Voilà, c’est fini ! Après avoir débuté en mars 2011, le championnat russe a enfin connu son dénouement, et il aura fallu attendre la dernière journée pour connaître le club russe qui ira défendre ses chances au tour préliminaire de Ligue Des Champions. Pour une fois, j’arrive vraiment tard au stade : Dans le métro, beaucoup de supporters du Spartak, des lampes cassées, des chants contre le CSKA. Bref, on est déjà dans le match et le ton est donné.

Je prends enfin place à 5 minutes du coup d’envoi et là grosse surprise : non seulement le stade est plein, mais surtout, il y a plus de supporters du Spartak que du Lokomotiv. Alors oui, le Spartak est populaire et ses supporters sont très fervents et se déplacent, mais là c’est impressionnant. J’ai du mal à voir autour de moi (en latéral) des écharpes autre que blanche et rouge. La grande question côté Lokomotiv était de savoir comment l’équipe allait jouer sans Pavlyuchenko, Caideco et Maicon. C’est donc Obina qui joue devant et qui alternera avec Sytchev sur le côté. Les deux seront assistés par Torbinsky. Côté tribune, pas de tifo, mais beaucoup de drapeaux côté Spartak et l’ambiance était très bonne des 2 côtés du début jusqu’à la fin.

Le match débute et on sent tout de suite que le Spartak va mettre toutes les chances de son côté pour arracher cette 2° place au CSKA. Pour cela les hommes de Karpin doivent l’emporter et espérer un faux pas du CSKA chez le Rubin. Le Spartak prend les choses en main et Bilyaletdinov montre tout son talent sur le côté gauche et va peut être donner quelques regrets à Dick Advocaat qui ne l’a pas préselectionné pour la CDM suite à sa blessure d’un mois. Très en jambe, Diniyar va être, selon moi, l’homme du match. Le Spartak maîtrise donc parfaitement le match, le Lokomotiv n’arrive pas à s’approcher des buts de Rebrov et c’est très logiquement que sur un corner le Spartak ouvre le score grâce à Suchy qui trompe Filtsov d’une tête lobée : 1/0, une grande partie du stade exulte.

Et ce n’est pas fini, peu avant la mi-temps, suite à un bon travail de Bilyaletdinov, le ballon arrive sur le côté droit pour un centre que reprend le très bon Dzyuba de la tête.

2/0 à la mi-temps, score logique tant le Spartak est au dessus et le Lokomotiv sans solution.

 Le début de deuxième mi-temps sera marqué par la fête du côté des supporters du Spartak qui allument une quantité impressionnante de fumigènes, agitent les drapeaux et font énormément de bruit obligeant l’arbitre a arrêter le match quelques instants. Il le sera de nouveau lorsque les supporters du Lokomotiv vont à leur tour mettre le feu dans les tribunes en lançant leur chant à la gloire de leur quartier, une épaisse fumée noire s’envole dans le ciel, ainsi que des fumées rouge et verte.

Sur le terrain, pas grand chose à signaler. Le Lokomotiv joue plus haut et a plus de maîtrise qu’en première mi-temps mais n’est absolument pas dangereux. On sent d’ailleurs le Spartak bien plus proche de marquer un troisième but sur un contre que le Lokomotiv réduire le score. Sychev va sortir pour permettre à Loskov, 38 ans et légende du club, d’entrer et de recevoir une petite ovation. Mais l’essentiel est ailleurs, et quand les supporters du Spartak apprennent que le Rubin a égalisé puis a pris l’avantage contre le CSKA, les tribunes sont en fêtes.

Fin du match, le CSKA s’est officiellement incliné 3/1 chez le Rubin, le Spartak jouera donc le tour préliminaire de LDC. Difficile à imaginer puisque à 2 journées de la fin, le CSKA avait 3 points d’avance sur le Spartak et devait recevoir le Kuban et se déplacer au Rubin, alors que dans le même temps le Spartak devait se déplacer 2 fois : au Zenit puis chez le Loko. 2 victoires plus tard, les hommes de Karpin valident leur ticket pour ce tour préliminaire. Les joueurs viennent une dernière fois remercier leurs supporters et fêter cette bonne nouvelle. Le championnat s’achève donc avec un très beau champion : le Zenit et un dauphin qui est venu coiffer le CSKA, presque toujours dans les 2 premiers depuis le début du championnat.

Le Dinamo, qui est allé prendre 1 point chez le Kuban (avec un nouveau but de Lacina Traoré pour les joueurs de Krasnodar) termine 4° alors que l’Anzhi, défait chez lui par le Zenit 2/0, se contente de la 5° place qui lui offre néanmoins une place en EL. Le Rubin termine 6° et le Lokomotiv qui, après de très bons débuts en 2012 pouvaient croire à une place en Europe, termine à une très décevante 7° place. Le Kuban finit 8° et dernier de ce mini-championnat spécifique à la 2° phase mais n’aura pas démérité du tout. Très difficile à battre, le Kuban n’aura pas su gagner assez de match pour prétendre à autre chose (6 matchs nuls consécutifs pour terminer la saison). Dans le bas du classement, le Spartak Nalchik et Tom Tomsk sont relégués en Première Division, Rostov et Volga joueront eux les barrages contre Shinnik et Nizhny Novgorod. Sont promus Mordovia Saransk et Alania Vladikavkaz.

 Rusko