Entretien avec Alexis BOUCARD, Référent Supporters du FC NANTES

Alexis Boucard – Source Linkedin

Devenu une obligation inscrite dans le Code du Sport depuis la loi Larrivé de 2016, le poste de référent supporters joue un rôle important, trait d’union entre les tribunes et les instances du football professionnel. Quel est le profil du Référent Supporters ? Quels sont ses objectifs et son rôle au quotidien ? C’est tout l’objet de notre entretien avec Alexis BOUCARD, Référent Supporters au FC Nantes.

Avant d’aborder vos fonctions au FC Nantes, pouvez-vous revenir sur votre enfance et votre lien avec le foot ? Comment le sport est arrivé dans votre vie ?

Je pratique le football depuis que j’ai l’âge d’en faire. Autant que je me souvienne, il y a toujours eu un ballon dans mon enfance. Cela fait partie de ma vie. Je suis un passionné de football et de Sport en général.

L’UEFA a développé dès 2010 le concept de Supporter Liaison Officer (SLO). Le Parlement français a pris acte de l’implication de l’UEFA et a créé cette fonction en 2015. Dans quel contexte rejoignez-vous le FC Nantes ?

C’est ma troisième saison au FC Nantes en tant que Référent Supporters. J’ai d’abord été embauché en tant qu’alternant pour terminer ma dernière année d’étude (Master de management opérationnel).

J’imagine que vous étiez supporters du FC Nantes ? Avez-vous fait partie d’un groupe de supporters ?

En effet, je suis supporter du club depuis mon plus jeune âge. Je suis Nantais et j’ai toujours vécu ici. Ma passion pour le club s’est donc faite tout naturellement. J’étais abonné au club depuis plusieurs années mais je n’ai jamais fait partie d’une association ou d’un groupe de supporters.

Vous considérez-vous comme issu du monde du milieu supporters et des tribunes de la Beaujoire ?

Je me considère comme un supporter assidu et fidèle aux tribunes de la Beaujoire. Mais je ne peux pas dire que je suis issu du monde des tribunes car j’assistais aux matchs et suivais mon club de manière assidue mais passive, sans m’impliquer bénévolement, par exemple.

Tifo FC Nantes – Source FC Nantes

Quel est votre statut au sein du FC Nantes ? Quelles sont vos différentes missions ?

Je suis aujourd’hui Référent Supporters à temps plein, en CDI. J’ai pour fonction de créer et faire le lien, être le médiateur entre mon club et ses supporters, au sens large. J’insiste sur les supporters au sens large car je suis en contact régulier avec tout type de supporters. Spectateurs, abonnés, membres de clubs de supporters du FC Nantes, Ultras etc.

Vous êtes en communication avec beaucoup d’interlocuteurs, qui n’ont pas forcément des attentes similaires. C’est une des difficultés du poste ?

Être partie prenante de l’organisation des rencontres, traiter avec les différents services sur différents aspects (billetterie, sécurité, fan expérience etc.), c’est ce qui me plait. Le développement du rôle de Référent Supporters est aussi intéressant car nous avons un vrai rôle à jouer.

La principale difficulté se situe dans le positionnement / attitude à adopter en fonction de ses différents interlocuteurs. Les attentes des diverses parties prenantes avec lesquelles nous traitons sont différentes. Club, supporters, autorités… Le Référent Supporters se trouve régulièrement au milieu de ça et nous devons essayer de satisfaire les attentes / demandes de chacune d’elles.

Le Référent Supporters est apparu plus tôt en Allemagne ou Europe du Nord. Comment expliquez-vous ce retard en France ?

Tout simplement parce que ces pays ont pris conscience que ce sujet supportérisme était important avant nous. C’est une question de culture, je pense

Vous avez participé à un match en Suède, pays où les SLO sont en place depuis un moment. Quels enseignements en tirez-vous ?

Ce fut une expérience très enrichissante. J’ai pu observer la manière dont les SLO mais aussi les autorités gèrent le déplacement et l’accueil d’un nombre important de supporters.

Il est intéressant de noter que les autorités étrangères sont plus dans la gestion que dans la répression, contrairement à ce que nous pouvons voir en France, parfois. Ils autorisent les déplacements, sont conscients que ces derniers peuvent engendrer quelques problèmes d’ordre public, mais acceptent cela. Finalement, malgré quelques situations tendues, on se rend compte que les déplacements se passent plutôt bien.

Les autorités étrangères sont plus dans la gestion que dans la répression, contrairement à ce que nous pouvons voir en France, parfois.

Quelles sont les premières mesures que vous avez prises en tant que SLO ?

J’ai essayé d’instaurer des relations quotidiennes avec les groupes, les impliquer et faire en sorte qu’ils se sentent importants, car ils le sont. Peu importe le contexte sportif, conflictuel avec le club, nos relations doivent toujours rester présentes. C’est quelque chose qui se construit sur le long terme. Il y a un vrai potentiel, une vraie base de supporters à Nantes avec l’ensemble de nos supporters. Ce potentiel n’est pas encore assez exploité.

Comment se prépare un match le samedi soir à 20h ?

Les semaines sont rythmées par la préparation des matchs. Les réunions avec les autorités et les superviseurs se déroulent souvent en début de semaine. Je m’organise après en fonction des évènements qui vont se dérouler sur la rencontre (fan zone, tifo, expérience supporters etc.).

Certains matchs sont évidemment préparés bien amont en fonction de leurs spécificités (gros déplacement de supporters, derbys etc.).

Concrètement, qu’est-ce que ça implique les jours de matchs ?

J’assiste à tous les matchs à domicile, comme à l’extérieur. Mon travail se fait en amont des rencontres pour préparer la venue des supporters et tout ce que cela implique : présence pour l’installation de tifo et matériel en tribunes des clubs de supporters, participation aux réunions sécurité et organisation, modalités d’accès lors des matchs à l’extérieur, accueil des supporters. Pendant les rencontres, je dois veiller à ce que tout se déroule correctement et selon les règles en vigueur.

Quel est votre rôle les autres jours de la semaine ?

Hors jour de match, je suis le relais entre le FC Nantes et ses supporters, je m’occupe de la communication sur différents canaux (réseaux), des courriers, des demandes supporters, des relations avec les groupes etc.

Quels sont vos interlocuteurs privilégiés, au FC Nantes, mais aussi auprès des autorités ou collectivités ?

Je fais partie du service Opérations qui s’occupe de l’organisation des matchs en lien avec tous les autres services (sécurité, billetterie, marketing etc.). Je suis en étroite collaboration avec le Directeur Sûreté et Sécurité ainsi que le Stadium Manager du stade (qui font partie de mon service). L’idée est de préparer en amont tous les événements qui impacteront la sécurité autour et à l’intérieur des stades afin de faire en sorte que tout se passe pour le mieux.

Concernant les autorités, je suis en contact avec les forces de l’ordre et les Préfectures lors des préparations de rencontres.

Quelle est la définition d’un individu à risque ? Un match à risque ?

Tous les matchs comportent des risques plus ou moins importants. Mais quand ils sont bien préparés en amont, avec du dialogue, les risques sont minimes. Après, sur certaines rencontres, derbys ou rivalité historique, les risques sont en effet plus présents que sur d’autres matchs.

Quels sont les outils à votre disposition ?

Je n’ai pas d’outils particulier. Je travaille avec les outils de communication classique (mail, WhatsApp, réseaux…). C’est à moi de m’organiser après en fonction des process mis en place dans nos organisations de matchs.

Dans votre activité, la prévention est aussi une activité importante. Quels liens entretenez-vous avez avec le Ministre des Sports et/ou la LFP ?

Une personne est en charge des projets supportérisme à la LFP, il anime la communauté des Référents Supporters en L1 / L2. Nous échangeons régulièrement.

Avec les différents groupes de supporters ?

Des liens réguliers et quotidiens. L’idée est de pérenniser nos relations sur du long terme. Il faut impliquer nos groupes de supporters & supporters abonnés dans la vie du club. On travaille en confiance. Je reste à leur disposition en permanence et essaie de faire en sorte de satisfaire leur demande. Après, la relation que j’imagine est donnant – donnant. C’est très important. L’idée n’est pas d’avoir un groupe de supporters pour avoir un groupe de supporters et avoir tous les avantages qui vont avec. Je veux bien les impliquer, accéder à leurs demandes etc. mais ils doivent aussi être motivés, actifs, de bonne volonté.

Pourquoi pensez-vous que les images de tribunes sont utilisées dans les spots publicitaires destinés à promouvoir le football et les championnats ?

Vous évoquiez tout à l’heure les supporters Ultras. Comment est vu le milieu ultra dans le football professionnel ? Est-ce selon vous compatible avec le football, de plus en plus business et aseptisé ?

Plus que compatibles, les ultras sont indissociables du football. Pourquoi pensez-vous que les images de tribunes sont utilisées dans les spots publicitaires destinés à promouvoir le football et les championnats ?

Justement, l’association A la Nantaise, se revendique d’un football populaire, loin du foot business. Quel regard portez-vous sur cette association ?

Je n’ai pas de regard sur l’association. J’ai rencontré les représentants une fois et je ne sais pas qui constitue cette association. Je ne la considère pas comme une association de supporters au même titre que les autres.

Participez-vous à des colloques avec l’Agence Nationale des Supporters ?

J’ai participé à quelques actions avec l’ANS, oui.

Le sujet des fumigènes est récurrent dans les tribunes populaires. Qu’en pensez-vous ?

C’est un sujet compliqué mais qui avance. Malheureusement, le COVID met en suspens tous les sujets liés au supportérisme.

Oui, les banderoles sont validées par le club. Nous n’avons pas de problème à ce que les supporters s’expriment, le deal étant de rester sur des messages non insultants et non nominatifs.

On le voit à Bordeaux, mais aussi à Nantes, parfois la fracture entre les supporters et la direction est entamée. Comment ce climat impacte votre travail ?

C’est forcément compliqué parfois mais cette situation se présente dans beaucoup de clubs. C’est important de dissocier mes relations avec eux et les conflits avec la direction. Ce n’est pas parce qu’il y a conflit avec la direction que je ne dois pas travailler intelligemment avec mes groupes. Les supporters sont aussi là pour donner un avis, à travers des banderoles, des revendications, ils sont dans leur rôle. Le principal est de rester « poli » et de ne pas entrer dans les insultes, inutiles et non constructives. Il faut se détacher de ce climat parfois conflictuel pour travailler sereinement.

La rencontre rencontre OM / PSG récemment a vu naître des banderoles dans les rues de Paris… En réponse à des provocations de joueurs sur les Réseaux Sociaux. Ca arrive aussi dans les tribunes. En tant que SLO, quel poids peut-on avoir sur ce genre de décision de banderoles ? Les banderoles à la Beaujoire sont-elles obligatoirement validées par le club ?

Je discute régulièrement des messages / banderoles affichées dans les tribunes les jours de match. Oui, les banderoles sont validées par le club. Nous n’avons pas de problème à ce que les supporters s’expriment, le deal étant de rester sur des messages non insultants et non nominatifs.

Tifo Fc Nantes – Source Tribune Nantaise

Autrefois utilisée pour les matchs à risques (Lyon/Saint-Etienne, Paris/Marseille…), la France a recours à l’interdiction des déplacements de supporters adverse de manière plus régulière. A titre d’exemple, 38 arrêtés préfectoraux (1 arrêté toutes les deux journées pour la L1/L2) ont interdit aux fans de football d’assister aux matchs à l’extérieur de leur équipe en 2019. Qu’est-ce que ça vous inspire ?

C’était devenu trop régulier et solution de facilité de la part des autorités.
C’est nettement mieux aujourd’hui même s’il reste du chemin à faire sur cet aspect. D’autant plus que nous sommes là pour préparer, anticiper ces déplacements. Un Référent Supporters qui travaille correctement avec ses groupes doit peser dans la balance auprès des autorités pour les rassurer et permettre le déplacement. La fiabilité des informations est importante pour être crédible et gagner en poids dans les négociations.

Un référent supporters qui travaille correctement avec ses groupes doit peser dans la balance auprès des autorités pour les rassurer et permettre le déplacement. La fiabilité des informations est importante pour être crédible et gagner en poids dans les négociations.

La crise sanitaire a un retentissement important sur le football (mais pas que). Comment êtes-vous impacté aujourd’hui ?

On subit tous cette crise sanitaire mais nous n’avons pas le choix, il faut s’adapter. J’ai la chance d’être dans un club qui me donne des missions plus larges, ce qui me permet d’être bien occupé. Mais je suis pressé de retrouver des missions que je n’ai plus aujourd’hui.

Toutefois, la compétition reprend, les télévisions rediffusent les matchs mais le supporter lui est toujours privé de stade. L’amateur de foot n’est-il pas le dernier acteur majeur du foot touché par ce virus ? 

En effet, les supporters sont très impactés par cette crise COVID. Malheureusement, il n’y pas grand-chose à faire si ce n’est attendre son évolution.

Nous tenons à remercier chaleureusement Alexis Boucard et le FC Nantes et leur souhaitons une bonne saison 2020/2021.

JM

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


buy dnp online