6 matchs, 6 victoires, 19 buts marqués, 2 encaissés, des statistiques impressionnantes mais le début de saison du Bayern va au delà des simples stats.

Un recrutement ciblé et ambitieux avec les arrivées de Shaqiri, Dante, Mandzukic, Pizarro et de Javi Martinez pour mettre fin à l’hégémonie du Borussia Dortmund, double champion en titre, et oublier une fin de saison maussade ponctuée de deux défaites en finale de coupe et des joueurs particulièrement marqués par la défaites aux tirs au but contre Chelsea dans l’antre bavarois, l’Allianz Arena. Le Bayern n’a plus remporté de titre depuis le début de saison 2010 et la situation ne peut pas durer, tant sur le plan national que sur le plan européen.

Une Super Cup pour débuter

L’anomalie est vite réglée. Finaliste de la dernière coupe d’Allemagne, défait par le Borussia Dortmund, le Bayern a l’occasion d’enfin battre le Borussa dans le premier match officiel de la saison qui oppose donc les deux rivaux dans le cadre de la Super Cup. Un début de match parfait, au cours duquel, le Bayern étouffe littéralement le Borussia. Résultat : 2/0 après 11 minutes de jeu grâce à des buts de Mandzukic et Muller. Le Bayern est prêt et le montre. Le retour du Borussia en deuxième mi-temps et la réduction du score par Lewandowski ne changera rien, le Bayern bat enfin le Borussia et surtout remporte son premier titre depuis 2010 ! La saison est lancée

Une début de saison facile

Une victoire en coupe d’Allemagne face au modeste Jahn Regensburg et le championnat peut enfin démarrer.

Autant dire que le Bayern est prêt à en découdre. 3/0 chez le promus Greuther Furth, puis 6/1 face à Stuttgart et 3/1 face à Mayence. Des matchs largement à la portée des bavarois mais la manière est au rendez-vous. Dante s’impose en défense centrale et sa qualité de relance se révèle précieuse. Badstuber à gauche fait le boulot en attendant le retour d’Alaba, alors que Lahm et Boateng complètent le quatuor défensif. Contrairement à la défense, le milieu et l’attaque du Bayern change en fonction des matchs. Et c’est là qu’on se rend compte de la richesse de l’effectif bavarois. Schweinsteiger, Luiz Gustavo, Javi Martinez ou encore Tymoschuk se disputent les places de milieur défensif/relayeur. Robben et Ribéry sur les côtés peuvent être suppléer par Muller ou encore Shaqiri, même si ce dernier est plus utile dans l’axe derrière l’attaquant, poste qu’occuper l’excellent Toni Kroos. Devant, Mandzukic confirme son euro et inscrit but sur but, alors que Pizarro n’a pas encore ouvert son compteur but. Notons que Gomez est encore convalescent, ce qui n’empêche pas son équipe d’enquiller les buts.

Une montée en puissance

Après un premier test avec un match de Ligue des Champions bien maîtrisé face aux espagnols de Valence, le Bayern avait son premier vrai gros test de la saison, à Gelsenkirchen face à Schalke 04. Et que dire, si ce n’est que le Bayern a passé le test avec mention. Une victoire probante acquise en 3 minutes en début de seconde période, avec des buts de Kroos et Muller. Un match parfaitement maitrisé qui a vu le Bayern étouffer son adversaire et ne lui laisser que très peu d’occasion de se montrer dangereux (Huntelaar n’a d’ailleurs rien eu à se mettre sous la dent).

Quelques jours plus tard, le Bayern donne une nouvelle leçon de foot, cette fois à Wolfsburg, avant de se rendre à Breme pour un autre test important face au Werder.

Face à une équipe de Breme accrocheuse et bien en place défensivement, le Bayern a pris son temps. Une gestion des événements assez déconcertante, tant on sent une force se dégager de cette équipe. Malgré la résistance et le bon match des hommes de Tomas Schaaf, le Werder craque et, à dix minutes de la fin, Luiz Gustavo ouvre le score d’une merveille de frappe placée, presque en feuille morte, à l’entrée de la surface. Quelques minutes plus tard, pour entériné la victoire des siens, Mandzukic profite du bon travail de Shaqiri pour crucifier le Werder sur un contre ultra rapide et précis. 2/0 score finale. Le Bayern obtient sa 6° victoire en autant de matchs en championnat et possède sept points d’avance sur son principal rival, le Borussia Dortmund et deux sur le surprenant Eintracht Francfort.

Rusko