Après une 12ème journée assez terne, les russes nous ont offert une bien belle 13ème journée, pleine de rebondissement et ponctuée de quelques surprises.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Surprise moldave

En parlant de surprise, la première nous est venue tout droit du Lokomotiv Stadium où, en match avancé, le Lokomotiv recevait l’Amkar. C’est pourtant le Lokomotiv qui s’est montré le plus entreprenant et ce dès le début du match. Mais, comme face à Rostov la semaine passée, les hommes de Bilic ont toutes les peines du monde à trouver le chemin de filets. Dans ces cas là, c’est souvent l’adversaire qui en profite et ça n’a pas manqué. Alors que Pavlyuchenko avait égalisé avant la mi-temps, répondant ainsi à un contre fulgurant de l’Amkar conclu par Peev, les partenaires de Glushakov se sont fait surprendre en toute fin de match. Un tir sur la barre, une défense arrêtée et le moldave Picusceac en profite pour réaliser le hold-up parfait.

Énorme déception pour le Lokomotiv, assez nettement supérieur dans le jeu, mais incapable de conclure et de transformer les occasions qui se présentent et qui enchaîne donc un 4° match sans victoire.

Fort de leur belle victoire en Ligue des Champions, la première dans ce groupe, face à Benfica en milieu de semaine, le Spartak a enchainé sans trembler en battant Mordovia grâce à des buts de Jurado en fin de première mi-temps et Bilyaletdinov en 2°. Après deux défaites consécutives en championnat, les hommes d’Emery reprennent leur marche en avant et devront profiter d’un calendrier a priori favorable lors des 4 prochaines journées, bien qu’ils devront se déplacer à trois reprises (déplacement à Rostov, Samara et Nizhny Novgorod, pour une réception de Krasnodar).

Scenario fou et victoires étriquées

On attendait beaucoup du déplacement du Zenit à Vladikavkaz, un Zenit en bonne forme au niveau des résultats mais toujours brouillon dans le jeu. C’est sans Shirokov et sans Hulk que se présente ce Zenit face à l’Alanya. Witsel est bien présent au milieu, au côté de Semak et Zyrianov, Faizulin décale côté gauche et Bystrov retrouve son poste côté droit.

Le match démarre plutôt bien et, même si le Zenit est loin d’être impérial, Kerzhakov se voit offrir l’occasion d’ouvrir le score sur penalty. Le penalty est repoussé mais Bystrov a bien suivi et ouvre le score. Dès lors, le Zenit gère plutôt bien son avantage et Semak a même l’opportunité de doubler la mise.

Mais, on sent bien que ce Zenit n’est pas au mieux et l’Alanya va en profiter pour dans un premier temps égaliser, puis prendre l’avantage en fin de première mi-temps. Khozin, auteur des deux buts, trouera même les filets sur le deuxième but, un coup franc puissant à ras du sol.

Mené au score, et incapable d’inverser la situation, Spaletti lance toutes ses forces dans la bataille. Kannunikov, puis Djordjevic entre en jeu. Mais c’est de Kerzhakov que va venir la lumière. Un coup franc parfaitement tiré par l’avant centre russe permet au Zenit d’égaliser à 20 minutes de la fin. Dès lors, le Zenit va vraiment prendre le match en main, sans pour autant se montrer réellement dangereux. C’est finalement une action de jeu pour le moins étrange qui va décider du sort du match. On joue la 88ème minute, Alanya obtient un coup franc dans ses 20 mètres. Le ballon est arrêté, un joueur fait une passe dans le vide, comme pour remettre le ballon au bon endroit. Malin, Ziryanov récupère le ballon et trouve Kerzhakov en une touche. Lancé à la limite du hors-jeu, ce dernier ne se fait pas prier et offre une victoire précieuse à son équipe. Les protestations des joueurs de l’Alanya n’y changeront rien, le Zenit s’impose et se relance au classement.

Dans le premier match de la journée de dimanche, Kokorin a une nouvelle fois offert la victoire au Dinamo. Le club moscovite obtient là sa quatrième victoire en cinq matchs et peut, enfin, voir l’avenir sous de meilleurs auspices.

Dans le match au sommet de cette 13ème journée, le CSKA est allé cherché un excellent résultat sur la pelouse de Grozny. C’est pourtant Ailton qui avait ouvert le score dès la 8° minute. Un avantage de courte durée, puisque Honda égalisait à la 25ème minute. Dans un match enlevé où chaque équipe a su se montrer dangereuse, c’est finalement le CSKA, un peu plus entreprenant, qui s’en est sorti grâce à ses deux suédois. Un coup franc de Elm pour la tête de Wernbloom et le CSKA repart de la capitale Tchétchéne avec une précieuse victoire qui leur offre la place de leader, en attendant le match de l’Anzhi.

Duel entre européens

Pour le dernier match de la journée, l’Anzhi a un déplacement périlleux à effectuer à Kazan. Le Rubin, en très bonne voie pour la qualification en Europa League, prend d’ailleurs les choses en main dès le début du match et Kuzmin profite d’un bon travail de Rondon pour ouvrir le score dès la 5° minute. Mais l’Anzhi n’est pas leader pour rien. Hiddink est venu pour gagner et affirmer le leadership de son équipe. Bien lancé par Zhirkov, Lacina Traoré trompe, en deux temps, Ryzhikov et remet les deux équipes à égalité cinq minutes après l’ouverture du score du Rubin.

Le rythme ne faiblit pas, les deux équipes se rendent coups pour coups dans ce début de match. C’est alors que Kasaev hérite du ballon et place une frappe somptueuse qui, après avoir heurtée la barre, trompe Gabulov. On ne joue que depuis 20 minutes et le Rubin mène alors 2/1.

Les partenaires se Samuel Eto’o vont alors tout tenter pour revenir dans ce match, mais rien ni fera, pas même cette dernière action de Traoré qui finit dans les bras de Ryzhikov. L’Anzhi concède sa deuxième défaite de la semaine après celle subie à Liverpool en Europa League, et laisse le fauteuil de leader au CSKA avant de recevoir le Terek dans un match qui s’annonce bouillant.

 Rusko