9e Journée de Serie A

Catania/Juventus

La Juventus continue son parcours brillant en championnat. 8 victoires, 1 nul en 9 matchs. 48 journées d’affilées sans défaite. Le record du Milan se rapproche (56 matchs sans perdre). Mais, il reste un gout amer de ce match. Face à une équipe de Catania redoutable à domicile, la Juventus l’a emporté grâce à un arbitrage bienveillant. Bien évident, il serait trop simple de résumer cette victoire par une simple erreur arbitrale.  Cela étant, par honnête intellectuelle, il est impossible d’y passer sous silence.

De quel fait de jeu parlons-nous ? D’un but, tout à fait valable de Bergessio en première mi-temps, accordé par Monsieur Gervasoni. Puis, le banc de la Juventus se décide d’aller protester en masse auprès de l’arbitre de touche. 30, 40 secondes se sont passées depuis l’action. Les joueurs siciliens ont fêté le but. Et puis, l’arbitre revient sur sa décision, but refusé.  Furie des joueurs de Catania. A juste titre. Le ralenti est cruel. Bergessio n’est absolument pas hors-jeu. Au moment où la Juventus commençait à tanguer sérieusement et à se faire bouger (autour de la 30ème minute), l’arbitre refuse le but. A partir de ce moment, on va assister à un autre match. Certes, la Juventus était bien rentré dans son match mais on sentait que cette équipe de Catania avait les moyens de lui poser des problèmes. Ce but refusé va faire totalement sortir les joueurs siciliens conscients d’être victime d’une grande injustice. La Juventus, conscient de cette « réussite » arbitrale va prendre les opérations en main et l’emporter grâce à un but marqué à la 57ème par le chilien Vidal, sur une frappe mal repoussée par le gardien argentin Andujar. Problème, Bentdner au début de l’action, est hors-jeu !! Certes, en suivant la règle du bénéfice du doute à l’attaquant, le but peut être accordé. Sauf que comme cet « avantage » du doute n’a pas été accordé à Bergessio (absolument pas hors-jeu en plus),  le sentiment de frustration et d’injustice légitime est encore plus grand pour Catania, qui va peu à peu enchainer les fautes de frustration. Logiquement,  Marchese, se fera expulser pour deux mains volontaires. La Juventus se contentera de gérer sans parvenir à se mettre à l’abri. Nouvelle victoire pour la Juventus, qui conforte ses 3 et 4 points d’avance sur Naples et l’Inter. La Juventus savoure un succès pas simple. Catania et toute l’Italie du football crie au scandale. La polémique fait rage. Et c’est tout ce que l’on retiendra de ce Catania/Juventus. Bien dommage qu’une erreur grossière arbitrale ait gâché un match qui était parti sur des très bonnes bases…Samedi prochain, il y aura Juventus/Inter.  La tension et les polémiques autour de l’arbitre avant et pendant ce match s’annonce terrible. Hélas.

Fiorentina/Lazio

Pour le choc de la journée entre le 4ème et le 7me, là aussi la polémique fait rage. Victoire 2-0 de la Fiorentina grâce à un superbe but de Ljajic à la 39ème et de Toni à la 90ème. La Fiorentina remonte à la 5ème place et confirme son bon début de saison. Hélas, la Lazio a eu un but valable refusé à 1-0, Mauri s’est fait expulser sévèrement…bref, cette victoire de la Fiorentina, a aussi un gout d’inachevé.

Milan/Genoa

Dernière chance offerte par les dirigeants à Allegri. Si Milan perdait ce match, cela aurait été probablement l’énième défaite de trop, d’un Milan ayant déjà perdu 5 matchs en 8 journées !! Face à une équipe du Genoa, elle aussi en crise (De Canio viré cette semaine), pour les grands débuts de son nouveau coach Del Neri, ce match s’annonçait tendu. On a assisté à un match médiocre. Une équipe du Milan en pleine crise de confiance, au fond de jeu toujours aussi fade, sans créativité, sans imagination…Le Genoa était venu pour se rassurer, clairement, assurer le 0-0 puis essayer plus si affinité….ce que le Genoa ne tentera pratiquement jamais. Bref, match ennuyant et puis, contre toute attente, alors que ce match s’enfonçait tranquillement vers un 0-0, le sauveur El-Shaaraway la nouvelle grande star du Milan (meilleur buteur de Serie A avec 6 buts marqués comme Klose et Cavani !) a offert un succès tiré par les cheveux sur un but plein d’opportuniste (77ème). Le problème, c’est qu’Abate, le latéral de cette équipe du Milan et passeur décisif, était….hors-jeu. Milan souffle mais ne se rassure pas. Allegri a sauvé sa tête mais clairement, le Milan devra confirmer dès ce mardi à Palerme, sous peine de retomber dans une crise profonde dans laquelle le Milan n’est toujours pas sortie.

L’Inter et Naples ne lâchent rien, la Roma rechute

Naples/Chievo

Victoire 1-0 pour le Napoli grâce à un but d’Hamsik à la 58ème.  Naples était attendu au tournant après sa défaite lors de la Juventus samedi dernier ainsi que sa piètre prestation en Europa League (défaite 3-1 en Ukraine). En résumé, la question était de savoir si cette équipe de Naples doutait. La réponse est à priori non. Face à une équipe du Chievo inoffensive et qui ne sera pas loin de descendre en fin de saison, Naples l’a emporté facilement en dépit d’un score étriqué. Avec plus de réalisme, c’est un match que Naples aurait gagné en toute facilité. Naples, après une semaine difficile, se rassure et reste dans la course au titre grâce à cette victoire, à 4 points de la Juventus.

Bologne/Inter

7ème victoire d’affilées pour l’Inter toute compétition confondue. Cet Inter commence à ressembler à une très belle équipe. Costaude défensivement avec son trio Samuel-Ranocchia et Juan (révélation de ce début de saison à l’Inter), articulé autour d’un milieu travailleur (Gargano, Cambiasso en très grande forme et Mundigayi) ainsi que d’une attaque explosive (Milito-Palacio-Cassano). Victoire toute en maitrise sur un terrain difficile. L’Inter a gagné comme une équipe de tête, avec du caractère, détermination. On sent une sérénité toute nouvelle dans cette équipe.  Au point où le mot « scudetto » n’est plus tabou. Cette semaine s’annonce capitale, journée en milieu de semaine et surtout, samedi à 20h45, le derby d’Italie, le choc Juventus/Inter. Ce match permettra de situer le véritable niveau de l’Inter et de voir si cette équipe est capable d’aller « chercher » la Juventus pour l’empêcher d’enchainer un deuxième titre de champion d’Italie.

Roma/Udinese 

Cette équipe de la Roma est incroyable, capable du meilleur et surtout du pire. Pour la deuxième fois de la saison, la Roma perd à domicile après avoir mené 2-0. Cette équipe joue bien, propose par moment des séquences de jeu enthousiasmantes. Le problème, c’est qu’elle n’a aucun équilibre tactique. On a le sentiment de voir une équipe jouer un match amical, prendre aucune précaution défensive. Oui, Zeman est connu pour avoir des équipes ayant la meilleure attaque mais aussi la pire défense.

Cette Roma n’y fait pas exception. Meilleure attaque mais pire défense. Les critiques fusent sur Zeman. Mais je crois, que le plus grand point faible de cette Roma, n’est pas son coach. Comme ce n’était pas Luis Enrique le responsable du fiasco de la saison passée. Le grand problème de cette équipe, c’est son recrutement. Des nombreux joueurs recrutés n’ont pas le niveau. Talentueux, certes mais dans un championnat aussi difficile que celui du championnat italien, il faut avoir un mental costaud, être intelligent tactiquement. De toute évidence, de nombreux joueurs dans cette équipe n’ont ni l’un ni l’autre. Une nouvelle saison difficile en perspective pour la Roma ? On peut le craindre.

KarimJ