Ce diaporama nécessite JavaScript.

Супер Суббота (Super Samedi)

Un derby moscovite, un remake de la super coupe et une terrible performance.

Loko – Dinamo

Pour mon dernier match de championnat au stade, j’ai été plutôt gâté en terme de scenario et début marqué. Privé de Kuranyi, le nouvel entraîneur du Dinamo, Dan Petrescu, fait confiance à Kokorin àla finition. Et bien lui en a pris. Alors que le Lokomotiv est mieux entrer dans la rencontre et pose son jeu petit à petit, une passe affreuse de Burlak au milieu du terrain directement à l’adversaire ouvre la brèche dans la défense du Lokomotiv. Lancé en profondeur, Kokorin resiste au retour de Corluka pour tromper Kreshich et ouvrir le score. Le Lokomotiv ne se laisse pas abattre pour autant. Les supporters poussent et 10 minutes après l’ouverture du score du Dinamo, c’est Maicon qui, de la tête, vient couper la trajectoire du coup franc de Samedov et remettre les 2 équipes à égalité, profitant d’une sortie peu opprtune de Shunin et de l’absence de défenseur du Dinamo. Le match est assez étrange. Le niveau est plutôt bon, mais, malgré la faiblesse des défenses, les attaquants des deux équipes ne parviennent que très peu à créer le danger.

Côté tribune, les supporters du Lokomotiv n’ont toujours pas digéré la venue de l’Anzhi dans leur stade (cf rubrique Europa League) et invitent les supporters du Dinamo à insulter l’Anzhi, ce que ces derniers font volontiers. À la pause, le score est donc de un but partout. Le Lokomotiv semble supérieur dans le jeu, mais Pavlyuchenko a beaucoup de mal et Caicedo est transparent.

La deuxième mi-temps repart sur les mêmes bases. Les défenses sont toujours aussi hasardeuses et sur une erreur de placement de la défense du Lokomotiv, Kokorin trouve parfaitement Dzsudzsak dans la surface. Le hongrois ne se fait pas prier et voit sa frappe au premier poteau tromper un Kreshich encore une fois peu inspiré. A noter que Corluka s’est blessé et doit céder sa place. Et ce n’est pas fini. Quelques minutes plus tard, sur un nouveau coup franc de Samedov, c’est N’doye, entré en jeu à la mi-temps à la place de Pavlyuchenko, qui permet à son équipe d’égaliser une nouvelle fois. Tout est alors réuni pour que le Lokomotiv remporte ce match. Les supporters sont chauds et prêts à pousser leur équipe jusqu’à la victoire, il n’en sera rien. Trop faible et trop statique, la défense du Lokomotiv laisse Dzsudzsak récupérer un centre qui semblait perdu. Le hongrois se joue alors facilement d’un Eschenko peu pressant et centre pour Noboa qui, sans réel adversaire, trompe de la tête Kreshich.

Cette fois, c’est bien fini. Malgré une nouvelle grosse opportunité sur coup franc pour le Lokomotiv, le Dinamo s’impose et empoche ses premiers points de la saison. Le Dinamo devrait remonter petit à petit au classement, alors que dans le même temps, le Lokomotiv perd une nouvelle fois des points à domicile et va devoir sérieusement faire quelque chose pour combler ses problèmes défensifs.

Zenit – Rubin

Après un Lokomotiv/Dinamo riche en but à défaut d’être un véritable récital technique et tactique, qui a vu le Dinamo empocher ses premiers points dans ce championnat (cf. compte rendu), le Zenit recevait le Rubin, pour une revanche de la super coupe de Russie qui avait vu le Rubin s’imposer 2/0 face au Zenit. Toujours privé de Kerzhakov et de Semak (ainsi que de Danny), Spaletti pouvait en revanche compter sur les retours de Shirokov et Anyukov.

Une belle passe d’Anyukov pour Bystrov, un centre pour Faizulin au deuxième poteau et le Zenit mène 1/0 à la mi-temps (je n’ai pas vu cette mi-temps donc difficile d’en parler). Comme face à Anzhi, le Zenit va avoir du mal en deuxième mi-temps. On touche là les limites de l’effectif du Zenit. Denombreux joueurs reviennent de blessure et n’ont pas 90 minutes dans les jambes. Or le banc est désespérément vide et seul Djordjevic pourra faire son entrée en jeu.

Le Rubin est comme à son habitude, très solide et très cohérent. Les hommes de Berdyev vont alors profiter d’une erreur de Lombaerts qui concède un penalty très évitable. Natcho se charge d’égaliser pour le Rubin. Peu de temps après, profitant d’un manque de pression des défenseurs, Eremenko donne l’avantage à son équipe d’une très belle frappe lointaine.

Il reste une demi-heure au Zenit pour revenir. Mais jamais on ne sentira le Zenit en position pour égaliser. Finalement, le Rubin a fait ce qu’il sait faire et ça semble parfaitement gêner l’équipe de Spaletti. Orbaiz au milieu fait énormément de bien à cette équipe, qui comme je l’ai dit est très cohérente. Après avoir laisser échapper ses premiers points la semaine dernière sur le terrain de l’Anzhi, le Zenit concède sa première défaire de la saison et peut voir le Spartak lui passer devant.

Terek – Spartak

Le Spartak qui, justement, joue également ce samedi. Un déplacement périlleux du côté de Grozny, pour y affronter le Terek, auteur d’un bon début de saison.

Avec dans un coin de la tête le match retour des barrages de LDC à Istanbul, le Spartak se déplace en Tchétchènie avec la ferme intention de s’emparer de la première place. Dzyuba, Welliton, Ananidze titulaires, Emery fait tourner. Romulo blesser, De Zeuw reprend sa place au milieu de terrain. Insaurralde fait quant à lui sa première apparition sous le maillot du Spartak. Et loin d’être une sinécure pour le Spartak, le match est même très équilibré et vivant, chaque équipe ayant plusieurs opportunités d’ouvrir le score. 0/0 ) la mi-temps mais le match est très plaisant à suivre. Welliton, blessé a du céder sa place à Emenike.

Le début de deuxième mi-temps voit le Spartak mettre un peu plus la pression sur les buts de Godzyur, qui doit s’employer une première fois pour sauver son équipe sur un tir de Dzyuba. Il ne pourra rien faire quelques minutes plus tard sur la tête d’Insaurralde. Le Spartak mène et s’empare provisoirement de la tête du championnat. On est proche du chaos quelques minutes plus tard, mais, une nouvelle fois, Godzyur sort un magnifique arrêt sur le tir de Dzyuba.

Petit à petit le Terek refait surface et va camper dans le camp du Spartak. Et à 10 minutes de la fin du match, Lebedenko reçoit le ballon à l’entrée de la surface et ne se pose pas de question. D’un tir précis, il trompe Dikan et fait exploser les supporters de l’Akhmat Arena, parmi lesquels on peut apercevoir Ramzan Kadirov, heureux de la tournure que prennent les événements.

Loin de se contenter de ce match nul, les joueurs de Cherchesov vont continuer de pousser et s’exposer aux contre des joueurs du Spartak. Finalement, on se dirige vers un match nul plutôt logique, lorsque Ferreira, bien esseulé au second poteau sur un corner, donne l’avantage au Terek. Cette fois le stade explose littéralement. Nous sommes dans les arrêts de jeu, la victoire est très proche pour les locaux. Une dernière frayeur sur un corner et les joueurs peuvent enfin laisser exploser leur joie. Une très grosse performance pour le Terek qui, après avoir gagné chez le Dinamo la semaine dernière, s’ore le scalpe d’une autre équipe moscovite et rejoint par la même occasion le Zenit en tête du classement.

CSKA – Anzhi

Comme prévu CSKA et Anzhi ont profité de l’opportunité pour recoller au peloton de tête. Dans un match facile, le CSKA a tranquillement disposé de Krylia Sovetov, 3/0 avec des buts de Cauna sur une belle frappe de loin, puis de Tosic et Musa.

L’Anzhi a connu plus de difficultés face à de coriaces joueurs du Mordovia qui sont revenu au score à deux reprises. Finalement Samuel Eto’o a assuré la victoire des siens. Dans le dernier match de la journée, le Kuban a explosé Volga qui enchaine donc une cinquième défaite consécutive suite à sa victoire lors de la 1° journée contre le Dinamo. Ibrahima Balde, ex-Osasuna, a inscrit un doublé pour sa première apparition et devra rééditer se genre de performance pour parvenir à faire oublier Lacina Traoré. L’arménien Pizzelli (brésilien naturalisé) a également inscrit un doublé alors que Daniel Niculae a ouvert son compteur but sous ses nouvelles couleurs. En parlant d’Arménien, évoluant pour l’autre club de Krasnodar, Yura Movsisyan est auteur d’un très bon début de saison. Il partage la tête du classement des buteurs alors le Brésilien Danilo Neco de l’Alania et l’Israélien Natcho du Rubin.

Les autres gros buteurs du championnat étant blessés (Kerzhakov, Doumbia) ou ayant connu des blessures en ce début de championnat (Eto’o, Lacina Traoré).

 Rusko