Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un point sur cette 3ème journée, riche en buts. Le carton du jour est à mettre à l’actif des stéphanois. Après un non-match à Toulouse, les stéphanois ont plutôt bien réagi à Geoffroy-Guichard en s’imposant 4-0 face à  Brest, diminuée par les absences conjuguées d’Alphonse, Grougi, Baysse et Kantari. Les trois premiers points des Verts pourraient enfin lancer leur saison après deux revers consécutifs. Dans la même situation comptable que l’ASSE avant cette journée, Rennes s’offre la victoire sur Bastia (3-2), grâce à un but d’ M’Vila (en cadeau d’adieu ?). Valenciennes confirme son bon début de saison en s’imposant assez facilement contre l’ACA, sur le score de 3-0. Marseille continue son sans faute en s’imposant à Montpellier grâce à Gignac. Evian et Lyon se partagent les points (1-1), tout comme Troyes et Lorient (2-2). Enfin, le PSG enchaine son troisième match nul. Paris n’a jamais semblé en mesure de trouver la solution à domicile face à une équipe de Bordeaux, assez remaniée en vue du match d’Europa League retour contre l’Etoile Rouge. On ne peut qu’être déçu du spectacle proposé par les deux équipes.

 Fil rouge de la journée : Nice – Lille

Après son déplacement européen raté en milieu de semaine (défaite contre le FC Copenhague 1-0), Lille enchainait avec un déplacement difficile à Nice pour le compte de cette troisième journée. Rudy Garcia a choisi de laisser des hommes au repos pour le match retour de tour préliminaire de ligue des champions. Mavuba, De Melo, Chedjou, Martin sont sur le banc. Bonnart, Bruno, Pedretti, Roux et Rozenhal sont titulaires et Sidibe remplace Debuchy, touché à la cheville en amical avec l’équipe de France.

Du coté Niçois, de nombreux changements ont eu lieu cette saison. Puel est arrivé. Clerc, Monzon et  Mounier ont fait leurs valises, remplacés par Palun, Kolodziejczak et Bauthéac. Ospina, en partance, est sur le banc et remplacé par Delle. La charnière niçoise Civelli-Pejcinovic est quant à elle, bien présente. A noter la titularisation du jeune Niçois Bosetti, tout juste passé pro cet été.

Le match débute sur un rythme agréable. Les dix premières minutes sont dominées par les Lillois, profitant d’espace au milieu de terrain. Payet oblige Delle a effectué le premier arrêt du match. La réponse des niçois ne se fait pas attendre. Parti à la limite du hors jeu, Bosetti tente une balle piquée et oblige Landreau à un arrêt de grande classe. Les deux équipes se rendent coup pour coup mais les gardiens répondent présents et gagent leur duels. Landreau détourne une tête de Dja DjeDje pendant que Delle intervient parfaitement sur la frappe lourde de Payet.

Après 10 minutes difficiles, les niçois commencent à prendre le jeu à leur compte. A la demi-heure de jeu, Pecinovic se retrouve seul devant Landreau, mais sa frappe à bout portant est encore sortie par le gardien Lillois, impeccable jusqu’à présent. Les Niçois s’exposent et sur une erreur de relance de Civelli, Payet bien servi par Balmont ouvre le score d’une belle frappe puissante. 1/0.

Les niçois ne tardent pas à réagir. A la suite d’un coup franc parfaitement frappé par Bosetti, Pejcinovic, libre de tout marquage, reprend victorieusement le ballon et ne laisse aucune chance à Mika Landreau. Ce but, juste avant la mi-temps, vient récompenser les niçois de leur bonne première mi-temps et de leur bonne intention.

La deuxième mi-temps redémarre sur un autre rythme. Les duels sont rudes et le jeu devient haché. Sur un modèle de contre, Camel Meriem, tout juste rentré à la place d’Anin, récupère un ballon au 25ème et sert Bauthéac en profondeur. La frappe du milieu gauche niçois vient se loger dans la lucarne. Landreau ne peut rien faire et s’incline logiquement. Un avantage de courte durée (4 minutes) pour les niçois. En effet, à la suite d’une mauvaise relance de Civelli, Sidibe, monté au avant poste, récupère le ballon, se joue de la défense niçoise et vient loger le ballon entre les jambes du porter niçois. 2/2.

Il reste 30 minutes à jouer et les deux équipes ne comptent pas se satisfaire du match nul. Malgré toutes les bonnes intentions niçoises, le festival Landreau continue. Suite à un corner niçois à la 66ème, Landreau sort le ballon sur sa ligne d’une splendide manchette (qui rappelle les arrêts d’Alonzo). 7 minutes plus tard, les niçois obtiennent un coup franc aux abords de la surface Lilloise. La frappe de Bauthéac est contrée par le mur mais Landreau, pris à contre pied, a le réflexe de tendre sa main droite pour sortir le ballon en corner. Didier Deschamps, sélectionneur de l’équipe de France, doit apprécier. Les vingt dernières minutes ne donneront rien. Le match se termine sur un score de 2/2, plutôt flatteur pour les joueurs Lillois. Landreau est incontestablement l’homme du match, multipliant les arrêts de grande classe. Les niçois quant à eux, peuvent nourrir des regrets.

J’ai été agréablement surpris par cette équipe niçoise, notamment par Bosetti et Bauthéac. Par ailleurs, l’OCG Nice possède des joueurs de caractères (Digard, Anin, Pejcinovic, Civelli), une génération gambardella qui pointe le bout de son nez et un entraineur qui sait travailler avec les jeunes. Un beau mélange qui devrait laisser le club azuréen relativement tranquille dans la course au maintien cette saison.

The Wolfman