CdM 2014 – Groupe D – La Nazionale face à son Histoire

La Nazionale, invaincue depuis 40 rencontres en Eliminatoires, qu’ils soient qualificatifs pour l’Euro ou le Mondial (depuis France-Italie de septembre 2006 avec …Franco Semioli ( !!!!!) titulaire, record mondial, série en cours) a finalement été la caution payée par la FIFA (à qui et pourquoi ? chacun se fera son avis même si nous le saurons sans doute jamais) en étant reversée dans le chapeau multi-continents. Elle fait donc partie du premier groupe de l’histoire de la compétition qui verra 3 nations Championnes du Monde s’affronter.

  • Uruguay
  • Italia,
  • Costa-Rica
  • England

Un groupe Sept Étoiles. Cependant, sans trop s’attarder sur des comparaisons avec d’autres situations plus ou moins favorables du moins sur le papier (au moins une Sélection entre Seleção Brésilienne, Roja Espagnole et Oranje Hollandaise ne verra pas les quarts), il est évident que ce groupe présente des difficultés certaines. Ce groupe D est d’ailleurs présenté par nombre d’observateurs internationaux (principalement les bookmakers) comme celui le plus équilibré, tout du moins entre les 3 équipes qui devraient se disputer la qualification.

Historiquement et sans même évoquer le désastre Sud-Africain, comment oublier les médiocres débuts de 1982 et 1994 ? La Nazionale a presque toujours peiné à sortir des poules, encore plus lorsqu’il s’agissait d’affronter des sélections peu connues. Elle se retrouve dès le début de la compétition face à son histoire : celle d’une sélection se sublimant dans l’adversité et qui a toujours fait de ce Mondial une grande histoire d’Amour : Quatre fois Lauréate, elle ne s’est inclinée qu’une seule fois de toute son histoire en 17 participations par plus d’un but d’écart…

Ainsi, ne nous y trompons pas : la Nazionale est la seule et unique favorite de cette poule. Si la Celeste et les Three Lions présentent des doublettes d’attaquants que l’on ne présente plus (Suarez-Cavani, peut être la plus belle sur le papier de toute la compétition et Rooney-Sturridge), Prandelli dispose d’un milieu de terrain en « rombo » De Rossi, Pirlo, Marchisio, Montolivo indéniablement plus complet que ses trois adversaires, mariant depuis bientôt quatre années technique, physique et expérience. Un élément comme Verratti qui serait sans doute titulaire dans les trois autres sélections composant ce groupe est par exemple loin d’être sûr de se voir retenu dans la liste des 23. La Nazionale devra impérativement prendre le jeu à son compte et continuer de prouver d’être une référence Européenne et Mondiale.

La première rencontre de ce Mondial, qui se disputera à Manaus en pleine forêt Amazonienne contre les hommes de Roy Hodgson qui évolueront dans un stade en grande partie à leur cause, sera évidemment cruciale. Le quart de finale du dernier Euro reste dans toutes les mémoires et la nette impression de supériorité technique des Azzurri devra cette fois être convertie dans le temps réglementaire par les hommes de Prandelli. Une manière de se mettre dans les meilleures dispositions possibles avant d’affronter le Costa-Rica, à qui semble promise la dernière place de ce groupe mais qui donne toujours du fil à retordre à ses adversaires, et l’Uruguay, redevenu ces cinq dernières années une nation de référence dans le panorama Mondial.

La probable doublette d’attaquants composée de Giuseppe Rossi et Mario Balotelli aura une grosse pression sur les épaules pour transformer l’éventuelle domination territoriale en des résultats positifs permettant de se qualifier pour les huitièmes de finale, avec comme autre objectif, la première place du Groupe. En effet, en cas de qualification pour les huitièmes de finale, la Nazionale croiserait le fer avec un des deux qualifiés du groupe C, composé de la Colombie, la Côte d’Ivoire, le Japon et la Grèce.

Sans tirer de plans sur la comète, le tableau qui pourrait se dessiner pour la Nazionale serait à moyen terme tout sauf aisé : affronter probablement la Seleçao (en cas de huitième remporté en tant que deuxième de Groupe) ou la Roja (en cas de huitième remporté en tant que premier de Groupe) rend à mon sens le tirage de ce Mondial encore plus compliqué, surtout en cas de choc contre le tenant Espagnol, qui me paraît vraiment la seule Sélection pouvant se targuer d’avoir un meilleur milieu de terrain.

A ce jour, Cesare Prandelli semble avoir choisi une grande partie de ses 23 éléments pour le Mondial.

GARDIEN 

BUFFON, MARCHETTI, SIRIGU

DEFENSEURS

ABATE, BARZAGLI, BONUCCI, CHIELLINI, DE SCIGLIO, MAGGIO

1  entre CRISCITO/PASQUAL/OGBONNA/RANOCCHIA

MILIEUX

CANDREVA, GIACCHERINI, DE ROSSI, MARCHISIO, MONTOLIVO, PIRLO

2-3 entre FLORENZI/MOTTA/PAROLO/VERRATTI

ATTAQUANTS 

BALOTELLI, ROSSI

2-3 entre CERCI/DIAMANTI/GILARDINO/INSIGNE/OSVALDO/

Affaire à suivre…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


buy dnp online