Résultats de la journée et classement

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Retour sur un « classique » OM/PSG version low cost …

Dimanche soir, 23h, le match à peine terminé et j’ai la désagréable sensation d’avoir perdu mon temps. Cet OM/PSG qui occupait tout l’espace médiatique sportif français depuis une semaine a accouché d’un pauvre spectacle.

Le début de match est conforme à ce qu’on attend. L’OM rentre parfaitement dans le match et semble faire ce qu’il faut. Implication, agressivité dans le duel. Le PSG quant à lui est absent des débats, à l’image d’un Pastore dont le regard en dit long sur ce que sera sa performance. On assiste à 45 minutes d’une qualité moyenne, sauvée par le duel à distance Ibrahimiovic/Gignac, le premier répondant à l’ouverture du score du second par l’intermédiaire de deux exploits individuels de grande classe, des gestes parfois loin des gestes de footballeur.

La deuxième mi-temps sera alors une parodie de football. L’OM attend le PSG en contre. Le PSG quant à lui ne semble pas décidé à prendre des risques. Ancelotti optera pour un choix étrange, avec l’entrée de Armand et de Van der Wiel à la place de Verrati et Menez.. L’intention d’Ancelotti  est donc claire : Il veut verrouiller les cotés, mettre son autobus de « luxe » puisqu’il terminera avec 8 joueurs à vocation défensive et attendra l’exploit de Zlatan. Une prise de risque limitée (Nene restant sur le banc), sans réelle ambition, si ce n’est de prendre un point en évitant à tout prix une défaite qui provoquerait les premiers remous après la défaite à Porto trois jours plus tôt.

Un manque d’engagement … une défaillance ?

En voyant le match du PSG cette année, j’ai immédiatement pensé au match de l’année dernière, avec des lacunes assez comparables : Un manque criant d’agressivité, résumé par  la prestation de  Pastore fantomatique pendant 45 minutes, remplacé à la mi-temps par Gameiro. Le nombre de débats autour de ce joueur est à peine croyable. Tout a été dit ou presque. Certains le considèrent comme un grand joueur, joueur top classe. On oublie que ce joueur n’a pas joué de grand match. D’autres le font passer pour un joueur moyen en faisant constamment référence à l’argent de son transfert. Au final, il est difficile de s’y retrouver.  La vérité est certainement au milieu, à savoir que c’est un jeune joueur talentueux, mais bourré de lacunes (physiques, mentales) le situant actuellement très loin du haut niveau. A l’image de Verrati que certains médias érigent en nouveau Pirlo après quelques bons matchs de l1 contre Sochaux ou Bastia. Ces joueurs sont des joueurs talentueux, parmi tant d’autres. Pour réussir et devenir un top joueur, il faut surtout travailler. A la différence d’un joueur moins doué (qui a conscience que pour réussir et devenir bon, il va falloir travailler et redoubler d’efforts), les joueurs talentueux peuvent tomber dans le laisser aller, dans la facilité et négliger les efforts. Bodmer en est le parfait exemple. Le talent est finalement un piège. C’est tout le travail qui attend Ancelotti. Mais Ancelotti n’est pas un magicien et ne pourra faire éclore la graine de « futur grand joueur » que si le joueur l’a en lui et le veut réellement et si son approche mentale est cohérente avec les nouvelles exigences du club. En effet, Le PSG, ressemble à une étape de Tour de France. Il y a les coureurs à l’aise sur les étapes de plaines  mais qui montrent des signes inquiétants dès l’approche de la montagne. C’est le cas de Bodmer qui semble coincer. Pastore et Menez  montrent  également quelques inquiétudes.  Jallet et Sakho sont également à surveiller …

A l’inverse, d’autres semblent  suivre le rythme et montent les cols de 4ème catégories au train. Je pense à Matuidi, que je trouve très bon. Hier il aurait pu sortir du match,  bien aidé par un idiot au bord de  la route qui le gène avec son appareil photo (Amalfitano se reconnaitra). Il n’a rien dit, est resté dans son match, est remonté sur son (ptit) vélo et a rattrapé ses coéquipiers.

… ou un choix assumé ?

Ce manque d’engagement de la part de joueurs parisiens me remémore les propos récents de David Ginola autour de ce match. Ginola déclara que le PSG n’avait pas toujours eu dans le passé, l’attitude et l’état d’esprit pour gagner ce genre de match. Il avouait que si le PSG avait eu le même comportement que l’OM, il aurait gagné plus de Classiso. Seulement, à travers ce match, il y a aussi une opposition de styles, d’images entre les deux clubs. L’OM a l’image du club qui « mes les coups » à la différence d’un PSG qui entretient l’image de classe et qui gagnera par le jeu, comme si le PSG refusait d’imiter l’ennemi en rentrant dans la « baston » pour gagner. A l’image d’un Mourinho qui pendant longtemps a refusé de rivaliser dans le jeu face au Barca, en essayant de se différencier, comme si c’était une honte de copier la méthode de « l’ennemi ». Ainsi il a développé son style de jeu version « voyou », déjouant complètement, quitte à bafouer l’image du Real. Dernièrement, le Mou a changé son fusil d’épaule et montré qu’en respectant l’ histoire de son club, (en rivalisant dans le jeu de l’adversaire), il arrivait à mettre en danger cette équipe du Barça.

L’engagement, l’impact, le jeu rude ne semblent pas PSG-compatible. Est-ce une raison qui a poussé Ancelotti a opté pour un milieu plutôt joueur (Matuidi, Verrati, Chantome) au détriment d’un milieu plus dense avec comme solution Sissoko ? Peut être …  Ainsi, le PSG aurait il du muscler son jeu ? Le PSG aurait-il du au contraire, jouer davantage et prendre des risques ? Chacun se fera son avis …

The Wolfman