Voici les résultats de la journée

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Valenciennes/Lorient … Jeu, set et Match Sanchez

Ccette rencontre opposait deux entraîneurs  dont on vante souvent les qualités. D’un côté Sanchez, de l’autre Gourcuff. Si on devait juger un match au nom des équipes qui s’affrontent, cette affiche entre Valenciennes et Lorient ne susciterait sans doute aucun intérêt.  Nous avons tous encore en tête la probante victoire des hommes de Daniel Sanchez face à l’OM, alors invaincus. Et que dire de Lorient qui a certainement participé au meilleur match de ce début de saison face à l’OL juste avant la trêve. Ces deux équipes agréables à voir évoluer, porter sur le jeu plus que sur la destruction de jeu avaient donc rendez-vous au stade du Hainaut pour le plaisir de spectateurs.

Petite revue d’effectif

Pour ce match, Sanchez est privé de Mater, Nery et Pujol notamment. Ces absences conditionnent le choix défensifs du coach valenciennois. Ducourtioux redescend pour évoluer latéral droit alors que Bong se charge du côté gauche. Dans l’axe, la charnière Isimat-Mirin/Gil donne entière satisfaction et allie parfaitement qualités physiques et techniques notamment dans la première relance avec Gil.

Au milieu, Sanchez est épaulé par Agoua pourtant défenseur. Les côtés seront animés par Dossevi à droite et le toujours très bon Danic à gauche. Devant, Kadir vient en soutien de Le Tallec. Pour être complet, n’oublions pas Penneteau dans les buts.

Côté lorientais, Gourcuff doit se passer de Ecuélé Manga, Mareque et Coutadeur. Audart prend sa place habituelle dans les buts. Devant lui Lautoa est préféré à Bourillon pour former la charnière avec Lamine Koné. Pour compléter la défense, on retrouve Baca à gauche et Le Lan à droite. Comme à son habitude, Gourcuff met en place un milieu joueur et technique avec Romao, Corgnet et Traoré. Jouffre et Monnet-Paquet animent les côtés alors qu’Alliadière a la tâche de bonifier le bon travail de ses milieux.

C’est « party »

Le début de match va convaincre les derniers sceptiques : nous allons assister à un vrai bon match de foot. Le ballon est à terre, et court beaucoup. Les joueurs sont tout de suite impliqués et portés vers l’avant. Et c’est Lorient qui va frapper le premier par Corgnet sur un corner de Traoré.

Loin de se laisser abattre par cette ouverture du score lorientaise, sûrs de leur force, notamment à domicile, les valenciennois repartent de plus belle et très vite les compteurs sont remis à zéro sur une action similaire au but lorientais avec pour protagoniste Ducourtioux au corner et Sanchez à la reprise. Tout va très vite dans ce match et on n’a pas le temps de souffler que Le Tallec donne l’avantage à son équipe. Devant au score, les hommes de Daniel Sanchez ne s’arrêtent pas en si bon chemin et continuent de mener leurs offensives jusqu’aux 16 mètres adverses. D’autant plus que, pour la 5° fois cette saison, un lorientais est contraint de rejoindre les vestiaires précipitamment. Le Lan est en effet expulsé pour un tacle trop appuyé sur Kadir.

Ce fait de jeu ne change rien aux plans valenciennes qui continuent d’attaquer à tout va. Les latéraux participent activement au jeu et les lorientais doivent faire face aux vagues rouges qui s’abattent sur les buts d’Audart. Lorient soit se contenter des miettes, c’est maigre certes, mais suffisant tant on cette équipe respire le foot.

La deuxième mi-temps sera tout aussi spectaculaire mais sera surtout à sens unique. Un penalty de Danic très tôt scelle le sort du match. Mais Valenciennes continue de jouer et de chercher à se faire plaisir. Le match tourne un peu plus au cauchemar lorsqu’Emeghara, tout juste entré en jeu, rejoint Le Lan aux vestiaires et laisse son équipe à 9 pour la deuxième fois de la saison. Les dix dernières minutes seront un supplice pour les bretons qui verront Le Tallec et Aboubakar (par deux fois) alourdir l’addition.

Lorient a joué pratiquement out le match en infériorité numérique, mais la performance de Valenciennes ne doit pas être mésestimée. Les Lorientais, quant à eux, concèdent leur première défaite de la saison. Si dans le jeu, il n’y a aucune inquiétude à se faire, Christian Gourcuff va devoir se pencher sur la discipline et l’excès d’engagement (sans être méchant pour autant) qui a vu son équipe récolter pas moins de 6 cartons rouges en 9 matchs de championnat.

The Wolfman