire d’Angel et provoque l’hystérie dans le stade (1-1). Mourinho décide de changer son schéma en sortant Arbeloa et en faisant entré Kaka, et sur son premier ballon, le brésilien offre une sublime passe à Callejón qui s’écroule dans la surface et pénalty pour Madrid. Ronaldo sortit, c’est Xabi Alonso qui s’exécute mais son tir est repoussé par Munua. Dès lors, on assiste à une attaque défense, et le coach madrilène choisit d’abattre sa dernière carte en faisant entrer le jeune Morata pour les 5 dernière minutes. On se dirige tout droit vers un match nul, mais à deux minutes de la fin suite à un coup franc de l’omniprésent Xabi Alonso, c’est le jeune Morata qui vient sceller la victoire difficile du Réal. (1-2)

Ce Levante/Real ne fut pas le match du siècle et je regrette que les conditions climatiques et l’état de la pelouse n’aient pas aidé les joueurs comme Özil et Di maria à exprimer leurs talent.

Adios El estadio de Levante, désormais prochaine étape, el estadio de Mestalla…