Nouveau match au Lokomotiv stadium, mais cette fois-ci, pas question de parler du Lokomotiv ou de la sélection russe. Non, il s’agit « simplement » d’un match d’Europa League entre Anzhi et AZ. Alors pourquoi Anzhi « reçoit » aussi loin de ses bases ? Et bien il s’agit tout simplement d’une décision de l’UEFA qui ne veut pas que Makhachkala accueille des matchs européens. Anzhi s’entraine à Moscou, pour des raisons de sécurité, mais, même si aucune date n’est encore fixée, ce n’est pas définitif.

D’ailleurs Anzhi joue bel et bien ses matchs de championnats à Makhachkala, dans son stade et pour l’instant aucun problème majeur n’est à signaler. Pourquoi Makhachkala serait plus dangereux que Belgrade (remember la tragédie toulousaine dans la capitale serbe) ? Certes, le Daguetan est loin d’être un lieu sur, mais si Anzhi peut jouer ses matchs à domicile sans que cela ne pose problème, alors qu’il y a toujours des tensions entre les russes et les daguestanais, pourquoi ne serait-il pas possible d’organiser un match européen sur place ?  D’autant plus quand on connaît le projet extra sportif l’Anzhi qui vise à apaiser les tensions dans la région en les amenant vers le foot. Et puis, vous avez lire dans la suite que délocaliser une rencontre pour des raisons de sécurité est quelque chose de facile sur le papier, mais la réalité est un peu plus complexe.

Après avoir joué ses premiers tours d’Europa League dans la banlieue lointaine de Moscou (ce qui n’avait pas posé trop de problèmes), l’Anzhi a cette fois eu l’occasion de jouer dans Moscou et plus précisément en se faisant prêter le Stade Lokomotiv. Et c’est là que le problème survient. Comment un supporter du Lokomotiv peut-il accepter de voir son stade devenir la résidence temporaire d’un autre club, qui plus est quand ce club se nomme Anzhi et n’est pas connu pour sa popularité parmi les russes ?

Résultat : ce qui aurait pu être une fête totale pour Anzhi et ses supporters, venus en nombre soutenir leur équipe, aurait pu mal tourner. Des supporters du Lokomotiv ont acheté des billets. Très vite, ces supporters demandent à changer de tribune (ce qui est à signaler car ils auraient pu mettre le bazar parmi les supporters de l’Anzhi) et des chants hostiles à l’Anzhi sont lancés et repris par une autre partie du stade, également peuplée de supporters du Loko. Jusque là, rien de bien grave, les chants pro-russes et anti-Anzhi sont bien couverts par les supporters de l’Anzhi qui donnent de la voix. Le match n’est pas hyper passionnant. Hiddink a choisi une formation résolument offensive avec Traoré, Boussoupha, Carcela, Shatov et Eto’o qui se balade un peu partout (d’avant centre à arrière gauche) et qui dirige le tout. Jucilei devant la défense est une nouvelle fois très propre techniquement, Samba et Joao Carlos en défense centrale sont bons, Tagirbekov en latéral gauche fait peur.

Bref, le temps passe, les offensives de Traoré sont accompagnées de cris de singe de la part des « supporters » du Loko. 0/0 à la mi-temps, pas grand chose d’autre à dire sur le match. La deuxième mi-temps est un peu plus passionnante. Suite à un percée dans l’axe du milieu de terrain du très intéressant Shatov, Boussoupha récupère le ballon et centre pour Lacina Traoré au second poteau qui n’a plus qu’à ouvrir le score. Une partie du stade explose de joie, l’autre partie, plus petite va craquer. En effet, les supporters du Loko vont décider de gâcher la fête de l’Anzhi en balançant des fumigènes sur le terrain.

Alors, le match ne sera pas arrêter longtemps, mais le problème est réel et crée une tension entre les deux camps de supporters. Les supporters de l’Anzhi très déçu et dégoûté de l’attitude des supporters du Loko lancent quelques insultent et notamment un « Идите на хуй » repris par toute la tribune de Nord (je vous laisse traduire par vous même). Après un nouveau jet de fumigène sur le terrain, les autorités, qui jusque là encadraient ces supporters, prennent enfin les choses en main et font sortir les fauteurs de trouble. Reste à savoir ce qui peut désormais se passer en dehors du stade, à la fin du match…

Sur le terrain, l’Anzhi est supérieur mais c’est l’AZ qui va passer très près de l’égalisation, Elm voyant sa tête repoussée par la transversale.  Pendant ce temps, l’attitude dans les tribunes est toujours aussi déplorable. Un « Это наше Черкизово »* très chambreur est lancé mais sans véritable succès. auquel la tribune latérale répond parfaitement au « kop » de l’Anzhi en entonnant un  « salam aleykoum / aalaykoum salam » En fin de match, Anzhi aura plusieurs opportunités de se rendre le match retour plus facile, mais le score ne changera pas et l’Anzhi ira aux Pays Bas avec ce petit but d’avance.  Avant de se rendre aux vestiaires, les joueurs n’oublient pas devenir remercier les supporters, certains allant lancer leur maillot vers le kop. Comme d’habitude, la sortie du stade et très contrôlée et afin d’éviter tout débordement, une présence policière importante est mise en place dans le métro. D’ailleurs, sans cette présence, je peux vous dire qu’il y aurait eu des nouvelles dans les journaux annonçant de nouvelles bagarres en Russie. J’ai vu quelques supporters près à bondir en sortant du métro, mais ils se sont très vite ravisés en voyant ce qui les attendait. Voilà, je sais pertinemment que ce problème ne sera que très peu souligné et que l’UEFA est contente de sa décision de ne pas faire jouer l’Anzhi à Makhachkala – ce que je peux comprendre – mais je trouvais important d’aborder ce problème.

*chant des supporters du Loko, en rapport avec le quartier dans lequel est situé le stade.

 Rusko