Résultats de la journée et classement.

Retour sur la 5ème journée de Serie A

Focus de cette 5ème journée : Fiorentina/Juventus.

Effectivement, au classement, le choc de cette journée était Naples (2ème) contre la Lazio (3ème). Mais historiquement, culturellement, le match de cette journée était Fiorentina/Juventus et la très grande rivalité entre ces deux clubs. En effet les tifosi et les dirigeants de la Fiorentina n’ont jamais digéré le départ de la star Roberto Baggio au début des années 1990 pour la Juventus. Cette rivalité s’est encore plus réveillée depuis cet été. En effet, la Juventus a voulu « piquer » Berbatov, promis à la Fiorentina, qui avait son billet d’avion pour Florence et qui finalement a signé à Fulham !

Une Juventus bougée, bousculée par une excellente équipe de la Viola qui a confirmée tout le bien que l’on pensait d’elle.

Bref, retour en détail sur le match. Rarement depuis l’arrivée de Conte, la Juventus n’a été aussi près de s’incliner en championnat. Il faut remonter au Napoli/Juventus (3-3) de la saison passée, pour se souvenir d’une Juventus autant heureuse de repartir avec un point. Oui mais voilà, c’est la force de la Juventus, même dans un mauvais jour, elle s’en sort. Ce nul a montré que même en très grande difficulté, la Juventus sait se serrer les coudes, faire front et qu’elle bénéficie toujours de cette petite réussite supplémentaire. Ainsi, elle poursuit son incroyable série d’invincibilité en championnat (44 matches sans défaite).

La Fiorentina, pour moi l’outsider de la saison. Ce club a réalisé un excellent recrutement, Vincenzo Montella a redonné de l’enthousiasme à un environnement qui en manquait cruellement depuis le départ de Prandelli. Une Fiorentina qui respire le foot, articulée autour d’un 3-5-2, « marque » de fabrique de Montella. Pizarro et Valero ont régalé contre la Juventus, fait la loi au milieu (alors que c’est le point fort de cette Juventus). Cette équipe de la Fiorentina dans l’ensemble a été superbe. Au point que son président, Delle Valle, a dit qu’il s’agissait d’une plus beau match à Florence depuis 10 ans ! Compliment exagéré ? En tout cas, cela montre à quel point l’environnement de la Fiorentina est confiant mais aussi, que de l’entraineur, aux dirigeants, en passant par les tifosi et les joueurs, tous croient en ce nouveau projet.  Autour de 40 000 tifosi au stadio Artemio Franchi, là aussi c’est un signe, pour un stade de plus en plus déserté ces dernières saisons…

Bref, le jeu de la Fiorentina est emballant, le futur de ce nouveau projet, s’annonce radieux. La Viola sera à suivre de près pour la course à l’Europe, son effectif est de qualité, large et en plus, elle ne dispute aucune coupe d’Europe.

Retour sur les autres matches :

L’affiche au classement, était donc ce Naples/Lazio. La Lazio, surprise de ce début de saison et sur sa lancée de la saison passée (4ème), a enchainée une seconde défaite de suite.. Une défaite lourde, 3-0. On signalera une défense la Lazio catastrophique et un Mickael Ciani totalement dépassé face à ce diable de Cavani et hors du coup.

La Lazio devra vite se remobiliser après cette lourde défaite, sous peine de gâcher son bon début de saison.

Naples, a frappé fort, sans forcer, le duo Hamsik-Cavani (absolument intenable et le meilleur attaquant de cette Serie A) a « explosé » la Lazio. On sent que par rapport aux années précédentes, que Naples est vraiment armé pour durer. Cette équipe semble avoir atteint la maturité nécessaire pour jouer le scudetto. C’est un groupe qui se connaît parfaitement bien, a été renforcé quantativement par des joueurs d’expérience cet été, le duo De Laureentis (président) et Mazarri (le coach) ne cesse de faire progresser ce club et de repousser toutes les limites. Oui, Naples est clairement entrain de se dégager comme la seule équipe capable d’empêcher la Juventus de remporter un second titre de suite de champion d’Italie.

Pour les autres faits marquants de la journée, on notera les victoires des deux équipes milanaises :

1ère victoire de la saison à domicile à San Siro pour le Milan, emmené par un El-Shaarawy intenable et auteur d’un doublé. Galliani a osé la comparaison avec Eto’o en fin de match…on va dire qu’il a fait cette déclaration très tard, pour justifier une comparaison qui n’a pas lieu d’être. Bref, Allegri éloigne (pour combien de temps ?), les mauvaises ondes et les rumeurs sur son futur sort…

Ce match restera cela étant, négativement dans le livre des tristes records, puisque le Milan a enregistré sa plus faible affluence à domicile depuis l’arrivée il y a 26 ans de cela de Berlusconi (seulement 28 005 tifosi dans un stade de 82 000 places !!)

L’Inter, après sa défaite surprise à domicile contre Sienne, dimanche dernier, a réagi en enchainant sa 3ème victoire (2-0 contre le Chievo) de suite à l’extérieur ! C’est le paradoxe de l’Inter de cette saison : 2 défaites en 2 journées à domicile, 3 victoires en 3 matches à l’extérieur…

Là aussi, Stramaccioni se rassure et éloigne les critiques qui pleuvaient depuis dimanche. J’avais dit à la suite de la défaite de Sienne, que Stramaccioni devait se montrer moins ambitieux  dans le jeu avec cette équipe de l’Inter, sous peine de vivre une nouvelle saison très difficile. A Vérone, l’Inter a joué en étant très prudent, très concentré sur les tâches défensives et sans proposer de jeu, à remporter une victoire précieuse et qui relance le morale.

Pour conclure, on notera une Roma encore décevante, incapable de se défaire d’une étonnante équipe de la Sampdoria, qui a pourtant joué à dix, durant pratiquement toute la seconde mi-temps. A signaler aussi la défaite de Palerme chez le promu Pescara, qui malgré le changement d’entraineur ( Sannino remplacé par Gasparini), s’enfonce dans la crise .

KarimJ