ARGENTINE – Boca Juniors / River Plate – Expérience unique dans l’antre de la Bombonera

Boca Juniors - River Plate (22)

Sur le continent Sud-Américain depuis plusieurs mois, je ne pouvais me permettre de manquer l’opportunité d’assister à un SuperClasico, expérience plutôt rare pour nous autres européens. Je profite donc de quelques jours de libre à ma disposition pour prendre un vol direction Buenos Aires, l’Argentine, un pays qui respire le football.

Je m’étais renseigné avant pour obtenir une place. Toutes mes recherches ne m’ont pas servis à grand-chose, si ce n’est à m’apercevoir que le tourisme footballistique existe. Obtenir une place pour un SuperClasico est très difficile. Un des moyens les plus sûrs est de passer par des hôtels qui proposent des « tours » avec transfert aller/retour au stade et place comprise. Cette solution est très onéreuse mais certainement la plus sûre de toutes. Le bouche à oreille est une solution possible. En effet, n’importe qui peut connaître une personne qui revend des entrées. C’est certainement la solution la moins chère, mais elle comporte un gros risque : Le faux billet. Enfin, LA dernière solution est de se rendre directement au stade, de chercher les revendeurs (qui peuvent également vendre de fausse entrée) ou de tenter l’improbable : se coller à la foule qui entre dans le stade à la dernière minute. Je n’ai vu personne la pratiquer, mais on m’a dit que c’était monnaie courante. Finalement, je trouve, avec beaucoup de chance, une personne qui revend une place et qui m’assure l’entrée au stade puisqu’elle a une place située juste à côté de la mienne. Le prix est conséquent, mais l’opportunité d’assister à un Boca/River l’emporte sur la santé financière de mon compte en banque.

Avec mon partenaire, nous nous retrouvons près de 2h30 avant le début du match. Afin d’éviter les bus bondés et peu sûrs à l’approche du match, nous décidons de faire une petite demi-heure de marche et nous voici face au mythique stade Alberto Jacinto Armando, plus connu sous le nom de Bombonera. Le match ne commence que dans 2h environ mais le stade est déjà bien rempli et les chants pleuvent. La descente de River en division B il y a deux ans inspire tout particulièrement les supporters de Boca et les insultes sont bien évidemment présentes dans les différents chants de le barra (la 12). La partie du stade réservée aux supporters de River est pleine, mais de là où je suis situé, je peine à les entendre et il faut quelques secondes de silence entre les différents chants des supporters du Boca pour se rendre compte que les supporters de River chantent également. A mon grand étonnement, seuls les gardiens sortent s’échauffer sur la pelouse. J’en déduis que les joueurs ont un espace réservé dans les vestiaires pour s’échauffer. A quelques minutes de l’entrée de joueurs sur la pelouse, le stade est en effervescence, les supporters chantent de plus en plus fort. C’est tout simplement impressionnant. Les joueurs de River entrent du côté du but situé du côté de la barra 12, à l’opposé de leurs supporters. Un protocole qui permet de faire sentir un plus la pression sur les joueurs adverses. Les joueurs de Boca entrent quant à eux, en latérale, au centre du terrain.

Les petits papiers volent, les longs papiers descendent depuis le haut des tribunes pour échouer sur le terrain. En quelques secondes, ils sont évacués et le match peut commencer. Je ne connais presque aucun joueur sur la pelouse mis à part Iturbe, Riquelme et Trezeguet (tous deux blessés). Je ne sais donc pas trop à quoi m’attendre.

Le match démarre sur les chapeaux de roues. Boca n’est pas très bien rentré dans la partie. Sur la première action du match, Sanchez centre pour la tête de Lanzini, qui la joue finement et trompe Orion. Pas de quoi éteindre la Bombonera pour autant, bien au contraire puisque les chants redoublent d’intensité. Le jeu est rude, les contacts sont permanents et l’arbitre laisse jouer : tirage de maillot, appui sur duel aérien, rien n’est sifflé. Les tacles sont donc rugueux mais corrects pour la plupart. Le match se poursuit avec un Boca toujours aussi apathique, notamment en défense. River fait bien circuler le ballon. Les joueurs affichent une belle qualité technique, jouent dans les petits espaces. Certaines phases de jeu sont très agréables, même si globalement le niveau est loin d’être exceptionnel. Petit à petit, Boca refait surface, mais ne se crée pas d’occasion pour autant. River contrôle plutôt bien et on semble se diriger vers ce score de 0/1 à la mi-temps lorsque, suite à un bon travail de Erviti à l’entrée de la surface, Silva ajuste Barovero pour remettre les deux équipes à égalité. La Bombonera explose littéralement. Tout le stade est debout, tout le monde chante, crie, hurle. Contre le cours du jeu, Boca est revenu dans la partie et s’en sort plutôt bien avec ce score de 1/1 à la mi-temps.

Pour patienter en attendant le retour du spectacle, même si le vrai spectacle est bien plus en tribune que sur le terrain, des Poms-Poms girls viennent nous distraire à la mi-temps. La deuxième mi-temps reprend sur le même rythme dans les tribunes. Sur le terrain, les choses sont différentes. C’est bien l’équipe de Carlos Bianchi qui prend les choses en main et s’installe dans le terrain du River. Les Xeneizes ont, semble-t-il, pris la mesure de leur adversaire. Cependant cette domination ne se traduit pas en termes d’occasions de but.  Le combat physique, lui, n’a pas changé et les duels sont toujours aussi âpres.

L’ambiance est de plus en plus chaude, et lorsque Diaz, l’entraîneur de River, est expulsé, c’est tout un stade qui se lève pour le raccompagner aux vestiaires. Notez que pour retourner aux vestiaires, Diaz doit traverser le terrain et se rendre vers la barra de Boca pour emprunter le tunnel. Le match s’arrête donc quelque temps, histoire de gonfler le tunnel, de faire entrer quelques policiers pour protéger Diaz en cas de débordements des supporters de Boca. L’interruption est de courte durée et le match peut reprendre, pour quelques minutes seulement. En raison de l’apparition de fumigènes, l’arbitre interrompt la rencontre. Chants, pétard et fumigènes : L’ambiance est indescriptible et je n’ai pas de mot pour décrire ce que je suis en train de vivre.

Après quelques minutes d’interruption, le match reprend son cours pendant que des lances à incendies sont utilisées pour « punir » les supporters. Malgré une nette domination de Boca et 10 minutes de temps additionnel, les occasions se font rares. Le match est de nouveau interrompu. Alors que Boca s’apprête à jouer un corner, le gardien de River vient se plaindre des pétards tirés par les supporters derrière lui. Finalement, le corner peut se jouer et Boca obtient la plus grosse occasion de la deuxième mi-temps. Le ballon termine dans les pieds d’un attaquant qui parvient à frapper. Tout le stade croit au but mais Barovero s’interpose parfaitement. Les toutes dernières minutes sont plutôt à mettre à l’avantage de River. La tension est palpable. Un des membres du staff de Boca se fait exclure. L’arbitre ajoute deux nouvelles minutes de temps additionnel, le temps pour Guillermo Burdisso d’effectuer un tacle assez violent et de se faire expulser à son tour.

L’arbitre siffle la fin du match, au cours duquel, Boca aura semblé légèrement supérieur. Le  match nul 1/1 semble plutôt approprié. Les supporters de River quittent le stade petit à petit, pendant que ceux de Boca, chantent à la gloire de leur équipe. Je quitte le stade, heureux d’avoir eu le privilège de vivre ce spectacle. L’expérience de la Bombonera et le mythe Boca/River ne sont donc pas usurpés. Footballistiquement, ce n’est pas ce qui se fait de mieux au monde, loin de là, mais l’ambiance est exceptionnelle. Les gens vivent pour leur club, vivent pour le foot. Peut-être aurai-je la possibilité d’assister à d’autres matchs avant de quitter Buenos Aires ? Affaire à suivre …

Rusko

6 Comments

  1. Ça va Rusko? Je veux dire, tu t’en es sorti indemne? Pas de bobos? 😉
    (je plaisante, mais tout de même…)
    J’ai pas compris, tu as eu ta place aux abords du stade le jour du match? Ou quelque jours avant? Ou ailleurs?
    Tu sais, les médias et le observateurs du foot argentin ne sont pas content de l’image qu’ils ont donné à des gens comme toi, je veux dire ils savent que beaucoup de touristes assistent à ce match, et là aussi bien sur le plan du jeu que sur le reste, c’est pas brillant…

    Parce que, pour beaucoup, ce qui s’est passé en 2ème mi-temps c’est pas du folklore… Faire arrêter le match (c’était prémédité), les types qui escaladent le grillage, les projectiles lancés sur le gardien de River… Beaucoup pensent que l’arbitre aurait du arrêter le match définitivement. Et si Boca marque comme tu le dit sur la dernière occasion, les supporters aurait dit : »Vous voyez? on a eu raison de faire ça » Ma foi…

    Quand il est expulsé, les supporters de Boca crient à Ramón : »vos sos de la B!! vos sos de la B!! » et Ramón qui répond en rigolant : »moi non, eh! pas moi! » hahaha qué grande Ramón… (ça a fait polémique d’ailleurs, ça montre bien la pauvreté du match, qu’on en soit réduit à faire des débats de plusieurs jours là-dessus, demander leur avis à Francescoli, Ortega etc… bref)
    Comme tu dis, la traversée de tout le terrain dans le sens de la largeur est une sacrée épreuve quand on quitte le terrain. Me souviens de Marcelo Gallardo expulsé y a quelques années, Almeyda l’année de la descente qui embrasse frénétiquement son maillot devant les supporters de Boca…
    Mais c’est surtout (plus souvent) une épreuve pour l’entraîneur de Boca à la fin du match, quand il rentre au vestiaire. Parce que la bombonera ne siffle jamais ses joueurs, mais par contre l’entraîneur… C’est ça qui a scellé le sort de Falcioni en décembre dernier, après le dernier match les quelques secondes de traversée du terrain avaient été un enfer pour lui, et le message était bien passé auprès du président

    Sur le plan du jeu, alors, c’est une catastrophe. Si y a pas les incidents, si y a pas la sortie de Ramón, il reste quoi à analyser de ce match? Presque rien. Peut-être Balanta le défenseur de River (le jeune colombien, noir) qui continue de s’affirmer, un peu de Iturbe, un peu de Lanzini, de Erviti (Boca) qui revient bien, et sinon? Nada.
    Boca et River ne sont pas les équipes qui jouent le mieux en argentine, loin de là, mais malheureusement quelque part ça reflète le niveau général du championnat
    Si tu veux voir du beau football, va voir Newell’s. Bon Rosario c’est un peu loin, mais ils vont sûrement jouer un match à l’extérieur à BsAs bientôt.

    Avant hier j’ai vu Newell’s – Godoy Cruz, c’est sûr ça fait moins sexy que Boca-River, mais c’était un match magnifique. Le jeu de Newell’s est une symphonie, Gerardo Martino est un grand entraîneur. Et comme Godoy Cruz joue pas mal eh bien ça donne un très beau match.
    Au classement aujourd’hui y a 3 points de différence entre Newell’s et River, mais dans le jeu, il devrait y en avoir dix, quinze, vingt. J’espère que Newell’s sera champion, pour le bien du football. Ils sont aussi toujours qualifiés en libertadores, et ils ne font pas tourner, ils jouent tous les 3 jours avec la même équipe, et tu les entends pas pleurer. Ils sont loin devant Boca et River, sur tous les plans. (Malheureusement le Tata Martino va s’en aller à la fin de la saison, il ne supporte plus ce football médiocre, ce championnat. Encore un signe que le foot argentin va mal)

    ‘Ta luego, amigo. Merci pour le compte rendu.

  2. Oh frances !!
    ça va bien et toi ?

    J’ai choppé ma place la veille au soir sur twiiter; Le lendemain je rencontre le gars et je ne l’ai payé qu’une fois dans le stade, mais c’était bien compliqué.

    Et oui, comme je l’ai écrit, la récente descente de River en B inspire particulièrement les fans de Boca dont le fameux « Vos sos de la B »

    J’suis allé voir Arsenal/Newell’s (le compte rendu sera bientôt en ligne). Newell’s jouait mieux, enfin surtout en première mi-temps, mais défense et gardien litigieux face à un Benedeto énorme en face. Résultat 2/0 pour Arsenal, Martino qui pète un câble et se faire exclure.
    Newell’s est encore en Copa Libertadores mais ils ont perdu à l’aller chez eux

    J’suis allé voir Velez/Tigre également (là aussi, le compte rendu arrive bientôt)

    En tout cas, on est d’accord, le niveau footballistique est faible, très faible, surtout pour ce Boca/River

  3. Tu as pas eu de chance pour Newell’s, ça doit être leur seul mauvais match depuis longtemps. (Je l’ai pas vu). Martino a été expulsé c’est vrai, il a sûrement critiqué l’arbitre, mais l’arbitre est venu sur lui et l’a poussé, comme s’il voulait en venir aux mains, une scène incroyable, je sais pas si tu as vu cette image

  4. Tu as pas eu de chance pour Newell’s, ça doit être leur seul mauvais match depuis longtemps. (Je l’ai pas vu). Martino a été expulsé c’est vrai, il a sûrement critiqué l’arbitre, mais l’arbitre est venu sur lui et l’a poussé, comme s’il voulait en venir aux mains, une scène incroyable, je sais pas si tu as vu cette image.
    La semaine d’avant encore, y a eu un Newell’s-Racing magnifique, résultat 4 à 3… Tu es mal tombé.
    En plus à Sarandí, ça a du te faire drôle après la bombonera hahaha… Tu as vu, le viaducto, on dirait Louis II un soir pluvieux de novembre 🙂
    Newell’s a perdu son 1/8 eme de finale aller en copa contre Vélez, c’est vrai, mais c’était pas mérité, ils avaient dominé. Le match retour est après demain, je pense qu’ils peuvent renverser la situation

  5. Ahah, oui j’ai vu l’altercation arbitre/Martino, assez fou
    Tiens, l’article Arsenal/Newell’s est en ligne 😉

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


buy dnp online