Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le championnat de France 2012-2013 a ouvert ses portes après un mercato globalement assez calme, le PSG faisant exception. Si toute l’attention était portée du côté du Parc des Princes,  cette journée a d’abord débuté par un match entre Toulouse et  Montpellier, se terminant sur un score nul 1/1. Du côté de la capitale, le PSG mené 2-0 à domicile contre Lorient, parvient à faire match nul grâce à un doublé d’Ibrahimovic. Pedretti permet au LOSC d’arracher une victoire à Saint-Etienne dans les dernières minutes. Dans le même temps, Lyon s’impose à Rennes grâce à Gourcuff et Evian s’incline à domicile contre Bordeaux sur le score de 2/3.

Du coté des promus, Troyes s’incline à domicile contre Valenciennes dans un match ou Penneteau aura été brillant. Reims chute d’entrée à domicile contre l’OM et seul  Bastia sauve donc l’honneur des promus en s’imposant à Sochaux.

Cependant, il est encore très tôt pour tirer de quelconques enseignements. Le mercato restant ouvert jusqu’au 4 Septembre, les effectifs pourraient encore bouger, notamment à Lyon et à Marseille.

Le fil rouge de  la journée : Stade de Reims vs Olympique de Marseille – un vrai match de coupe.

Plus de 30 ans après son dernier match de L1, le Stade de Reims et son nouveau Auguste Delaune passé par la case chirurgie esthétique recevait un autre poids lourd de l’histoire du football français, l’Olympique de Marseille.

Le point commun entre ses deux clubs  est l’incertitude. Ou vont-ils ? Quid de leur effectif respectif, encore assez inconnu ?  Quel joueur va rester et qui va partir ? Pour ce premier match du dimanche soir, retransmis dans le monde (même en Angleterre) et dans une ambiance assez chaude dans les tribunes, le match a été assez long à se mettre en place.

Les deux équipes se cherchent. Les joueurs de l’OM ont plus de match dans les jambes, notamment grâce au tour préliminaire de l’Europa League. La peur ou le blocage rémois les inhibent et permet aux phocéens de rester maîtres du terrain pendant 30 minutes sans toutefois se montrer dangereux. Reims reste assez bas et on comprend vite que le contre est l’arme unique. Tout ou presque passe sur le coté faible gauche olympien. Le dernier quart d’heure est rémois avec deux énormissimes occasions gachées par Ghilas, faisant ressurgir l’ombre de Fred Fauré.

 Le début de la deuxième mi-temps reste dans la continuité de la fin de la première mi temps. Le club rémois, libéré, enchaîne les occasions franches mais Mandanda est impeccable. Le compteur tourne, les champenois commencent à être émoussés et l’OM telle la vrai équipe de L1 dans un tour de coupe passe la seconde et se procure deux énormes occasions par l’intermédiaire d’André Ayew. Sur une grossière erreur de marquage de leur hôte, l’OM ouvre le score de fort bel manière, Kaboré a un pied à la Pirlo et Cheyrou digne d’un Giggs ou Scholes débloque la situation pour les marseillais. Gignac aura l’occasion de tuer le match mais c’est Reims qui bizarrement va mieux finir. L’OM recule et donne la sensation étrange de ne plus rien gérer. Cependant, la faiblesse technique des rémois ou Ayité et Fortes ont été moteur de ce club n’aura pas permis de faire chavirer de bonheur un stade Auguste Delaune à guichet fermé.

The Swindler